Les médias ont célébré Julian Assange et ont maintenant trop peur de le défendre

0
79

Source photo : Ministère de la culture de la nation argentine – Vidéoconférence avec Julián Assange – Foro Cultura Digital – CC BY-SA 2.0

Il est devenu plus facile au cours du dernier mois pour les gouvernements de tuer ou d’emprisonner les journalistes qu’ils veulent faire taire. Mais l’aspect le plus sinistre de cette attaque contre la liberté d’expression est qu’elle fait face à une résistance si limitée de la part des médias mêmes qui sont attaqués.

Les agences de renseignement américaines ont conclu dans un rapport déclassifié par le président Joe Biden que le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane avait ordonné le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien d’Istanbul en 2018. politique à l’approche de sa visite en Arabie saoudite le mois prochain, qui vise à persuader MBS de pomper plus de brut pour remplacer les exportations russes et faire baisser le prix du pétrole.

En d’autres termes, les meurtriers de Khashoggi ont obtenu ce qu’ils voulaient et ont montré avec une brutalité effroyable qu’aucun journaliste dissident saoudien n’est à l’abri, un précédent qui sera pris à cœur en Turquie, où MBS s’est rendu cette semaine. Tout est désormais pardonné au président turc Recep Tayyip Erdogan, nouvellement allié à l’Arabie saoudite, alors que le procès par contumace des 26 meurtriers présumés de Khashoggi avait déjà été transféré d’Ankara à Riyad.

Une descente humiliante

C’est une descente humiliante de l’administration Biden, qui la justifie en disant qu’elle donne la priorité à la lutte contre la Russie après son invasion de l’Ukraine. Mais, quelle que soit sa cause, la nouvelle ligne américaine fournit une licence pour traquer et éliminer les journalistes exilés opposés au régime autocratique.

Mais ce ne sont pas seulement les régimes qui se livrent à un peu d’opportunisme politique méchant qui donnent carte blanche aux tyrans. Les experts déclarent ouvertement que s’opposer avec succès à la Russie et à la Chine nécessite de concilier des États dont la répression de groupes religieux et ethniques forts de millions de personnes, comme les chiites en Arabie saoudite et les Kurdes en Turquie, devrait maintenant être rejetée comme des “cruautés occasionnelles” et des “violations des droits de l’homme” . À l’avenir, ces échecs, selon les experts, ne devraient attirer que les coups les plus doux sur le poignet, afin que MBS et Erdogan puissent être recrutés pour la cause de la liberté.

Ces développements sont choquants mais ils ne sont guère surprenants car Biden a toujours été un homme rapide avec un drapeau blanc. L’establishment de la politique étrangère américaine n’a jamais voulu abandonner son ancienne alliance avec les monarchies absolues du Golfe, quelles que soient les atrocités qu’elles commettent. L’Arabie saoudite, la Turquie et l’Égypte n’étaient, en tout cas, jamais susceptibles de fermer leurs chambres de torture et leurs prisons simplement parce que les États-Unis les désapprouvaient.

Poursuite implacable

Cela rend l’emprisonnement de trois ans et l’extradition imminente vers les États-Unis de Julian Assange plus importants que l’affaire Khashoggi en tant que menace pour la liberté démocratique. En effet, ce que le fondateur de WikiLeaks est accusé de faire par le gouvernement américain en vertu de la loi sur l’espionnage n’est pas différent de ce que tout journaliste devrait chercher à faire. Sa persécution incessante par les États occidentaux pour avoir publié une grande quantité de documents du gouvernement américain en 2010 est simplement due au fait qu’il a eu plus de succès que d’autres journalistes, non qu’il soit différent d’une autre manière.

Pourtant, lorsque le ministre de l’Intérieur Priti Patel a signé l’ordonnance d’extradition d’Assange ce mois-ci, les gardiens de la prison de Belmarsh l’ont déshabillé et l’ont jeté dans une cellule d’isolement pour l’empêcher de se suicider, selon sa femme Stella.

La poursuite incessante d’Assange par les États-Unis, aidés par le Royaume-Uni, vise clairement à intimider d’autres journalistes qui pourraient être tentés par un scoop géant similaire. De vastes efforts ont été déployés pour salir Assange afin de le discréditer et de lui refuser le statut de journaliste.

Une attitude cavalière face aux faits

Des accusations portées contre lui et réfutées depuis longtemps persistent, comme l’affirmation selon laquelle ses révélations auraient entraîné la mort d’agents et d’informateurs américains dont l’identité a été révélée par WikiLeaks. Cherchant à étayer cette allégation, le Pentagone a mis en place un groupe de travail sur l’examen des informations dirigé par le général de brigade Robert Carr, qui était en charge d’une équipe de 120 agents de contre-espionnage qui ont tenté de dresser une liste des personnes tuées à cause des révélations.

Après des enquêtes prolongées, Carr a admis devant le tribunal en 2013 que son équipe n’avait pas réussi à trouver une seule personne nommée dans les centaines de milliers de câbles gouvernementaux qui étaient morts à cause d’eux. Il a ajouté que le moment où les talibans s’étaient approchés le plus était lorsque les talibans ont déclaré avoir tué un informateur américain identifié par WikiLeaks, mais il s’est avéré que les talibans avaient menti et que “le nom de l’individu ne figurait pas dans les révélations”.

L’admission de Carr aurait dû discréditer cette allégation particulière mais, avec d’autres mythes sur Assange, elle est toujours citée par ses détracteurs, qui ont une attitude cavalière face aux faits, très probablement parce que leurs affirmations sont rarement remises en question. Par exemple, des allégations de viol profondément préjudiciables ont été portées contre Assange en Suède en 2010. Celles-ci ont conduit à une enquête judiciaire de 10 ans qui a été abandonnée trois fois et redémarrée trois fois avant d’être finalement abandonnée en 2019 à l’approche du délai de prescription.

« Ne vous avisez pas d’avoir froid aux pieds ! »

La même année, Nils Melzer, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, a envoyé une lettre de 19 pages au gouvernement suédois qui concluait que « depuis 2010, le parquet suédois semblait [have done] tout pour maintenir le récit sans réserve du «suspect de viol» », sans que des progrès soient réalisés ou qu’aucune accusation ne soit émise.

La lettre révélait un échange de courriels entre les procureurs suédois et le Crown Prosecution Service britannique au cours duquel ce dernier, réagissant aux informations selon lesquelles la Suède pourrait abandonner l’enquête, a écrit au procureur en chef suédois : « N’osez pas avoir froid aux yeux !

Il ne devrait pas être nécessaire de réfuter ou de clarifier ces allégations contre Assange puisque des informations complètes à leur sujet sont depuis longtemps accessibles au public. Mais peu d’entre eux sont apparus dans les médias grand public et parfois ils ont été complètement ignorés. Dans l’ensemble, la campagne de dénigrement contre Assange a réussi à faire en sorte qu’il ne soit pas entendu et ne puisse pas se défendre. Cette agression a été soutenue par une diffamation systématique, ses adversaires l’accusant allègrement de “narcissisme” et de mauvais comportement sans produire aucune preuve de l’un ou l’autre échec, même si cela n’aurait aucun rapport avec son emprisonnement et son extradition imminente.

Mais ce que je trouve le plus inquiétant dans l’affaire Assange, c’est la volonté des médias de l’ignorer largement. Lorsque WikiLeaks a publié pour la première fois son trésor de documents, des extraits de ceux-ci ont été publiés dans Le New York Times, Le gardien, Le miroir, Le Monde et Le pays. Aucune de ces publications n’a fait campagne pour la liberté d’Assange, mais s’il a fait quelque chose de mal, elles l’ont fait aussi.

Les journalistes individuels voient les implications effrayantes du sort d’Assange pour eux-mêmes et leur profession. Andrew Neil l’a bien dit, affirmant que l’enjeu n’est « rien de moins que l’avenir d’une presse libre et, surtout, sa capacité à entreprendre un journalisme d’investigation qui embarrasse ou fait honte aux pouvoirs en place ». Il ajoute que la décision de Priti Patel « plane comme un piquet au cœur de ces libertés essentielles à toute véritable démocratie ».

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/27/the-media-celebrated-julian-assange-and-is-now-too-afraid-to-defend-him/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire