Les menaces de mort de la droite n’empêcheront pas Gustavo Petro de devenir le prochain président colombien

0
86

Le 6 mai, la campagne du candidat à la présidence Gustavo Petro a annoncé qu’elle avait mis au jour une menace crédible pour la vie de l’homme politique de gauche. La tentative d’assassinat aurait eu lieu lors de sa visite dans la région productrice de café de Colombie les 3 et 4 mai. L’équipe Petro a présenté un briefing de sécurité détaillé au bureau du procureur général qui a documenté un plan de l’organisation paramilitaire La Cordillera pour cibler le candidat progressiste, qui est en tête dans tous les sondages pour l’élection présidentielle qui doit se tenir le 29 mai.

La Cordillère est bien connue pour ses activités paramilitaires en Colombie, qui comprennent le trafic de drogue et les assassinats à gages. Il existe également des preuves liant La Cordillère à des politiciens, des membres de la police, de l’armée colombienne et de la police d’enquête judiciaire (SIJIN), ainsi qu’à des hommes d’affaires locaux proches de l’ancien président et caudillo politique d’extrême droite Álvaro Uribe Vélez.

Les liens entre les organisations criminelles et les agents publics ne sont malheureusement que trop fréquents en Colombie. La relation étroite entre l’État, les paramilitaires et le trafic de drogue remonte aux années 1980, lorsque la «guerre contre la drogue» soutenue par les États-Unis a commencé à s’intensifier et que le pays a connu une escalade de la violence politique.

Avec l’arrivée d’Uribe au pouvoir en 2002, les organisations paramilitaires ont pénétré encore plus profondément dans diverses agences de l’État. Il y a eu de multiples condamnations de ministres, de membres du Congrès, de gouverneurs et de maires, de responsables militaires et d’officiers de police alliés à Uribe pour collusion avec des paramilitaires. Uribe lui-même a plus de deux cents enquêtes judiciaires en cours contre lui devant des tribunaux nationaux ainsi que plusieurs devant des tribunaux internationaux.

Il n’est pas surprenant que ces intérêts mafieux soient prêts à prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher la victoire de Petro. Gustavo Petro a consacré une grande partie de sa carrière politique à enquêter et à dénoncer ce réseau de corruption, de trafic de drogue et de complot politique d’extrême droite qui est en grande partie responsable de la violence et de la terreur pour lesquelles la Colombie est malheureusement connue.

S’il gagnait, le gouvernement du Pacte historique de Petro aurait pour mission de transformer le pays en une véritable république démocratique. Cela signifierait défaire le pouvoir de l’oligarchie existante défendue par Uribe, les paramilitaires et le petit groupe de familles puissantes qui se sont enrichies en blanchissant l’argent de la drogue et en détournant le Trésor national.

Il n’est pas non plus surprenant que Petro et sa famille aient été la cible de harcèlement et de menaces dans le passé. Dans plusieurs cas, de tels incidents ont contraint les proches parents de Petro à l’exil. Francia Márquez, sa colistière, a également reçu plusieurs menaces sérieuses : en 2019, elle a survécu à un attentat contre sa vie. Malheureusement, même les politiciens de haut niveau ne sont pas à l’abri de la réalité violente de la Colombie, le premier pays au monde pour les assassinats de syndicalistes, d’écologistes et de défenseurs des droits humains.

Au cours du seul premier trimestre de 2022, au moins quarante-huit dirigeants sociaux ont été assassinés et vingt-sept massacres ont eu lieu dans l’intérieur rural du pays. Le soulèvement social de 2021 a laissé un autre bilan macabre : quatre-vingt-quatre jeunes ont été assassinés, des dizaines ont survécu avec des yeux mutilés, et au moins trente-cinq ont été victimes d’agressions sexuelles. C’est sans même compter le nombre non confirmé de manifestants disparus de force – vraisemblablement par la police ou les paramilitaires – lors des manifestations.

La Colombie a une histoire douloureuse d’assassinats, dont plusieurs candidats à la présidentielle de gauche ou de bande libérale indépendante. En 1914, le libéral, à tendance socialiste Rafael Uribe Uribe (apparenté de loin au plus infâme Uribe) a été assassiné lors d’une élection présidentielle. En 1948, l’assassinat du leader libéral Jorge Eliécer Gaitán a déclenché un cycle d’une décennie de violence brutale entre libéraux et conservateurs qui a cédé la place à une nouvelle phase de conflit armé que la Colombie subit depuis 1964.

À partir des années 1980, dans le contexte d’un accord de paix précaire entre le gouvernement et les groupes de guérilla de gauche, un certain nombre de candidats présidentiels populaires ont été assassinés. Le premier était Jaime Pardo Leal, candidat du parti Union patriotique (formé d’une alliance des FARC et du Parti communiste), qui a été brutalement assassiné en 1987.

Entre 1989 et 1990, trois candidats ont été assassinés coup sur coup : Luis Carlos Galán, un politicien libéral qui s’est opposé aux cartels de la drogue ; Bernardo Jaramillo Ossa, qui avait hérité de la direction de l’Union patriotique de Pardo Leal un an plus tôt, et Carlos Pizarro, ancien commandant de la guérilla M-19 (qui venait de signer un accord de paix). Plus tard, en 1995, le leader conservateur et ancien candidat à la présidentielle Alvaro Gómez Hurtado a été assassiné en plein jour.

Inutile de dire que les dirigeants nationaux n’étaient pas les seules cibles de ces campagnes d’assassinats. Entre 1987 et 1992, des paramilitaires et des cartels de droite ont anéanti l’Union patriotique, tuant près de quatre mille membres du parti. Tragiquement, c’est l’accord de cessez-le-feu signé entre les FARC et le gouvernement qui a conduit au massacre, perpétré par ceux qui craignaient les changements politiques qu’un processus de paix pourrait apporter en Colombie.

Avec cette histoire à l’esprit, les menaces contre la vie de Gustavo Petro et de Francia Márquez sont tout sauf insignifiantes. Le sentiment d’anxiété est aggravé par un environnement électoral plein de rumeurs de fraude systématique et d’achat de votes, avec de fausses nouvelles, des pièges et des attaques médiatiques déployées contre la campagne de Pero et Marquez. Il n’est pas étonnant que le quartier général de la campagne de gauche soit en état d’alerte maximale.

Confronté aux preuves bien documentées de menaces de la campagne Petro, le président sortant Iván Duque a affirmé que les informations ne pouvaient pas être suffisamment vérifiées. Cette attitude est préoccupante, non seulement parce qu’elle remet en cause le sérieux de l’engagement du gouvernement à garantir la vie et la sécurité des candidats à la présidence, mais aussi en raison de sa partialité. En revanche, l’administration de Duque a répondu à une menace récemment signalée contre la vie du candidat de droite Federico Gutiérrez en lui fournissant un détail de sécurité.

Le maire de Medellín, Daniel Quintero, a annoncé avoir des informations sur un futur plan contre Petro. Compte tenu de la capacité de Petro à remplir les places publiques de son charisme et de son appel direct à la foule, les menaces pourraient finalement faire partie d’un effort pour faire dérailler sa campagne.

Le ticket Petro-Márquez est plus que capable de l’emporter contre la machine électorale corrompue du bloc de droite d’Uribe. La véhémence des réactions de droite nous donne une idée du type de transformations que leur victoire pourrait apporter à la Colombie.

L’élite colombienne a parcouru tous les chiffres et commence à craindre qu’aucun montant d’achat de voix, de manipulation électorale ou de corruption de jurys électoraux ne suffira cette fois à faire taire la voix du peuple. Lorsqu’elle est acculée, la droite colombienne est la plus dangereuse.

La société colombienne a radicalement changé ces dernières années. Une nouvelle génération de Colombiens s’est réveillée et est descendue dans la rue, surmontant la peur de la répression et de la violence, et osant rêver d’une société différente, plus pacifique. Quatre ans après que le bras droit d’Uribe, Iván Duque, a pris le pouvoir après avoir condamné l’accord de paix avec les FARC, à la suite d’une terrible pandémie et d’un soulèvement social massif sous le règne de Duque, la Colombie semble enfin avoir rassemblé une masse critique suffisante pour pousser pour une transformation sociale majeure.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire