Les nations s’engagent à créer des réserves océaniques : comment ces promesses s’additionnent-elles ?

0
53

Piles de brouillard et de mer, côte de l’Oregon. Photo : Jeffrey St. Clair.

Des milliards de personnes dans le monde dépendent de l’océan pour leur alimentation, leurs revenus et leur identité culturelle. Mais le changement climatique, la surpêche et la destruction des habitats détruisent les écosystèmes océaniques.

En tant qu’écologiste marin, j’étudie les moyens d’améliorer la conservation et la gestion des océans en protégeant les zones clés de l’océan. De nombreux pays ont créé ou promis de créer des aires marines protégées – des zones qui peuvent restreindre des activités comme la pêche, la navigation et l’aquaculture. Mais des décennies de recherche ont montré que toutes les aires marines protégées ne sont pas créées égales et que les réserves les plus efficaces limitent les activités dommageables.

Comptage des promesses

De nombreux organes directeurs du monde entier ont réagi à la crise des océans en s’engageant à protéger des pans d’océan sur leur territoire. Pour voir comment ces engagements s’additionnaient, mes collègues et moi avons récemment évalué les engagements de conservation des océans annoncés de 2014 à 2019 lors des conférences annuelles Our Ocean – des réunions internationales de haut niveau initiées par le Département d’État américain. (Des réunions plus récentes ont été annulées pendant la pandémie de COVID-19.)

Plusieurs pays ont pris des engagements ambitieux. Lors des conférences Our Ocean de 2014 à 2019, 62 pays se sont engagés à protéger des zones de leur océan. Quatorze nations, dont les Seychelles et le Chili, se sont engagées à protéger plus de 38 000 milles carrés (100 000 kilomètres carrés) dans leurs eaux.

Les aires marines protégées dans des pays comme Fidji peuvent soutenir d’autres objectifs, tels que le développement économique.

Malheureusement, même si tous ces engagements sont pleinement mis en œuvre, ils ne protégeront que 4 % de l’océan mondial. En ajoutant toutes les autres aires protégées et les engagements en cours pris dans d’autres forums, ce chiffre s’élève à 8,9 %.

Le nombre est susceptible d’augmenter à mesure que d’autres pays se joignent à nous. Par exemple, le 30 mai 2022, la nation insulaire du Pacifique Sud, Niue, s’est engagée à protéger 100 % de ses eaux nationales. Ils couvrent 122 000 milles carrés (317 500 kilomètres carrés) – une superficie à peu près de la taille du Vietnam.

Plus récemment, l’administration Biden a proposé le 8 juin 2022 de désigner Hudson Canyon, qui se trouve au sud-est de New York dans l’Atlantique et est l’un des plus grands canyons sous-marins au monde, comme sanctuaire marin national. Le canyon fournit un habitat aux cachalots, aux tortues de mer, aux coraux des grands fonds et à d’autres espèces sensibles.

Pour ajouter à l’urgence de cet effort, les négociations aux Nations Unies se poursuivent autour d’un objectif proposé de protéger au moins 30 % des zones terrestres et maritimes de la Terre d’ici 2030. Plus de 90 pays, dont les États-Unis, ont approuvé cet objectif.

Il s’agit clairement de progrès importants, mais il reste encore beaucoup à faire. Les nations n’ont pas tenu leurs engagements internationaux passés en matière de conservation. Et une protection marine significative implique plus que l’énoncé d’engagements de haut niveau.

Des hommes sur un bateau de police déchargent des casiers à crabes sur un quai.

La police de l’État de l’Oregon récupère des casiers à crabes volés comme preuve de pêche illégale dans une réserve marine dans les eaux de l’État en 2019. L’application de la loi est essentielle pour garantir que les aires marines protégées atteignent leurs objectifs de conservation. Département de la pêche et de la faune de l’Oregon

Promesses, promesses

Aujourd’hui, certaines aires marines protégées offrent une protection importante pour les poissons et autres espèces marines, mais d’autres existent principalement sur le papier.

Par exemple, l’océan Austral autour de l’Antarctique est l’une des zones marines les moins altérées de la Terre, mais la pêche s’y développe et seulement 5 % de celle-ci est actuellement protégée. Les délibérations sur deux zones protégées proposées là-bas, dans l’Antarctique oriental et la mer de Weddell, se sont poursuivies pendant des années.

Dans de nombreuses aires protégées, les activités nuisibles sont autorisées. Par exemple, les zones de protection de l’habitat du parc marin de la Grande Barrière de Corail en Australie autorisent plusieurs types de pêche.

J’ai fait partie d’une équipe internationale qui a publié un cadre général pour la planification et l’évaluation des aires marines protégées en 2021. Notre message clé était que la conservation efficace des habitats océaniques et de la vie marine nécessitera de travailler avec les communautés et les gouvernements locaux pour créer davantage d’aires marines protégées et définir des freins plus stricts aux activités destructrices.

Carte indiquant l'emplacement du monument au large de la côte est.

Le président Barack Obama a désigné le Northeast Canyons and Seamounts Marine National Monument dans l’océan Atlantique en 2016 pour protéger les écosystèmes marins profonds fragiles et largement vierges et la riche biodiversité, y compris les coraux des grands fonds, les baleines et les tortues de mer en voie de disparition, d’autres mammifères marins et de nombreuses espèces de poissons. . NOAA.

Nous avons conçu ce guide pour fournir une image précise et scientifique de l’ampleur réelle de la conservation que ces aires protégées offriront. Il complète les catégories bien établies de l’Union internationale pour la conservation de la nature pour les aires protégées – des lignes directrices que les Nations Unies et de nombreux gouvernements nationaux utilisent pour définir les aires protégées.

Les catégories de l’UICN décrivent les types de gestion sur divers sites. Par exemple, un parc national de catégorie II réserve de vastes étendues de terre ou de mer. Mais les catégories ne précisent pas quels types d’activités y sont autorisées ni ne décrivent leur impact. Notre guide ajoute quatre nouveaux éléments particulièrement pertinents pour le suivi et la prise de décision.

Premièrement, il identifie si une aire protégée est simplement un concept, une zone opérationnelle avec une gouvernance et des réglementations efficaces, ou quelque chose entre les deux. C’est important, car cela peut prendre des années pour passer de la rédaction d’une proposition à la conservation effective d’une bande d’océan.

Deuxièmement, le guide décrit quatre niveaux de protection : 1) entièrement protégé, sans activités destructrices autorisées ; 2) hautement protégé, avec seulement des impacts humains minimes ; 3) légèrement protégé, avec des impacts modérés ; 4) peu protégés, avec des activités destructrices autorisées.

Cette dernière catégorie peut encore être qualifiée d’aire protégée si la conservation de la biodiversité est son objectif principal et qu’aucune activité industrielle, comme l’exploitation minière et le forage, n’est autorisée.

Troisièmement, les aires marines protégées réussies doivent être planifiées, conçues et gérées équitablement. Un processus ouvert est crucial pour obtenir le soutien du public. Cela comprend la cogestion et l’intégration des connaissances traditionnelles des peuples autochtones et de l’expérience des pêcheurs locaux et d’autres personnes qui utilisent la région.

Enfin, une fois qu’une aire marine protégée est établie, elle doit recevoir un soutien politique et un financement adéquats, en particulier pour les projets qui dépendent de l’investissement international.

Hausser la barre

L’application de ces critères aidera les décideurs à développer des protections marines plus efficaces et à évaluer ce que les aires protégées existantes accomplissent. Par exemple, mesurés par ces normes, nous avons constaté que seulement 3 % de toutes les aires marines protégées existantes et promises de nos conférences sur les océans seraient considérées comme entièrement ou hautement protégées.

Des experts au Canada, en Indonésie, aux États-Unis et dans d’autres pays utilisent déjà ce guide pour évaluer les aires marines protégées existantes afin que les communautés et les gouvernements puissent prendre des décisions éclairées et ajuster les politiques en conséquence.

Bien que la protection des océans ait encore beaucoup à faire, je vois des raisons d’être optimiste. Lors de la dernière conférence Our Ocean, dans la nation insulaire du Pacifique des Palaos en avril 2022, les nations ont pris plus de 400 nouveaux engagements pour prendre des mesures, notamment la création de nouvelles zones protégées et la réduction de la pollution marine et de la pêche illégale et non réglementée.

Ces promesses impliquaient quelque 16,35 milliards de dollars de financement, en plus des 91,4 milliards de dollars déjà engagés lors de conférences précédentes. Je crois que si les nations utilisent ces ressources pour créer le type d’aires protégées de haute qualité décrites dans notre guide, il y a un grand espoir pour la conservation de la vie océanique.

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/15/nations-are-pledging-to-create-ocean-preserves-how-do-those-promises-add-up/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire