Les patrons et les travaillistes saccagent le niveau de vie

0
265

Cela ne fait qu’empirer. Les salaires réels ont baissé de plus de 7 % par rapport au pic du trimestre de juin 2020. Le taux d’inflation des prix à la consommation diminue et le rythme des augmentations de salaires s’accélère, mais un écart subsiste entre les deux. Les salaires réels cumulés pourraient baisser de 9 % ou plus d’ici la fin de l’année.

Cette baisse « moyenne » n’attrape pas le pire. Les personnes au bas de l’échelle des revenus sont plus durement touchées. Au cours de la dernière année, le Le Bureau des statistiques a signalé une inflation de 7 %. Mais les prix des articles essentiels pour lesquels les ménages les plus pauvres dépensent une part disproportionnée de leurs revenus augmentaient beaucoup plus rapidement.

Les produits céréaliers, par exemple (riz, avoine, pain, céréales pour petit-déjeuner, etc.) ont augmenté de près de 12 %. Les produits laitiers comme le lait, le beurre et le fromage ont augmenté de près de 15 %. D’autres aliments emballés, tels que les aliments de base secs des rayons des supermarchés, ont augmenté de plus de 11 %. L’électricité a augmenté de 15,5 %. Le gaz et les autres combustibles domestiques ont augmenté de plus de 26 %.

Ça va être un hiver de merde pour des millions de personnes. Mais ce n’est toujours pas le pire.

La crise du logement devient immense. Le dernier Rapport de location de domaine estime que les prix demandés des loyers unitaires de la capitale ont bondi de 10% au cours des trois derniers mois et de plus de 22% en un an. Les loyers des maisons ont augmenté de 13% en un an et de près d’un tiers en trois ans.

Encore une fois, cela frappe le plus durement les gens au bas de l’échelle : la Banque de réserve estime que plus de 70 pour cent des 2,2 millions de ménages les plus pauvres sont des locataires privés. De nombreuses personnes dépensent désormais plus d’un tiers de leurs revenus uniquement pour le loyer. Certains dépensent 50 % ou plus.

« Il n’y a pas que les gens qui bénéficient des avantages de Centrelink. Ce sont aussi les gens qui … ont des emplois, ont des familles, qui ont de faibles revenus, qui ne peuvent toujours pas se permettre une location privée », Meg Hamilton de Melbourne City Mission a déclaré au Gardien récemment. “C’est une vraie situation de cauchemar.”

Ensuite, il y a les prêts immobiliers à taux fixe émis pendant les deux premières années de la pandémie, qui bondissent à des taux variables beaucoup plus élevés. Le créancier hypothécaire moyen est sur le point de se voir facturer 200 $ de plus par semaine en remboursements. C’est la « falaise hypothécaire » dont nous avons entendu parler. Cela a commencé ce mois-ci et se poursuivra après Noël alors que plus d’un million d’emprunteurs tombent – ou sont poussés – dans des moments beaucoup plus difficiles.

Parmi ceux à taux variable, la Reserve Bank estime que jusqu’à 15 pour cent atteindront cette année un “flux de trésorerie disponible négatif”, c’est-à-dire que leurs versements hypothécaires et leurs frais de subsistance essentiels seront supérieurs à leur revenu disponible.

Pourtant, alors que la classe ouvrière australienne se profile à l’horizon des difficultés financières, le trésorier fédéral Jim Chalmers abolira la compensation fiscale pour les revenus faibles et moyens dans le budget fédéral du 9 mai. Cela donnera à plus de 10 millions de personnes, principalement de la classe ouvrière, “l’une des plus importantes augmentations d’impôts de l’histoire”, selon Shane Wright, correspondant économique principal pour le Âge et le Héraut du matin de Sydney.

“Une personne gagnant 50 000 $ par an subira une réduction de 3,4 % ou 29 $ par semaine de son revenu après impôt à la fin de la compensation, tandis qu’une personne touchant un salaire moyen de 90 000 $ subira une baisse de 2,1 %”, calcule Wright.

Ainsi, alors que les capitalistes font baisser les salaires réels jusqu’à 10 % (qui sait quand cela se terminera ?), le gouvernement travailliste va faire baisser les revenus de la classe ouvrière de 2 à 4 % supplémentaires.

Le prochain budget inclura sans aucun doute quelques mesures qui feront la une des journaux pour “atténuer les pressions du coût de la vie” – une admissibilité élargie à l’indemnité parentale peut-être, une petite augmentation de l’allocation si les chômeurs ont de la chance.

La plupart du temps, ils s’apparenteront à mettre des rideaux fantaisie sur une maison qui s’effondre.

Source: https://redflag.org.au/article/bosses-and-labor-are-trashing-living-standards

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire