Les points clés du plan sri-lankais de restructuration de la dette intérieure | Nouvelles des affaires et de l’économie

0
200

La banque centrale du pays touché par la crise présente des mesures pour restructurer la dette locale dans le cadre des efforts visant à remplir les conditions du renflouement du FMI.

La Banque centrale du Sri Lanka (CBSL) a dévoilé un vaste plan de restructuration de la dette intérieure visant à rétablir la stabilité dans le pays touché par la crise.

La décision de jeudi intervient alors que le gouvernement tente de remplir les conditions d’un plan de sauvetage de 2,9 milliards de dollars du Fonds monétaire international (FMI) convenu en mars, considéré comme crucial pour la reprise économique de la nation insulaire, qui a fait défaut sur sa dette extérieure pour la première fois. fois l’année dernière.

La restructuration tant attendue est nécessaire pour aider le Sri Lanka à atteindre l’objectif du programme du FMI de réduire la dette globale à 95 % du produit intérieur brut (PIB) d’ici 2032.

L’année dernière, une crise des changes a empêché le gouvernement de payer les importations de carburant, de nourriture, de médicaments et d’autres produits essentiels, ce qui a conduit à des manifestations qui ont entraîné la destitution du président de l’époque, Gotabaya Rajapaksa.

Le plan “n’est pas un choix mais une ligne de conduite inévitable du gouvernement compte tenu de la situation budgétaire fragile du Sri Lanka”, a déclaré à Al Jazeera WA Wijewardena, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale du pays.

Que comprend le forfait ?

  • Dans le cadre de la refonte de la dette intérieure, les détenteurs d’obligations libellées en dollars émises localement telles que les obligations de développement du Sri Lanka (SLDB) se verront offrir trois options, selon le gouverneur de la CBSL, Nandalal Weerasinghe.
  • Le premier serait un traitement similaire aux investisseurs dans les obligations souveraines internationales du pays – une décote de 30 % du principal avec une échéance de six ans à un taux d’intérêt de 4 %.
  • Le second sera un traitement similaire à celui proposé aux créanciers bilatéraux en dollars : pas de décote du principal, avec une échéance de 15 ans et une période de grâce de neuf ans à un taux d’intérêt de 1,5 %.
  • La troisième consistera à échanger leurs avoirs contre des instruments libellés en monnaie locale : pas de décote du principal avec une échéance de 10 ans au SLFR (taux de la facilité de prêt permanente du Sri Lanka) + 1 % de taux d’intérêt.
  • Le Sri Lanka détient actuellement 12,5 milliards de dollars d’obligations souveraines internationales. Il dispose également de 11,3 milliards de dollars de prêts bilatéraux.

Obligations en monnaie locale

  • Dans le cadre de ce plan, les obligations en monnaie locale détenues par les caisses de retraite, y compris les caisses de retraite, seront échangées contre des obligations à plus longue échéance (2027 à 2038), qui auront un intérêt de 9 % jusqu’à l’échéance.
  • Les avoirs de la CBSL en bons du Trésor devant être convertis en obligations échéant entre 2029 et 2038, avec une structure de coupon dégressif. Cela sera mis en œuvre dans la deuxième phase de la restructuration de la dette intérieure.
  • Les bons du Trésor et les avoirs en bons du Trésor du secteur bancaire ont été exclus de la restructuration de la dette intérieure compte tenu des tensions importantes qui pèsent actuellement sur le secteur bancaire en raison de l’augmentation des prêts non performants, de l’impact de la restructuration de la dette extérieure et de la forte fiscalité.

Pourquoi la refonte de la dette intérieure est-elle importante ?

  • Le secrétaire au Trésor Mahinda Siriwardana a déclaré jeudi que la restructuration couvrirait une partie des 42 milliards de dollars de dette intérieure du pays.
  • Cette décision devrait créer une dynamique autour des renégociations de la dette extérieure sur 36 milliards de dollars de dette extérieure, dont 24 milliards de dollars détenus par des détenteurs d’obligations et des créanciers bilatéraux tels que la Chine, le Japon et l’Inde.
  • Le Sri Lanka s’est fixé pour objectif de finaliser les pourparlers sur la restructuration de la dette d’ici septembre afin de s’aligner sur la première revue de son programme du FMI.

Et après?

  • Le cadre de restructuration nationale sera maintenant présenté au Parlement samedi pour approbation. La CBSL espère finaliser l’échange obligataire des fonds retraités d’ici le mois de juillet.
  • Le Sri Lanka a déclaré un congé de cinq jours du 29 juin au 3 juillet dans le but de contenir toute volatilité potentielle du marché. Les jours fériés spéciaux permettent également de comptabiliser toute perte sur les ventes d’obligations au troisième trimestre de l’année, ont déclaré les analystes.

Source: https://www.aljazeera.com/economy/2023/6/29/the-key-points-of-sri-lankas-plan-to-restructure-domestic-debt

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire