Les positions changeantes des baptistes du Sud sur l’avortement

0
105

Avec une affaire d’avortement devant la Cour suprême des États-Unis, la Convention baptiste du Sud de juin 2022 a encouragé ses membres à prier pour l’annulation de Roe v. Wade, la décision de 1973 qui a légalisé l’avortement aux États-Unis.

La résolution, “Sur l’anticipation d’un moment historique dans le mouvement pro-vie”, n’a cependant pas été sans controverse. Une faction de baptistes du Sud qui se considèrent comme des « abolitionnistes de l’avortement » a soutenu que la Convention devrait également appeler à la criminalisation des personnes qui se font avorter en tant que meurtriers. Au lieu de cela, la résolution appelle les baptistes du Sud à se tenir aux côtés des «femmes vulnérables à l’avortement» et à prier pour elles.

La Convention baptiste du Sud, la plus grande dénomination protestante aux États-Unis, et souvent qualifiée de « phare du christianisme conservateur », a longtemps exprimé son opposition à l’avortement. Une enquête Pew en 2014 a révélé que les deux tiers des baptistes du Sud pensaient que l’avortement devrait être illégal dans la plupart ou dans tous les cas. En 2021, la Convention a adopté une résolution déclarant «sans équivoque que l’avortement est un meurtre» et appelant à «l’abolition immédiate de l’avortement, sans exception ni compromis».

Mais les baptistes du Sud n’ont pas toujours été opposés à l’avortement.

La Convention a exprimé son soutien à l’avortement dans certains cas tout au long des années 1970, jusqu’à ce qu’une aile plus conservatrice prenne le contrôle dans les années 1980. J’étais baptiste du Sud à l’époque, et j’étudie maintenant la dénomination. Je comprends la position de la Convention contre l’avortement comme le reflet des croyances conservatrices des dirigeants sur les femmes, le genre et la sexualité.

Soutien à l’avortement

Dès le début, de nombreux évangéliques, y compris les baptistes du Sud, considéraient l’opposition à l’avortement légal comme un “problème catholique”.

Un sondage réalisé en 1970 par le conseil de l’école baptiste du dimanche a révélé qu’une majorité de pasteurs baptistes du Sud soutenaient l’avortement dans un certain nombre de cas, y compris lorsque la santé mentale ou physique de la femme était en danger ou en cas de viol ou de malformation fœtale.

Le SBC a adopté sa première résolution sur l’avortement deux ans avant la décision Roe. Bien que la Convention n’ait jamais soutenu le droit d’une femme à se faire avorter à sa demande pour quelque raison que ce soit, la résolution a reconnu la nécessité d’une législation qui permettrait certaines exceptions.

En fait, de nombreux baptistes du Sud considéraient la décision Roe comme traçant une ligne nécessaire entre l’Église et l’État sur les questions de moralité et de réglementation de l’État. Un article de Baptist Press quelques jours seulement après la décision l’a qualifié d’avancement de la liberté religieuse, de l’égalité humaine et de la justice.

La Convention a confirmé cette résolution en 1974 après la décision Roe. Une résolution de 1976 condamnait l’avortement comme “un moyen de contrôle des naissances”, mais insistait toujours sur le fait que la décision restait finalement entre une femme et son médecin.

Une résolution de 1977 a clarifié la position de la Convention, réaffirmant sa «ferme opposition à l’avortement sur demande». Cependant, il a également réaffirmé les vues de la Convention sur le rôle limité du gouvernement et le droit des femmes enceintes à des services médicaux et à des conseils. Cette résolution a été réaffirmée en 1979.

Fœtus en tant que personne

Plus tard cette année-là, cependant, alors qu’une faction ultra-conservatrice au sein de la dénomination acquérait le pouvoir de dirigeants plus modérés, les choses ont commencé à changer.

À partir de 1980, les résolutions de la Convention ont pris un tour dur contre l’accès à l’avortement. Une “résolution sur l’avortement” a déclaré “que l’avortement met fin à la vie d’un être humain en développement” et a appelé à des mesures juridiques “interdisant l’avortement sauf pour sauver la vie de la mère”.

Un autre changement intéressant s’est produit dans cette résolution. Au lieu de faire référence à la «vie fœtale», comme le faisaient les résolutions précédentes, la résolution de 1980 appelait les fœtus «à naître» ou «pré-nés» la vie humaine ou les «personnes». Ce changement de langage a apporté un changement significatif au statut du fœtus. Ce n’était plus un organisme en développement dépendant du corps d’une femme, mais plutôt un être humain à part entière avec le même statut et les mêmes droits que les femmes. Une résolution de 1984 a nommé un fœtus « un être humain individuel vivant ».

Depuis lors, la Convention a adopté 16 autres résolutions contre l’avortement, y compris l’opposition aux pilules abortives, «l’avortement par naissance partielle» – une expression politique anti-choix plutôt qu’un terme médical pour un avortement à terme ultérieur qui implique l’extraction du fœtus par le canal de naissance – l’inclusion de l’avortement dans les soins de santé financés par le gouvernement fédéral et l’utilisation de tissus fœtaux avortés dans la recherche.

Contrôler le corps des femmes

Les résolutions du SBC se concentrent sur le fœtus, mais elles illustrent également les croyances de la Convention sur le genre, en particulier sur la façon dont les femmes et leurs corps devraient être subordonnés aux hommes.

À partir de 1980, les résolutions ont supprimé les exceptions pour viol, inceste ou traumatisme mental pour l’avortement. Le seul cas acceptable d’avortement pour les baptistes du Sud est devenu “la mort imminente de la mère”. Un énoncé de position de 2005 le disait clairement : « Au moment de la conception, un nouvel être entre dans l’univers, un être humain, créé à l’image de Dieu. Cet être humain mérite notre protection, quelles que soient les circonstances de la conception.

Une résolution de 1986 a lié l’avortement à la sexualité pécheresse. Appelant les parents à éduquer leurs enfants sur une «compréhension chrétienne» de la sexualité comme moyen d’éviter les grossesses non planifiées, la résolution s’oppose également à l’avortement comme «non scripturaire» et nocif pour la mère. Une résolution de 1987 appelait à enseigner l’abstinence dans les écoles comme « le meilleur et le seul moyen sûr de prévenir les grossesses de crise ».

En 2003, une résolution sur l’avortement a coopté le langage du mouvement des femmes pour qualifier la décision Roe c. Wade « d’acte d’injustice contre des enfants à naître innocents ainsi que contre des femmes vulnérables en situation de crise de grossesse ». La résolution a ensuite accusé la «révolution sexuelle» et une «industrie lucrative de l’avortement» de victimiser les femmes. Au lieu de cela, il a promu une législation anti-choix comme un moyen « de protéger les femmes et les enfants contre l’avortement », et il a offert des prières, de l’amour et un plaidoyer pour « les femmes et les hommes qui ont été abusés par l’avortement ».

Les résolutions demandaient également que les femmes reçoivent des informations sur le développement du fœtus, et la Commission de l’éthique et de la liberté religieuse de la Convention a créé le “Projet Psaume 139” pour fournir des échographes aux centres de grossesse en crise afin qu’ils puissent montrer aux femmes des images de leurs fœtus pour les décourager de l’avortement. .

Les centres de grossesse de crise sont principalement des organisations évangéliques qui offrent des conseils et une assistance pour convaincre les femmes enceintes de ne pas avorter. Ils fournissent souvent des informations trompeuses et fausses, et reçoivent souvent d’importantes sommes d’argent public avec peu de surveillance publique.

La résolution de 2003 appelait également le gouvernement à « prendre des mesures pour protéger la vie des femmes et des enfants ».

Il y a cinquante ans, les vues de la Convention sur l’avortement étaient guidées par des préoccupations concernant l’intrusion du gouvernement dans une affaire privée entre une femme et son fournisseur de soins de santé. Aujourd’hui, la Convention a pleinement adopté le contrôle gouvernemental des décisions d’une femme en matière de procréation.

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/21/the-southern-baptists-changing-positions-on-abortion/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire