Les principaux impacts de la production animale sur la terre

0
80

Les impacts sur le bétail ne se limitent pas au pâturage des plantes. La production animale peut socialement déplacer la faune indigène, polluer l’eau, détruire les croûtes du sol, c’est la raison pour laquelle des prédateurs comme les loups sont tués, propager des mauvaises herbes comme l’herbe à triche qui alimente les incendies de forêt et de nombreux autres impacts. Photo George Wuerthner.

Le bétail est responsable de plus de dommages écologiques au paysage occidental que toute autre activité humaine. Cependant, peu de comptes rendus de ces impacts sont jamais compilés. Une source est mon livre Welfare Ranching–the Subsidized Destruction of the West.

N’oubliez pas que toute la science écologique est basée sur des moyennes statistiques et non sur des absolus. Par conséquent, toutes les exploitations d’élevage n’ont pas les impacts suivants, qui varient d’une exploitation à l’autre et d’une région à l’autre.

Néanmoins, la plupart des exploitations d’élevage ont statistiquement au moins certains des impacts écologiques suivants sur le paysage.

1. Compétition fourragère. La plupart du fourrage sur les terres publiques est consommé par le bétail, laissant peu de couvert résiduel ou de nourriture pour la faune indigène.

2. Les sols compacts et piétinés par le bétail réduisent l’infiltration, ce qui augmente le ruissellement, les inondations et l’érosion.

3. Le bétail est la principale source de pollution diffuse de l’eau en Occident.

4. Le bétail détruit les croûtes du sol qui lient le sol et captent l’azote libre, le rendant disponible pour la croissance des plantes. La croûte du sol inhibe également l’établissement des mauvaises herbes.

5. Le bétail est l’une des principales sources de dispersion des mauvaises herbes. De plus, le piétinement des plantes et la culture des plantes désirables donnent aux espèces adventices un avantage concurrentiel.

6. La majeure partie de l’eau de l’Ouest est détournée pour la production de fourrage pour le bétail (c’est-à-dire le foin). Au Montana, par exemple, 97 % de toute l’eau est utilisée par l’agriculture, principalement pour produire du foin et de la luzerne.

7. Le bétail peut socialement déplacer des espèces indigènes telles que les wapitis, les cerfs, les antilopes et d’autres espèces dont il a été démontré qu’elles évitent les zones activement pâturées par les animaux domestiques.

8. Le bétail transmet des maladies aux espèces indigènes, c’est-à-dire au mouflon d’Amérique.

9. La lutte contre les prédateurs et les « nuisibles », comme l’abattage des loups et des chiens de prairie, réduit considérablement l’intégrité écologique du paysage.

10. Le piétinement des zones riveraines affecte négativement 75 à 80 % des espèces de l’Ouest qui dépendent des zones riveraines.

11. Conversion de la communauté végétale – le pâturage peut conduire à la transformation éventuelle d’une communauté de lieu – par exemple, de nombreuses zones sont dominées par l’herbe de triche.

12. Le pâturage du bétail contribue à accroître la gravité des incendies en raison de la propagation de l’herbe de triche hautement inflammable.

13. Le pâturage du bétail peut interrompre les cycles des nutriments.

14. Le bétail dégrade l’esthétique du paysage – par exemple, le fumier de vache dans de nombreuses zones de loisirs comme les terrains de camping.

15. La production de fourrage sur et hors des terres publiques détruit les communautés végétales indigènes. Plus de 80% de toutes les terres cultivées des États-Unis, soit environ 300 millions d’acres (trois fois la superficie de la Californie), sont consacrées à la production de fourrage pour le bétail (maïs, soja, foin), ce qui a éliminé les communautés naturelles.

16. Le bétail affecte de nombreuses espèces indigènes plus petites qui sont rarement sur l’écran radar de la plupart des citoyens, des escargots aux grenouilles en passant par les sauterelles.

17. La production animale est responsable de plus d’espèces en voie de disparition que toute autre utilisation des terres dans l’Ouest.

18. Les clôtures, les aménagements hydrauliques et les autres structures utilisées pour maintenir les opérations d’élevage ont un impact négatif sur les espèces indigènes. C’est-à-dire que les clôtures bloquent les migrations de la faune et que les poteaux de clôture peuvent fournir des perchoirs aux oiseaux de jolies pour attaquer le tétras des armoises. De plus, les aménagements aquatiques utilisés par le bétail agissent comme des fosses à prédateurs, attirant la faune dans l’eau avec peu de couverture cachée, ce qui rend les espèces proies vulnérables aux prédateurs.

19. Il est presque impossible d’obtenir les coûts réels de la production animale. Le prix exact est indénombrable. Même les subventions des contribuables publics sont obscurcies par une comptabilité fausse et délicate. Si vous clôturez un terrain de camping pour empêcher les vaches d’y entrer, cela provient du budget des loisirs et non du budget du bétail. Si vous clôturez une source pour protéger la source d’eau, le coût est généralement imputé aux comptes de la faune.

20. L’élevage est l’un des principaux contributeurs aux émissions de GES dans le monde.

21. Les terres publiques fournissent moins de 4 % du fourrage consommé par le bétail dans le pays, mais ont un impact extrêmement négatif sur l’intégrité écologique de l’Ouest. L’élimination du pâturage du bétail est le moyen le plus efficace de restaurer et de soigner la terre.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/04/the-key-impacts-of-livestock-production-upon-the-land/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire