Les protestations des camionneurs au Canada sont la preuve que les guerres culturelles pandémiques ne peuvent pas vaincre les populistes d’extrême droite

0
296

Quelques semaines après les élections fédérales canadiennes de l’automne dernier, les libéraux de Justin Trudeau semblaient en difficulté. Après avoir appelé à une campagne anticipée sans raison particulière à part qu’elle semblait politiquement opportune, une augmentation rapide des sondages pour les conservateurs a brièvement fait de la défaite une véritable possibilité.

Mais alors, quelque chose s’est passé. Des foules en colère, se présentant pour protester contre les politiques du gouvernement en matière de COVID-19, ont commencé à apparaître aux arrêts de campagne du Premier ministre. Bientôt, certains dans la foule étaient liés à l’extrême droite et au Parti populaire du Canada (PPC) dirigé par l’ancien ministre conservateur Maxime Bernier. En ébullition depuis le début de la campagne, les libéraux ont soudainement eu un récit.

Dénonçant les « foules anti-vaxxer » et les reliant à son adversaire conservateur, Trudeau a également utilisé une interview en français pour faire une déclaration encore plus forte sur les anti-vaxxers : un groupe, a-t-il dit, qui «[didn’t] croire en la science/au progrès » et était « souvent très misogyne et raciste ». (Pour autant que je sache, les commentaires de Trudeau n’ont jamais pénétré correctement le courant dominant anglo-canadien. Essayez de rechercher les sites Web des principaux journaux pour la couverture de l’entrevue et vous ne réussirez généralement pas. Ce que vous trouverez, cependant, est un déluge de contenu les concernant provenant de médias de droite au Canada et à l’étranger.)

En tant que stratégie électorale à court terme, cela a fonctionné : la poussée conservatrice ne s’est pas matérialisée et le premier ministre, bien qu’avec moins de voix globales que son adversaire conservateur, a conservé son poste de justesse. Le PPC d’extrême droite, quant à lui, a finalement récolté des centaines de milliers de nouveaux votes.

En tant que Canadien qui a passé plusieurs années à écrire sur la politique américaine, la chaîne d’événements allant de l’élection de l’an dernier aux manifestations autoproclamées du « Freedom Convoy » de ce mois-ci m’a laissé un sentiment inquiétant de déjà-vu. Cela n’est pas dû à une inquiétude naïve que les manifestations signalent les débuts d’une politique proto-Trumpienne au nord de la frontière : le Canada est un foyer d’activités d’extrême droite depuis des années, et il est idiot de prétendre le contraire.

C’est plutôt parce que je vois une réplique d’une dynamique de guerre culturelle odieuse et bien trop familière opposant des libéraux urbains qui remue les doigts à une droite toujours plus radicale qui prétend tenir tête aux élites et défendre les travailleurs.

Il ne peut, bien sûr, y avoir aucun doute sur le penchant réactionnaire de la foule qui a passé la semaine dernière à occuper une grande partie du centre-ville d’Ottawa ou sur les antécédents d’extrême droite de ses dirigeants. Quel que soit le lien apparent entre ces manifestations et les questions de travail ou l’industrie du camionnage, il est clair qu’elles sont devenues dans la pratique une expression plus œcuménique de la politique de droite à l’ère du COVID et ont attiré une gamme de convertis, y compris des éléments ouvertement racistes et extrémistes . Il est également clair qu’ils ont réussi à mobiliser des personnes moins immergées dans le milieu traditionnel de droite (un fait qui m’est devenu tout à fait évident lorsque j’ai sondé la grande manifestation dans ma propre ville de Toronto le week-end dernier).

Selon la plupart des mesures, ils ont également connu un succès alarmant, malgré le faible taux de participation des camionneurs réels et opposition écrasante des résidents d’Ottawa. Déjà assiégé après son échec aux élections de l’automne dernier, le chef de la girouette du Parti conservateur, Erin O’Toole, a été mis à la porte – le député de droite Pierre Poilievre étant actuellement le favori pour le remplacer. Plus de 100 000 personnes ont donné des millions à une campagne GoFundMe avant sa fermeture. Alors que le banquier le plus connu du pays invoque la « sédition », les manifestations ont été applaudies par les médias de droite du monde entier, ont inspiré des actions de copie et ont même été approuvées par l’homme le plus riche du monde.

La réalité inconfortable est que même un faux populisme astroturf peut mobiliser un véritable soutien populaire. La politique d’extrême droite n’existe pas dans le vide ou n’arrive pas soudainement comme un événement météorologique aléatoire. Ils prospèrent dans des conditions de difficultés économiques et d’aliénation sociale et sont souvent aggravés par le comportement cynique des élites politiques traditionnelles désireuses de détourner l’attention de leurs propres échecs.

Le moment actuel au Canada ne fait pas exception. Près de deux ans après le début de la pandémie, le pays reste dans un quasi-état d’urgence, mais le langage de l’unité et de la solidarité sociale de ses premiers mois a disparu depuis longtemps – de même que de nombreux programmes de prestations qui ont soutenu les gens tout au long des premiers confinements. Même si la variante hautement contagieuse d’Omicron s’est déchaînée à travers le pays, les dirigeants élus (y compris Trudeau lui-même) ont continué à blâmer carrément la pandémie pour les non vaccinés. Bien qu’elle ait été abandonnée depuis, le premier ministre du Québec a même lancé l’idée d’une nouvelle taxe santé punitive pour quiconque refuse un coup.

L’accès aux tests COVID rapides a, jusqu’à récemment, été principalement un Far West, accessible à ceux qui sont disposés et capables de payer. Le Canada, quant à lui, s’est joint au chœur des pays riches se rangeant du côté de Big Pharma pour résister à une renonciation mondiale aux brevets qui permettrait la production de masse de vaccins et leur livraison aux personnes dans le monde en développement (contribuant à réduire la perspective de futures variantes). Alors que des millions de personnes perdaient leur emploi ou risquaient d’être infectées en effectuant un travail essentiel pour un faible salaire, les dirigeants d’entreprise les plus élitistes du pays ont continué à s’enrichir.

Alors que les cols blancs peuvent travailler à domicile, des aides au revenu inadéquates ne laissent pas d’autre choix à certains travailleurs à bas salaire que d’aller travailler même en cas de maladie. Comme pas moins qu’un député du propre parti de Trudeau l’a souligné cette semaine, les directives de santé publique restent confuses, et on ne sait pas quels critères, le cas échéant, le gouvernement fédéral a fixés pour l’élimination progressive des diverses restrictions qui perturbent actuellement la vie quotidienne.

Le populisme de droite, quoi qu’en disent ses champions, n’a ici aucune solution à proposer. Mais une leçon clé de la politique américaine depuis 2016 est que le sentiment réactionnaire ne peut être repoussé par la honte et la condamnation morale, et continuera de prendre de l’ampleur en l’absence d’une alternative de gauche populiste forte à la guerre culturelle COVID. Pour diverses raisons, des millions de Canadiens n’ont pas encore été vaccinés. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de les considérer tous comme des déplorables irrémédiablement arriérés ni d’en laisser d’autres organisés par la droite.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire