Les réacteurs nucléaires américains contiennent de “fausses” pièces, selon un chien de garde – News 24

0
116

L’enquête a fait suite à des allégations de lanceurs d’alerte concernant l’utilisation d’articles contrefaits dans «la plupart, sinon toutes» les usines

Un nombre indéterminé de centrales nucléaires américaines contiennent des pièces contrefaites qui pourraient potentiellement entraîner des risques “graves” pour la sécurité, a révélé une enquête de l’organisme fédéral de surveillance de l’industrie nucléaire. Le nouveau rapport a révélé que le Département de l’énergie (DOE) avait signalé plus de 100 “incidents” de fausses pièces dans les réacteurs l’année dernière.

L’enquête, menée par le bureau de l’inspecteur général de la Commission de réglementation nucléaire (NRC), a été lancée après que des dénonciateurs anonymes ont allégué que “la plupart, sinon la totalité” les centrales nucléaires aux États-Unis utilisaient des « articles contrefaits, frauduleux et suspects » (CFSI). Il s’agit de pièces qui ont été “modifié pour imiter un produit légitime,” «déformé avec l’intention de tromper», ou qui “ne répondent pas aux spécifications du produit prévu.”

Les enquêteurs ont échantillonné quatre usines à travers le pays et découvert des preuves de l’utilisation du CFSI dans une usine du Midwest. Le rapport a également mis en évidence deux défaillances de composants distinctes dans les usines du nord-est, qui ne figuraient pas parmi celles étudiées. UNE « directeur du CNRC bien placé » a déclaré au chien de garde que les exploitants de l’usine avaient déterminé que les deux incidents provenaient de pièces contrefaites.




La première défaillance partielle impliquait un arbre de pompe à eau de service d’urgence qui “cassé” peu de temps après avoir été installé. Dans une autre usine du nord-est, des instruments de surveillance de la température dans “domaines liés à la sécurité” a été “prématurément” échouer “à un rythme considérablement accru.” On découvrit plus tard que certains instruments avaient été “réparé avec des pièces défectueuses” avant la panne.

Bien qu’il n’ait pas prouvé que le NRC avait abaissé ses normes de surveillance, le rapport a averti que l’absence d’un système de signalement fiable pour suivre ces échecs suggérait qu’il pourrait sous-estimer la prévalence de l’utilisation du CFSI.

Il a noté que l’agence n’exige que les exploitants d’usines signalent CFSI s’ils ont été impliqués dans “circonstances extraordinaires” comme l’arrêt d’urgence d’un réacteur. Les enquêteurs ont également ajouté que le NRC n’avait pas examiné de manière approfondie toutes les allégations d’utilisation du CFSI.

LIRE LA SUITE:
La France fait un pari massif sur le nucléaire

Notant que la direction des opérations du COR avait commencé “réviser en profondeur” les conclusions, le porte-parole de l’agence, Scott Burnell, a déclaré à Reuters que “Rien dans le rapport ne suggère un problème de sécurité immédiat.” Cependant, les enquêteurs avaient mis en garde contre “des problèmes de sûreté et de sécurité qui pourraient avoir de graves conséquences.”

Le rapport a été publié vendredi avant l’appel du DOE à la contribution du public à un programme de 6 milliards de dollars visant à préserver les réacteurs nucléaires vieillissants, financé par la loi sur les infrastructures de l’administration Biden d’un billion de dollars.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire