Les répressions s’intensifient en Algérie, la liberté d’expression est-elle en danger ? | Actualités sur les droits de l’homme

0
109

Depuis février 2019, Mustapha Bendjama, rédacteur en chef du quotidien Le Provincial, a été détenu par les forces de l’ordre et interrogé au moins 35 fois.

Dans sa ville natale d’Annaba, dans l’est de l’Algérie, il subit une pression constante de la part des autorités en raison de ce que ses alliés considèrent comme ses contestations constantes des politiques gouvernementales.

En février, il a été arrêté au siège du journal à Annaba dans le cadre de la fuite d’un dissident notoire vers la France via Annaba et la Tunisie, malgré l’interdiction de quitter le pays.

Contexte plus large

Le cas de Bendjama est loin d’être unique. Chaque jour, le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) – créé en 2019 pour surveiller les détentions à caractère politique – annonce de nouvelles arrestations, procès, libérations et procédures judiciaires.

Il y en a tellement que certains prisonniers finissent par se perdre dans le système tandis que d’autres ont tellement peur qu’eux et leurs familles refusent de rendre public leur cas par crainte de représailles.

Selon le militant des droits humains Zaki Hannache, il y a actuellement 228 prisonniers d’opinion en Algérie, dont la plupart sont accusés de « terrorisme ».

Au moins 1 200 personnes ont été emprisonnées depuis 2019 en raison de leur participation au Hirak, le mouvement national de protestation en faveur de la démocratie en Algérie, ou en raison de critiques publiées en ligne, a-t-il déclaré.

Un dessin animé appelant à la libération de Mustapha [Freedom for Mustapha Bendjama via Facebook]

Beaucoup ont été interpellés régulièrement et des dizaines d’autres ont été emprisonnés à plusieurs reprises.

Dans tout le pays, les médias locaux ont également connu une intense répression, avec 17 journalistes envoyés en prison, dont le rédacteur en chef de Radio M et Maghreb Emergent, Ihsane El Kadi, actuellement derrière les barreaux.

Une justice contrariée

Après 10 jours de détention, au cours desquels il a déclaré avoir été maltraité physiquement lors de son interrogatoire, Bendjama a été inculpé dans deux affaires distinctes.

Dans l’un d’entre eux, il a été accusé – avec le chercheur algérien Raouf Farrah – d’avoir reçu des financements étrangers pour commettre des actes contraires à l’ordre public, ainsi que de partage d’informations classifiées, et a été condamné en août à deux ans de prison.

En novembre, il a été condamné à six mois de prison dans une autre affaire pour « participation à l’émigration clandestine » pour avoir prétendument contribué à l’évasion de l’opposante Amira Bouraoui, qui avait été interdite de quitter l’Algérie en attendant son appel contre de nombreuses condamnations.

Bendjama et Farrah ont vu leur peine initiale réduite et Farrah a été libérée.

Lors du premier procès, un membre de son équipe de défense, Zakaria Benlahrech, a souligné que l’accusation de « partage d’informations classifiées » était très proche de l’enquête sur le départ de Bouraoui, suggérant que la véritable cause du harcèlement officiel contre Bendjama pourrait être ailleurs. .

« Il y a une femme qui a quitté le pays illégalement », a déclaré Benlahrech au tribunal. « Ils se sont dit : qui est à Annaba ? Il y a Mustapha Bendjama qui ne veut pas rentrer dans le rang.»

Actuellement détenu à la prison Boussouf de Constantine, Bendjama a entamé une grève de la faim le 3 octobre.

Dans une interview accordée à Al Jazeera, Benlahrech a confirmé qu’un appel avait été déposé.

« Nous espérons que la cour d’appel l’acquittera puisqu’il n’a rien à voir avec ces accusations. C’est un jeune journaliste indépendant et très professionnel. Il aime son pays et son métier. Sa place n’est pas en prison », a-t-il déclaré.

En février 2019, des centaines de milliers d’Algériens ont manifesté chaque semaine dans tout le pays, d’abord pour empêcher le président au long mandat, Abdelaziz Bouteflika, publiquement absent et inapte, de briguer un cinquième mandat, puis pour exiger une plus grande transparence au sein de l’élite politique du pays. , dont beaucoup voulaient être tenus responsables des violations passées des droits.

Cependant, le mouvement de protestation, le plus important depuis l’indépendance de l’Algérie, a disparu des rues après l’apparition de la pandémie de coronavirus deux ans plus tard, sans que les changements espérés par les militants n’aient été obtenus.

Amira Bouraoui en pleine mêlée médiatique à sa sortie de prison
Amira Bouraoui, l’une des figures les plus marquantes sinon la plus connue du Hirak, à sa sortie de prison le 2 juillet 2020, devant la prison de Koléa, près de la ville de Tipasa, à l’ouest d’Alger [Ryad Kramdi/AFP]

Les rues étant vides, le gouvernement a réprimé les dissidences passées. Plusieurs organisations qui ont soutenu le Hirak, comme le Rassemblement d’action des jeunes (RAJ), la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) et deux partis d’opposition, le Parti socialiste ouvrier (PST) et le Mouvement démocratique et social (MDS). ), ont été interdites par des décisions de justice. Sans surprise, les militants de ces groupes ont été pris pour cible lorsqu’ils refusaient de reculer.

« La répression a touché plus de 10 dirigeants et militants du PST », a déclaré à Al Jazeera Mahmoud Rechidi, le secrétaire général du PST. « Cela nous rappelle l’époque du parti unique d’avant octobre 1988. »

Depuis 2019, au moins sept membres de LAADH ont été incarcérés, dont Ahmed Manseri, militant expérimenté et directeur du bureau de l’organisation à Tiaret, dans l’ouest du pays.

Depuis le Hirak, Manseri a été convoqué et détenu par les forces de sécurité à au moins 20 reprises, et accusé d’« éloge du terrorisme ».

Le 8 octobre 2023, après avoir été poursuivi à plusieurs reprises, Manseri a été appréhendé avec sa femme, qui a ensuite été relâchée, tandis que leur domicile était perquisitionné par la police.

Deux jours plus tard, sa précédente peine d’un an de prison était confirmée par le tribunal d’Alger.

de jeunes femmes algériennes enveloppées dans des drapeaux algériens posent à côté du street art
De jeunes femmes algériennes posent à côté d’art de rue soutenant le mouvement de protestation à Alger, en Algérie. On peut lire en arabe “Le peuple est l’autorité”, le 10 avril 2019. [Mosa’ab Elshamy/AP Photo]

Selon un communiqué publié sur la page Facebook du CNLD, Manseri a déclaré fin octobre que « son arrestation était prévisible en raison de la détérioration des libertés, de la liberté d’opinion et d’expression et des droits de l’homme » en Algérie.

Aux côtés de Manseri, des centaines d’autres manifestants et militants ont été placés sous contrôle judiciaire, ce qui signifie qu’ils doivent régulièrement se présenter au tribunal et faire surveiller leurs activités, leurs déplacements et leurs rencontres quotidiennes. Dans de nombreux cas, il leur est interdit de quitter le pays.

Pour l’instant, il semble que les mouvements sociaux algériens, y compris ceux du sud, aient été réduits au silence.

Selon le rédacteur en chef du site d’information Al Hogra, Merzoug Touati, la campagne de répression en cours en Algérie suggère que, même si le Hirak a reculé, la crainte de son retour persiste.

Touati lui-même a été poursuivi dans 10 affaires et a purgé trois peines de prison.

« Le peuple algérien a brisé le mur de la peur… Le régime a plus ou moins réussi à le reconstruire », a déclaré Touati.

“Mais l’esprit du Hirak demeure malgré la répression et si [the regime] lâchez la pression, elle pourrait revenir.

“Une illustration est le fait qu’il a même été interdit aux Algériens de manifester en faveur de Gaza parce que le régime sait que la foule criera à nouveau les slogans du Hirak.”

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/11/26/repressions-grow-in-algeria-freedom-of-speech-is-in-danger

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire