Les riches détruisent la planète

0
35

Au printemps dernier, le Temps Financier a publié une série utile de graphiques montrant la corrélation entre les émissions de CO2 et la répartition mondiale de la richesse. Les inégalités de la crise climatique sont souvent, à bien des égards, conceptualisées comme des inégalités entre pays — en particulier ceux de quelques économies industrialisées riches, à forte intensité de carbone et les autres.

Mais, comme les données du FT l’ont très clairement montré, il existe en fait une division nette et très visible entre une infime minorité de personnes extrêmement riches et tout le monde. Dans l’ensemble, ceux qui se situent dans le premier pour cent des revenus mondiaux représentent 15 pour cent des émissions, soit plus du double de la part de ceux qui se situent dans la moitié inférieure. Les personnes extrêmement riches ne sont devenues plus riches qu’au cours des trente dernières années et, comme le montrent les données, leur empreinte carbone est également devenue beaucoup plus importante.

Lorsque cette perspective est réduite à des pays individuels, la division des classes vis-à-vis des émissions de carbone est vraiment étonnante à voir. Aux États-Unis, les personnes du décile supérieur de revenu représentent à elles seules demi des émissions des ménages tandis que le bas demi représentent moins de 10 pour cent. Alors que l’Amérique est certes un cas assez extrême, le même schéma de base s’applique à de nombreuses grandes économies industrialisées – un point qui souligne que les divisions dans pays sont souvent au moins aussi importants que les divisions qui les séparent.

Il existe un genre périodique d’écriture environnementale qui soutient que la route vers un avenir plus vert passe par une sorte de pénitence collective radicale. Si nous voulons vraiment sauver la planète, du moins c’est ce que dit cette ligne de pensée, nous devons tous renoncer à des choses comme l’utilisation ininterrompue de l’électricité. Pourtant, il n’en reste pas moins que les nantis, et surtout les extrêmement riches, sont bien plus responsables du changement climatique que les personnes qui tondent leur pelouse, leur servent de la nourriture ou produisent les biens qu’ils achètent et consomment. Comme le Temps FinancierStefan Wagstyl l’a dit assez succinctement : « Presque tout ce que font les riches implique des émissions plus élevées, qu’il s’agisse de vivre dans des maisons plus grandes, de conduire des voitures plus grandes et de voler plus souvent, en particulier en jet privé. Manger de la viande entre en jeu, tout comme posséder une piscine. Sans oublier une maison de vacances. Ou des maisons.

Il se pourrait bien que la lutte contre le changement climatique oblige les classes moyennes et même les classes populaires des pays riches à changer leur mode de vie dans les décennies à venir. Cependant, étant donné la mesure dans laquelle les riches sont responsables de manière disproportionnée des émissions mondiales et le large consensus public autour de l’augmentation de leurs impôts, il serait à la fois politiquement populaire et judicieux de mettre l’accent sur des solutions redistributives à la crise climatique.

Les riches, en effet, doivent devenir beaucoup moins riches si nous voulons réduire les émissions mondiales – et, si nous voulons lutter contre le changement climatique, taxer leur richesse est à la fois un impératif moral et environnemental.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici