Les rumeurs sont fausses – le néolibéralisme est bel et bien vivant

0
76

Les discussions récentes sur la mort supposée du néolibéralisme présentent une image miroir des discussions passées sur la naissance du néolibéralisme. Pendant un certain temps, les universitaires, les intellectuels et les vulgarisateurs de toutes sortes étaient enclins à présenter le néolibéralisme comme un phénomène principalement anglo-américain qui a fait ses débuts à la fin des années 1970. Margaret Thatcher et Ronald Reagan ont joué le rôle principal dans les récits de la politique néolibérale, et Milton Friedman et Friedrich Hayek (un Autrichien, mais célèbre principalement pour une carrière basée au Royaume-Uni et aux États-Unis) continuent d’être les néolibéraux les plus connus. intellectuels. En effet, ce groupe de quatre partageait la couverture d’une histoire remarquée sur la « naissance de la politique néolibérale ». Des épisodes marquants de l’histoire du néolibéralisme ailleurs, comme dans le Chili d’Augusto Pinochet, ont toujours été présentés en termes anglo-américains dans la mesure où ils ont été décrits (à juste titre) comme une imposition étrangère.

À certains égards, ces jours sont révolus depuis longtemps. Pratiquement aucun spécialiste sérieux du néolibéralisme ne décrirait l’idéologie ou son histoire comme exclusivement anglo-américaine. La dernière décennie a vu une explosion d’intérêt pour l’histoire du néolibéralisme et sa pratique dans le monde entier. Et pourtant, dans les discussions en cours sur la « mort » du néolibéralisme, nous avons vu un retour à cette vision limitée.

En 2016, une nouvelle série de nécrologies a été provoquée par l’élection de Donald Trump aux États-Unis et par le vote du Brexit au Royaume-Uni. Plus récemment, au début de la présidence de Joe Biden, des commentateurs ont prophétisé avec empressement, voire déclaré, la disparition du néolibéralisme. Parfois, leurs preuves consistaient en un peu plus qu’un programme Biden progressiste mais non réalisé. Il était difficile d’imaginer que, face aux développements législatifs prospectifs dans un seul pays – et après quarante ans à ne jamais laisser passer une crise – l’ère néolibérale avait finalement rencontré la crise à laquelle elle ne pouvait pas survivre. Comme si le néolibéralisme était incapable de résister aux dépenses sociales américaines provoquées par la pandémie, il y a eu un retour à l’esprit de clocher originel des débats sur le néolibéralisme.

Parallèlement au lot de nécrologies depuis 2020, il est courant d’analogier la crise actuelle avec les années 1970. En général, lorsque ces analogies sont établies, les années 70 se résument ainsi : des crises comme la disparition du système de Bretton Woods, la crise pétrolière et la stagflation ont sonné le glas de l’ère du capitalisme d’après-guerre. L’arrangement d’après-guerre avait cessé de fonctionner. Les idées néolibérales il se trouvait qu’il traînait — pour paraphraser Milton Friedman — et grâce à certains politiciens, intellectuels et hommes d’affaires, nous nous sommes retrouvés avec une « variante » néolibérale du capitalisme, qui dure maintenant depuis une quarantaine d’années. Ce récit fait certaines choses correctement et certaines choses est faux, mais surtout, il a tendance à déformer la nature de la transformation. La contre-révolution néolibérale qui a émergé à la suite de ces événements était un processus historique, pas un événement du jour au lendemain.

Ceux qui sonnent le glas sont donc, semble-t-il, naïfs quant à la dynamique du changement historique dans des conditions de crise. Par exemple, même si nous restreignons notre vision et ne regardons que les États-Unis, le processus par lequel le néolibéralisme a émergé a été ponctuel et prolongé. La financiarisation de l’économie américaine à partir des années 1970, aspect clé d’une néolibéralisation plus large, était en fait le résultat des tentatives des décideurs politiques d’éviter d’assumer la responsabilité de gérer les crises auxquelles ils étaient confrontés.

Dans les années qui ont suivi la prétendue rupture néolibérale, les décideurs politiques se sont tournés vers le marché afin d’éviter d’assumer la responsabilité des résultats distributifs. Les contours de l’économie financiarisée qui a émergé n’étaient pas tout à fait visibles tout de suite. Et même alors, le virage vers le marché n’était pas tout à fait une rupture historique. Au lieu de cela, c’était un processus que l’historienne Amy Offner a décrit en termes de « tri » : préserver les relations de marché capitalistes pendant les crises des années 70 signifiait s’en tenir à certains aspects du capitalisme d’après-guerre, se débarrasser des autres et, oui, adopter certains de nouveaux outils et stratégies. Dans la mesure où les annonces de décès récentes veulent déclarer une rupture nette, elles ne parviennent pas à saisir le désordre du développement historique.

Avec la prévalence croissante de gloses trop simples sur la naissance et la mort du néolibéralisme, la publication de Civilisations marchandes, une collection éditée par l’historien Quinn Slobodian et le politologue Dieter Plehwe, est la bienvenue. Dans son traitement des « néolibéraux de l’est et du sud », le livre montre comment le néolibéralisme interagit avec et au sein d’autres dynamiques historiques. À la lecture des différents chapitres, il est difficile, voire impossible, d’imaginer comment la fin du néolibéralisme peut être considérée comme un processus simple.

En tant que projet intellectuel né au milieu de la crise du libéralisme des années 1930 et visant à défendre le marché en tant que mécanisme suprême d’ordre social, et finalement en tant que projet étatique de suprématie du marché depuis les années 1970, l’histoire du néolibéralisme n’a jamais été définie uniquement par la diffusion. En d’autres termes, pour utiliser une expression appropriée, le néolibéralisme n’a jamais été défini par le ruissellement d’idées et de pratiques des centres métropolitains vers diverses périphéries. Comme Slobodian et Plehwe l’écrivent dans l’introduction, le néolibéralisme a aussi, dans une large mesure, « émergé[d] autochtone, généré à partir de conditions structurelles et de conjonctures similaires. Le néolibéralisme, tel qu’il a été pratiqué et pensé, a été à la fois un produit local et mondial.

Ce double caractère du néolibéralisme réellement existant se traduit par une hybridation localisée. Il est peu probable que le néolibéralisme d’un endroit soit identique au néolibéralisme d’un autre. En Turquie, par exemple, Esra Elif Nartok écrit qu’une « conception néolibérale de l’islam » a joué un rôle important dans l’adaptation du néolibéralisme au cadre culturel du pays, ouvrant ainsi la voie à son adoption dans les années 1980. Au Japon, soutient Reto Hofmann, les néolibéraux ont prétendu avoir « trouvé une solution pour réconcilier le capital et la communauté ». Dans la mesure limitée où les idées néolibérales contribuent et ont contribué à la politique économique en Inde, elles sont combinées et actives aux côtés d’autres traditions. “Même là où le néolibéralisme n’est pas hégémonique”, écrit Aditya Balasubramanian, “les néolibéraux peuvent contribuer aux discours politiques”.

Les politiques du néolibéralisme sont également diverses. La deuxième partie du livre le montre clairement avec une série de chapitres sur le néolibéralisme en Russie, en Chine, en Australie et en Afrique du Sud. Dans un chapitre de la collection d’Antina von Schnitzler, prenons le cas sud-africain : après le soulèvement de Soweto en 1976, au cours duquel des centaines d’étudiants manifestants ont été tués par la police, une crise politique de l’État d’apartheid a nécessité une attention urgente. Dans les diverses commissions mises en place pour faire face à la crise, les idées néolibérales ont joué un rôle important dans l’effort général visant à conserver le pouvoir de la minorité blanche tout en prenant simultanément des mesures, comme l’a dit une commission, pour “donner à tous les groupes un intérêt dans le système”. Ce processus s’est heurté à un problème persistant pour les néolibéraux : comment un ordre de marché spontané peut-il être créé ou étendu en premier lieu ? Le problème n’a jamais été vraiment résolu. Mais en essayant d’y faire face, des personnalités comme l’économiste Jan Lombard ont montré comment le néolibéralisme était une «boîte à outils conceptuelle sur laquelle on pouvait s’appuyer avec souplesse» en fonction de circonstances politiques particulières. Le néolibéralisme n’a jamais été un modèle tout fait.

Des applications sélectives de la boîte à outils néolibérale pourraient même conduire à un dépassement du néolibéralisme en tant que tel. Au Brésil, une forme d’« ultralibéralisme » a émergé qui, en s’attaquant sélectivement aux limites de la pensée néolibérale, a eu pour effet de rendre le néolibéralisme ordinaire, ou ennuyeux, en comparaison.

L’impulsion ultralibérale auto-radicalisante encourage l’adoption de positions extrêmes maximales afin de marquer des points dans un contexte social qui valorise également à un degré élevé les sensibilités esthétiques des jeunes et de la culture pop. Il ne s’agit pas simplement d’une description du bolsonarisme tardif, mais du récit d’un processus en cours depuis au moins le milieu des années 2000. Pourquoi cela a-t-il fonctionné ainsi ? Parce que, comme le soutiennent Jimmy Casas Klausen et Paulo Chamon, le néolibéralisme « est une rationalité gouvernante surdéterminée par les lignes de force générées par les héritages du XIXe siècle d’esclavage racial, de clientélisme, d’hétéropatriarcat et de génocide indigène, ainsi que par la situation du Brésil dans le Sud global ». .” En d’autres termes, à cause de la relation entre les histoires globales et locales.

Concluant le livre, Plehwe déclare catégoriquement que “l’histoire du néolibéralisme n’est pas terminée” et que “nous pouvons encore nous attendre à plus de volatilité et d’ambiguïté du néolibéralisme, pas moins”. Sur les deux points, Plehwe a raison. Le néolibéralisme conserve son emprise en termes de logiques du capitalisme mondial et au niveau du « bon sens » idéologique, même si cette emprise est menacée ou mise sous pression, voire affaiblie, par la crise actuelle. Mais, comme Civilisations marchandes le montre si clairement, la nature de l’existence continue du néolibéralisme n’est pas partout et toujours la même. Le néolibéralisme est soumis à la fois à de grandes tendances structurelles et à des formes de pression locale qui peuvent exercer ces tendances à diverses fins politiques et économiques.

On peut donc s’attendre à ce que le néolibéralisme meure comme il a vécu : diversement. Les modèles structurels du capitalisme mondial exerceront une énorme influence sur le processus, dans le sens où ils traceront les limites du possible, mais ils ne domineront pas complètement. Les conditions locales joueront un rôle clé dans la détermination de la nature de la fin du néolibéralisme ou – la possibilité doit être envisagée – la nature de son existence durable.

De plus, même si le néolibéralisme est ou est sur le point de disparaître, nous ne devrions pas encourager aveuglément ce processus. Comme le suggèrent Slobodian et Plehwe, le cas brésilien pourrait être une « sinistre préfiguration des hybrides de la pensée néolibérale » à venir. La fin du néolibéralisme n’est peut-être pas un développement intrinsèquement émancipateur.

Le néolibéralisme peut ne pas entrer facilement dans cette bonne nuit. Mais, si c’est le cas, une chose est sûre, et les néolibéraux – qui croient fondamentalement aux ordres organiques ou spontanés – n’aimeront pas l’entendre : la fin du néolibéralisme doit être faite activement.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire