Les sanctions occidentales porteront-elles un coup fatal à l’économie russe ? — Nouvelles du monde RT

0
178

Malgré les mesures économiques sévères imposées à la Russie au sujet de l’Ukraine, la situation pourrait ne pas être aussi mauvaise que prévu

Par Tchad Johnsonanalyste politique

“Nous paralysons la machine de guerre de Poutine en lui refusant l’accès à l’argent et au soutien dont il a besoin pour financer sa guerre illégale”, La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss tweeté jeudi.

Le tweet aurait à peine été remis en question par le public occidental, car il est largement perçu qu’en réponse à la situation en Ukraine, les États-Unis et leurs alliés se sont en effet ligués pour imposer des coûts importants à la Russie. Cela impliquait la mise sur liste noire de nombreux hommes d’affaires russes fortunés, souvent appelés « oligarques », le gel des avoirs de la Banque centrale de Russie, l’expulsion de certaines banques de SWIFT, la fermeture de l’espace aérien aux avions russes, ainsi que de nombreuses autres sanctions.

Ces mesures collectives ont donné l’impression que l’opération militaire spéciale en Ukraine finira par paralyser la Russie avant qu’elle ne puisse atteindre ses objectifs. Mais tout n’est pas ce qu’il semble. Au-delà de la fanfare et du triomphalisme de la propagande occidentale – devenue une chambre d’écho en raison de la censure qu’ils ont installée contre tout ce qui va à l’encontre du récit – une réalité plus nuancée commence à émerger qui révèle que les sanctions occidentales n’ont pas réussi à donner le coup de grâce coup nécessaire pour blesser mortellement l’économie russe ou bouleverser l’un de ses secteurs les plus importants. Bien que meurtri, Moscou est dans une position plus forte qu’ils ne voudraient l’admettre.

Malgré tout le battage médiatique autour de l’unité retrouvée, l’Union européenne, du moins pour le moment, n’a pas le capital politique, la volonté ou la force d’imposer un embargo sur l’importation de pétrole et de gaz russes, l’une des principales sources de revenus pour Moscou. Bien que certains des membres les plus bellicistes du bloc à l’Est l’exigent, les conséquences économiques d’une interdiction russe de l’énergie ont rendu le consensus impossible et l’Allemagne a publiquement freiné de telles mesures, avertissant d’une catastrophe économique.




Bien que l’espoir d’accords lointains avec le Qatar et les États-Unis comme alternatives ait été lancé, la distance géographique et les inconvénients de ces fournisseurs signifient que leur faisabilité sera moindre et que leurs prix seront considérablement plus chers. Cette proposition n’a pas apaisé l’inquiétude concernant les marchés, qui, avec le conflit, a conduit à une flambée mondiale des prix du gaz naturel et du pétrole brut, jouant entre-temps pour le bénéfice de la Russie.

Identifiant la faiblesse stratégique de l’Europe, cela a permis à Moscou de riposter avec une contre-mesure. Le président Vladimir Poutine a annoncé mercredi que la Russie n’accepterait le paiement des exportations de gaz vers des “pays hostiles” qu’en roubles. Cela a de nouveau fait monter en flèche les prix du gaz naturel.

Cela signifie effectivement que les pays européens dépendants du gaz russe devraient d’abord acheter la devise russe, renforçant ainsi son rôle sur les marchés internationaux et, par conséquent, faisant grimper la valeur du rouble. Suite à l’annonce, la monnaie russe a augmenté rapidement pour atteindre un sommet de trois semaines de 95 roubles contre le dollar et s’est depuis stabilisée en dessous de 100. Plus tôt ce mois-ci, le rouble a plongé à des creux historiques de 132 roubles pour un dollar et 147 roubles pour un euro. Avant le lancement de l’opération militaire en février, le taux de change était d’environ 75 roubles pour un dollar et 85 roubles pour un euro.

Cela démontre que la situation économique de la Russie n’est pas aussi mauvaise qu’initialement prévu.

En plus de cela, les États-Unis et leurs alliés n’ont pas atteint l’isolement mondial de l’économie russe dans la mesure où ils le prétendent. Les commentaires occidentaux ont la fâcheuse habitude d’exagérer la désapprobation de l’Occident seul comme représentant la volonté de la « communauté internationale » ou affirmant « l’isolement international ». Comme deux exemples critiques, les États-Unis et leurs alliés n’ont pas été en mesure de dissuader l’Inde ou la Chine d’acheter du pétrole et du gaz russes. Au contraire, malgré les menaces américaines, l’Inde achète maintenant encore plus de pétrole russe. Les États du golfe Persique, dont l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, ont également été favorables à Moscou.


L'Inde snobe l'appel américain à isoler Moscou

L’économie russe subira sans aucun doute quelques coups des sanctions, mais un mois après le début de l’opération en Ukraine, ses secteurs les plus critiques restent largement indemnes.

L’Occident ne peut finalement pas interdire complètement le pétrole et le gaz russes sans déclencher une catastrophe sur les marchés mondiaux qui induirait des dommages collatéraux massifs, c’est pourquoi les États-Unis auraient eu recours à Nicolas Maduro – le dirigeant du Venezuela, qu’ils ont tenté de renverser – pour augmenter le pétrole Provisions.

Cela donne à la Russie du temps, de l’argent et de l’espace pour réorienter son économie loin de l’Occident, notamment en diversifiant ses transactions monétaires, en construisant de nouvelles industries, en affirmant son indépendance stratégique et en trouvant de nouveaux marchés. L’Inde et la Chine joueront les rôles les plus importants à cet égard, mais le Pakistan, l’Indonésie, le Vietnam et de nombreux pays d’Amérique latine et d’Afrique joueront également un rôle.

Les déclarations, vues et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire