Les sionistes américains accusent Israël de déjudaïser l’État juif

0
83

Morton Klein s’exprimant lors d’un événement à West Palm Beach, en Floride. Source photo : Greg Skidmore – CC BY-SA 3.0

Le mois dernier, Morton Klein, le président national de l’Organisation sioniste d’Amérique (ZOA) a publié une déclaration paniquée concernant la « dé-judaïsation » imminente de l’État juif. Le coupable s’avère être nul autre que la “loi du retour” notoire et raciste d’Israël, adoptée en 1950. Un amendement de 1970 a permis à toute personne dans le monde ayant un grand-parent juif, y compris le conjoint non juif et les enfants et petits-enfants d’une telle personne. et leurs conjoints, de devenir des colons en Israël et d’obtenir la citoyenneté israélienne.

La déclaration de la ZOA déclare avec consternation que l’amendement de 1970 a permis à un demi-million de “non-juifs” de l’ex-Union soviétique (FSU) de s’installer dans l’État juif. L’inquiétude et le sentiment d’effroi de la ZOA sont causés par des rapports basés sur des données du gouvernement israélien selon lesquels “en grande partie à cause de la clause des grands-parents, plus de 50% de tous les immigrants dans l’État juif l’année dernière n’étaient pas juifs, et 72 % des immigrants des pays de l’AUS dans l’État juif aujourd’hui ne sont pas juifs. Le groupe sioniste a averti que “cela provoque une baisse significative du pourcentage de Juifs vivant en Israël, mettant en danger la continuité d’Israël en tant qu’État juif”. La ZOA s’alarme du fait que « la majorité juive de l’État juif a diminué à un taux de 1 % tous les 3 ans », de sorte qu’« au cours des 30 dernières années, la majorité juive de l’État juif a diminué de 10 % ; et se situe maintenant à seulement 73,6%, contre 84% auparavant.

Cette situation épouvantable signifie, selon la ZOA, que “les non-juifs auront encore plus d’influence sur la détermination des dirigeants, des lois et des décisions de sécurité de l’État juif”, et que “les juifs de la diaspora qui ont besoin ou qui veulent vivre dans la patrie juive peuvent déménager dans un État majoritairement non juif à l’avenir ».

Comme la « clause des grands-parents » a été principalement un véhicule pour les prétendants à la judéité de l’ex-Union soviétique, qui sont la majorité de ceux qui l’utilisent pour coloniser la Palestine, la ZOA insiste sur le fait que l’annulation de la clause n’affecterait pas les Juifs américains, avec qui la l’organisation est principalement concernée. Au cours de la dernière décennie, affirme la ZOA, pas plus de 67 non-juifs américains ont fait usage de la clause. Le problème pour la ZOA est la définition de “qui est juif”, d’autant plus qu'”aucune branche du judaïsme ne définit” qui est juif “pour inclure les non-juifs qui ont un seul grand-parent juif”.

La ZOA a bien sûr raison de dire que le judaïsme définit les juifs comme ceux qui ont une mère juive ou qui se sont convertis au judaïsme conformément à la loi religieuse juive. En fait, la seule définition plus large des Juifs qui a précédé l’amendement israélien de 1970 se trouvait dans les lois nazies de Nuremberg de 1935, qui définissaient un Juif comme quelqu’un qui avait au moins un grand-parent juif. En Israël, “il existe une croyance largement répandue selon laquelle l’amendement de 1970, avec sa “clause des petits-enfants”, a été inspiré par les lois nazies de Nuremberg.” Il est en fait considéré comme « une sorte d’image miroir » des lois nazies. La définition large des lois de Nuremberg, cependant, était plus limitée que la loi israélienne. Selon les nazis, un juif à part entière était celui qui avait trois ou quatre grands-parents juifs. Les personnes ayant un ou deux grands-parents juifs étaient considérées comme des « mischlinge » ou des « bâtards » et n’étaient pas entièrement soumises aux réglementations antisémites de l’Allemagne nazie. En effet, bon nombre de ceux désignés comme “mischlinge” ont été, comme les Aryens allemands, enrôlés et servis dans l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce qui est remarquable, cependant, c’est la similitude de la définition d’un Juif que l’amendement israélien de 1970 a adopté avec le précédent nazi.

L’ironie des lois racistes de Nuremberg est que leur définition des juifs reposait sur la religion et non sur la race : si les grands-parents étaient des juifs convertis au christianisme, et que les parents étaient donc nés dans la foi chrétienne, alors, à moins que le petit-enfant n’adopte le judaïsme , il/elle serait considéré(e) comme un Aryen. Cela signifiait que, selon les nazis, la conversion hors du judaïsme était le critère optimal pour déterminer la non-juifité sur trois générations. Fait intéressant, la loi israélienne adopterait également un critère similaire, sinon plus restrictif, pour établir la non-juifité des candidats juifs à s’installer en Israël.

Lorsqu’en 1959 Oswald Rufeisen, un sioniste juif polonais et survivant de l’Holocauste qui s’était converti au catholicisme pendant la guerre, est venu en Israël, il s’est vu refuser le droit à la citoyenneté israélienne sur la base de la loi du retour – car il n’était plus considéré comme nationalité juive après sa conversion. Rufeisen a fait appel de la décision, d’autant plus que le judaïsme orthodoxe considère les juifs qui se convertissent à d’autres religions comme toujours juifs. Étant donné que la loi du retour d’Israël s’était appuyée sur la définition halakhique du judaïsme orthodoxe de qui est un juif, la décision judiciaire israélienne était apparemment en violation de celle-ci et rappelait à nouveau le précédent nazi, bien que de manière plus stricte.

En 1962, la Cour suprême d’Israël a confirmé la décision de rejeter l’appel de Rufeisen. Rufeisen a insisté sur le fait que « mon origine ethnique est et sera toujours juive. Je n’ai pas d’autre nationalité. Si je ne suis pas juif, que suis-je ? Je n’ai pas accepté que le christianisme quitte mon peuple. Je l’ai ajouté à mon judaïsme. Je me sens juif. Ici, les tribunaux israéliens semblaient coupler la race et la religion comme critères de judéité.

L’adhésion du sionisme au concept de race et son identification des Juifs en tant que race distincte faisaient partie intégrante de son projet depuis le début du 20e siècle. Cet engagement envers la science raciale n’a jamais faibli. En 2017, un groupe d’experts juifs israéliens sur la génétique et la loi religieuse israélienne étaient enthousiasmés par la possibilité d’identifier un «gène juif» fantasmatique afin d’identifier plus facilement les Juifs conformément à la loi religieuse juive. Cela était déjà considéré alors comme une solution aux problèmes auxquels sont confrontés « les immigrés et surtout ceux de l’ex-Union soviétique, qui n’ont pas les documents nécessaires ».

Israël a également imposé des critères raciaux et ethniques à la population palestinienne qu’il a conquise peu après sa création. Il a divisé les Palestiniens en Arabes, musulmans et chrétiens, et a exclu les Palestiniens druzes et bédouins de la catégorie des « Arabes ». En effet, Israël enrôle les Palestiniens druzes désarabisés pour servir dans son armée, et se vante qu’ils atteignent les rangs les plus élevés. Ce n’est pas sans rappeler la façon dont les nazis ont enrôlé les « mischlinge » à moitié et quart juifs dans l’armée allemande. Un certain nombre de « mischlinge », comme le maréchal et criminel de guerre Erhard Milch, occupaient des postes élevés dans les forces armées allemandes. Comme l’explique la journaliste Eetta Prince-Gibson, “l’existence de Mischlinge, et le fait que les Juifs aient servi même dans les rangs les plus élevés du nazisme lui-même, fournissent une preuve supplémentaire que pour les nazis, comme pour nombre de leurs victimes, le terme juif n’était qu’un terme social”. construction.” Son explication s’applique également aux notions israéliennes de judéité, ainsi qu’à l’arabité et à la druze. Ces définitions ont toujours fait l’objet de manipulations via la propagande et la loi israéliennes afin de servir les objectifs politiques du sionisme.

L’aspect le plus important de la loi du retour d’Israël est bien sûr ses stipulations racistes accordant aux juifs non citoyens du monde entier le droit de coloniser la terre des Palestiniens et son déni de ce droit aux Palestiniens indigènes qu’Israël a expulsés ou à ceux qu’il n’a pas pu expulser. Mais ce n’est bien sûr pas ce qui inquiète la ZOA.

Le communiqué de la ZOA conclut en exigeant « la suppression ou la modification/réforme de la clause grand-parent. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que l’État juif reste juif. On ne sait pas ce que la ZOA entend par “tout”. La déclaration s’arrête avant d’exiger explicitement qu’Israël expulse le demi-million de colons européens « non juifs », comme Israël l’avait fait avec les Palestiniens de souche ; et il n’est pas clair si la déclaration demande que la «suppression» de la clause soit appliquée rétroactivement afin de dénationaliser ces «non-juifs» en prélude à l’expulsion.

La ZOA a raison de s’inquiéter. Les Juifs sont devenus une minorité sur la terre des Palestiniens entre le Jourdain et la mer Méditerranée il y a environ cinq ans. Si les Palestiniens devaient accepter la définition de la ZOA de qui est ou n’est pas juif, alors les Palestiniens sont plus nombreux que leurs colonisateurs juifs depuis bien plus longtemps encore.

La conquête sioniste et le nettoyage ethnique qui ont établi une majorité juive en Palestine après 1948 n’ont pas réussi à maintenir cette majorité. La seule façon de le restaurer est qu’Israël réponde à la fois aux appels des politiciens israéliens à expulser davantage de Palestiniens et à ceux de la ZOA pour endiguer la vague de « non-juifs » russes. Sans cela, la ZOA et les sionistes juifs américains n’ont d’autre choix que d’accepter ces faits sur le terrain, qui rendent un État juif en Palestine irréaliste et non viable.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/02/17/american-zionists-accuse-israel-of-de-judaizing-the-jewish-state/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire