Les survivants afghans du tremblement de terre manquent de nourriture et d’abri alors que l’aide arrive au compte-gouttes | Nouvelles sur les tremblements de terre

0
116

Les survivants du tremblement de terre le plus meurtrier en Afghanistan depuis plus de deux décennies se sont retrouvés sans nourriture, sans eau ni abri alors qu’ils attendaient de l’aide dans des villages reculés dévastés.

Le tremblement de terre de magnitude 5,9 de mercredi dans les provinces accidentées de l’est – qui a tué au moins 1 000 personnes et détruit ou endommagé environ 10 000 maisons – a détruit des tours de téléphonie mobile et des lignes électriques tout en déclenchant des glissements de terrain et des glissements de terrain qui ont bloqué les routes de montagne.

Les médias d’État ont rapporté qu’au moins cinq personnes ont été tuées et au moins 11 blessées lorsqu’un autre tremblement de terre plus petit a frappé la même région vendredi, juste au moment où l’aide commençait à arriver après des difficultés initiales à atteindre les provinces touchées.

Ali Latifi d’Al Jazeera, en reportage de Gardez dans la province orientale de Paktia, a déclaré : “Bien que les hélicoptères aient joué un rôle déterminant dans le transfert des blessés et l’assistance, il n’y en a pas assez pour tout le monde”.

Mawlawi Khalid, commandant du corps d’armée 203 Mansoori des talibans, a déclaré à Al Jazeera que tous les hélicoptères avaient été amenés de Kandahar et de Kaboul. “Bien sûr, nous avons encore besoin de beaucoup plus, il y a toujours une pénurie”, a-t-il déclaré.

Dans la province durement touchée de Paktika, un habitant de Yaqoub Khan a déclaré à Al Jazeera que tous les bâtiments avaient été rasés, y compris la mosquée locale. “Il ne reste plus rien ici, seulement des blessés”, a-t-il déclaré.

Selon les autorités, le tremblement de terre a fait environ 2 000 blessés.

Ali Khan, un habitant du district de Gayan à Paktika, a déclaré à Al Jazeera que le sol avait commencé à trembler vers 1 h 30, heure locale. « Ma famille – 10 personnes, dont des enfants – a été tuée », a-t-il déclaré.

Khan a déclaré qu’il était impossible de trouver une aide médicale pour ses proches survivants. « Il y a une clinique privée mais c’est à 30 minutes. Il n’y a pas d’hôpital public », a-t-il dit.

Dans certains des districts les plus touchés, les survivants ont déclaré qu’ils avaient même du mal à trouver du matériel pour enterrer leurs morts et qu’ils manquaient des provisions les plus élémentaires.

« Il n’y a pas de couvertures, de tentes, il n’y a pas d’abri. Tout notre système de distribution d’eau est détruit. Il n’y a littéralement rien à manger”, a déclaré Zaitullah Ghurziwal, 21 ans, à l’agence de presse AFP dans son village de la province de Paktika.

Les opérations de sauvetage sont un test majeur pour les talibans, qui ont pris le relais lorsque les forces internationales dirigées par les États-Unis se sont retirées en août après deux décennies de guerre.

Le ministère taliban de la Défense a affirmé dès mercredi que 90% des opérations de recherche et de sauvetage étaient terminées.

Vendredi, Mohammad Nassim Haqqani, porte-parole du ministère des catastrophes, a déclaré à l’agence de presse Reuters que “l’opération de recherche est terminée”. Il n’a pas expliqué pourquoi la recherche de survivants avait été annulée après environ 48 heures. Les survivants ont été retirés des décombres d’autres tremblements de terre après beaucoup plus de temps.

Deux officiers à la retraite au Népal impliqués dans les séquelles du tremblement de terre de 2015 qui a tué 9 000 personnes ont exprimé leur surprise à Reuters que les opérations de sauvetage puissent être presque terminées si tôt, mais ont noté que si la plupart des maisons endommagées étaient petites, c’était possible.

Le gouvernement taliban a lancé des appels répétés à l’aide internationale, bien que le pays soit coupé d’une grande partie de l’aide étrangère en raison des sanctions.

“Nous appelons les agences de gestion des catastrophes naturelles et la communauté internationale à fournir une aide immédiate et complète au peuple afghan”, a déclaré Abdul Qahar Balkhi, porte-parole du ministère afghan des Affaires étrangères, dans un tweet.

Selon les Nations Unies, son agence pour les réfugiés, le HCR, a envoyé des tentes, des couvertures et des bâches en plastique ; le Programme alimentaire mondial a fourni des vivres à environ 14 000 personnes dans la province de Paktika, et l’Organisation mondiale de la santé a fourni 10 tonnes de fournitures médicales suffisantes pour 5 400 interventions chirurgicales.

Cependant, le chef de l’aide de l’ONU, Martin Griffiths, a déclaré jeudi au Conseil de sécurité que les talibans avaient résisté aux récents efforts de l’ONU pour aider à acheminer des fonds humanitaires dans le pays et s’étaient ingérés dans l’acheminement de l’aide.

“Le système bancaire formel continue de bloquer les transferts en raison d’une réduction excessive des risques, affectant les canaux de paiement et provoquant des pannes dans les chaînes d’approvisionnement”, a déclaré Griffiths au Conseil de sécurité.

L’ONU a tenté de lancer un système – décrit comme une Facilité d’échange humanitaire (HEF) – pour échanger des millions de dollars d’aide contre de la monnaie afghane dans le cadre d’un plan visant à endiguer l’aide et les crises économiques et à contourner les dirigeants talibans qui sont sous sanctions.

Les autorités talibanes ont également de plus en plus interféré avec l’acheminement de l’aide humanitaire, malgré la promesse faite aux responsables de l’ONU en septembre de ne pas le faire, a déclaré Griffiths.

“Les autorités nationales et locales cherchent de plus en plus à jouer un rôle dans la sélection des bénéficiaires et à acheminer l’aide aux personnes figurant sur leurs propres listes de priorités, citant un niveau de besoin presque universel”, a-t-il déclaré.

Le tremblement de terre dévastateur a aggravé un certain nombre d’urgences auxquelles l’Afghanistan est confronté, notamment sa pire sécheresse en 30 ans et une pauvreté massive.

Le pays compte également le plus grand nombre de personnes au monde confrontées au risque de famine.

Le bureau humanitaire de l’ONU (OCHA) a déclaré jeudi que des préparatifs étaient en cours pour éviter une épidémie de choléra à la suite du tremblement de terre, alors qu’un demi-million de cas de diarrhée aqueuse aiguë avaient déjà été signalés.

“Les épidémies de choléra à la suite de tremblements de terre sont particulièrement préoccupantes”, a déclaré OCHA dans un communiqué jeudi. “Les préparatifs pour éviter une épidémie sont en cours.”

OCHA a également déclaré qu’il cherchait à confirmer que les opérations de recherche et de sauvetage étaient presque terminées.

Save the Children a déclaré que plus de 118 000 enfants avaient été touchés par la catastrophe.

“De nombreux enfants sont désormais très probablement privés d’eau potable, de nourriture et d’un endroit sûr pour dormir”, a déclaré l’organisation caritative internationale.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/24/afghan-earthquake-survivors-lack-food-shelter-as-aid-trickles-in

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire