Les survivants du tremblement de terre recherchent leurs proches dans les montagnes de l’Atlas au Maroc | Nouvelles sur les tremblements de terre

0
72

Tnirte, Maroc – Abdel Abed regarde les autres villageois creuser. Quand l’un d’eux est fatigué, il descend et prend le relais.

Cela fait cinq jours depuis le séisme de magnitude 6,8 qui a ravagé les régions montagneuses autour de Marrakech, au Maroc, et la fille d’Abed, Shaima, neuf ans, est toujours ensevelie sous les rochers.

Abed espère toujours qu’elle est en vie, explique un membre de sa famille, et il travaille avec une énergie presque robotique alors que les fouilles se poursuivent à Tnirte, dans les montagnes du Haut Atlas. Sa femme a été tirée morte des rochers hier. Abed lui-même a été secouru samedi, selon son proche.

A proximité, une petite équipe de pompiers espagnols se lève de son déjeuner pour aider aux recherches. Ils ont renvoyé les chiens renifleurs chez eux. Les chiens ne peuvent sentir que le vivant, explique-t-on.

Tnirte compte deux centres-villes, recouverts de décombres. Le long de la piste qui relie les deux, des jeunes hommes montent ou conduisent des ânes transportant l’aide depuis le point de livraison situé en bas de la pente jusqu’à l’endroit où Abed travaille au-dessus.

La ville de Tnirte a vu certains de ses bâtiments rasés par le séisme [Simon Speakman Cordall/Al Jazeera]

Presque tout le monde ici a perdu quelqu’un. Abdel Ali, 22 ans, escorte son âne le long du chemin jonché de débris, une odeur de pourriture flotte dans l’air.

Il tire une brindille sur le bord de la piste et frappe son âne sur le derrière, ce qui le fait avancer ainsi que l’aide d’urgence qu’il transporte. « Ma maison a été détruite », raconte-t-il à un traducteur. “Mon grand-père et ma tante ont été tués.”

Les efforts de secours dans la région autour de Marrakech commencent tout juste à s’intensifier. Le roi du Maroc Mohamed VI s’est rendu dans la ville mardi, apportant son prestige aux efforts.

En dehors de la ville, à Amizmiz, l’aide internationale s’annonce sous la forme d’un camp.

Le long des rangées de tentes soigneusement rangées, des équipes de secours du Royaume-Uni, du Qatar, d’Israël et d’autres pays débattent de la manière de se déplacer sur ce terrain dévasté.

Russ Gordon, chef d’équipe de la mission de sauvetage du Royaume-Uni, se tient impatiemment devant l’une des tentes, le drapeau Union Jack brandi derrière lui.

« L’accès est un énorme problème. De nombreux itinéraires ont été coupés par des rochers et d’importants glissements de terrain. Nous travaillons en étroite collaboration avec la défense civile et l’armée marocaines et nous nous appuyons sur leur connaissance locale de la région », explique-t-il avant de disparaître sous la tente pour parler de surveillance aérienne et de déploiements.

Une vue aérienne des montagnes de l'Atlas, avec des villes et des tentes en contrebas.
Les vallées de l’Atlas sont criblées de tentes alors que l’aide arrive dans les zones reculées [Simon Speakman Cordall/Al Jazeera]

Des cliniques d’aide médicale, construites rapidement à partir de matériaux plats, parsèment désormais de nombreuses routes souvent à voie unique qui bordent les montagnes. Dans l’un d’entre eux, le Dr Ismail Mesteri, 26 ans, se prépare à accueillir les patients qui, selon lui, viendront une fois qu’ils auront entendu parler de la clinique.

Cependant, même avec son équipe infirmière, ses ressources sont limitées. Les cas les plus graves devront être transportés vers l’hôpital universitaire de Marrakech, à environ deux heures de route, a-t-il précisé.

Mesteri désigne la route à l’extérieur, déjà encombrée de voitures attendant qu’un camion en panne soit déplacé. “Des gens meurent en essayant d’atteindre Marrakech”, a-t-il déclaré.

Les embouteillages constituent un défi majeur pour les efforts de secours. Les routes étroites sont parfois bloquées par des poids lourds qui peinent à gravir les montagnes.

Ils peuvent entraver le flux des camions de secours et des ambulances vers les zones qui en ont le plus besoin.

Les villages et hameaux, parfois éloignés des routes principales, n’ont pas fait le poids face au séisme. Mais les chemins étroits qui y mènent sont désormais encombrés car les camions de secours rivalisent avec les ânes et les motos pour l’espace.

Un médecin, vêtu d’une blouse blanche, se tient devant une pancarte indiquant : "Unité Santé Mobile."
Le Dr Ismail Mesteri attend l’arrivée des patients [Simon Speakman Cordall/Al Jazeera]

Les critiques ont fait valoir que la pauvreté, tout comme la géologie, a joué un rôle crucial dans la destruction à laquelle cette région a été confrontée.

Le gouvernement marocain a promis un vaste programme de reconstruction, dans lequel de nombreux résidents se verront probablement proposer de nouvelles maisons construites selon les normes modernes. Les détails sont rares mais la logistique est intimidante. Des kilomètres de routes sinueuses et périlleuses doivent être élargies. Les maisons qui ont existé pendant des siècles doivent désormais être réimaginées et rénovées conformément aux normes sismiques actuelles.

Ces changements sont attendus depuis longtemps, affirme le chef Lhassen Boqqi, qui a grandi dans les montagnes du Haut Atlas. Mais quelque chose sera perdu.

«Cela était déjà en train de changer», dit-il au volant d’un 4×4. « Les jeunes ne voulaient plus vivre dans les villages. Ils voulaient aller à Marrakech et s’instruire mais la montagne reste notre maison. »

En réfléchissant aux sommets qui l’entourent, il poursuit : « Ils sont comme des piliers. Ils sont en sécurité, maintenant que c’est fini. Mais Boqqi pense que des changements surviendront de toute façon dans la région. « Beaucoup d’autres partiront pour la ville et ceux qui resteront vivront dans des maisons en béton. »

Un homme se tient devant les décombres de son ancienne maison.
Ahmed al-Hajj dit avoir perdu sa sœur dans le tremblement de terre qui a frappé le Maroc le 8 septembre [Simon Speakman Cordall/Al Jazeera]

Beaucoup de survivants, cependant, sont simplement reconnaissants d’être en vie. À Anerni, 34 personnes sont mortes lors du tremblement de terre. Sept restent hospitalisés. Les autres se battent pour les livraisons d’aide dans le camp de fortune.

Ahmed al-Hajj, 84 ans, se tient devant ce qui était autrefois sa maison. Il était absent au moment du séisme. Aujourd’hui, il ne reste que des ruines. Sa sœur est morte dans le séisme. Trois enfants ont également été tués, dit-il.

Il désigne la mosquée en ruine, où le fils de l’imam a été tué. A côté s’élève un haut monticule de décombres. Près de son sommet, sur les restes d’un toit, du sang est visible.

Il faudra des années à cette région pour se rétablir, préviennent les experts. Mais pour beaucoup de ses habitants, les dégâts pourraient être permanents.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/9/13/in-moroccos-atlas-mountains-earthquake-survivors-search-for-loved-ones

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire