Les travailleurs canadiens enfreignent une loi anti-grève draconienne

0
7

“Tu ne sais pas ce que tu as commencé !” était l’un des nombreux avertissements lancés aux politiciens par les dirigeants du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) plus tôt ce mois-ci depuis la tribune du public du Parlement de l’Ontario. Les députés venaient d’adopter le projet de loi 28 sur les briseurs de grève, ou Keeping Students in Class Act, qui utilisait ce qu’on appelle la «clause nonobstant» pour imposer un contrat aux travailleurs tout en rendant illégale toute action de grève. La clause nonobstant, ou l’article 33 de la Charte des droits et libertés, donne aux gouvernements provinciaux le pouvoir de déroger à certains articles de la Charte pour une période de cinq ans. Son utilisation dans ce cas était de protéger le projet de loi 28 de toute contestation constitutionnelle.

Le siège du premier ministre ontarien Doug Ford était vide, vraisemblablement parce qu’il n’avait pas le courage d’affronter la direction du SCFP. Le projet de loi 28 signifie que si le SCFP choisissait de faire la grève, chacun de ses 55 000 membres serait condamné à une amende de 4 000 $ par jour, et le syndicat accumulerait jusqu’à 500 000 $ d’amende chaque jour. Après le premier jour de grève du 4 novembre, le syndicat a été frappé d’une facture d’environ 220 millions de dollars. Mais trois jours plus tard, les amendes étaient lettre morte et le projet de loi 28 a été abrogé, forçant Ford à faire demi-tour embarrassant. Alors, comment les travailleurs de l’éducation ont-ils battu le gouvernement Ford ?

Les membres du SCFP, qui comprennent des concierges, des préposés à l’entretien, des éducateurs de la petite enfance, des bibliothécaires et des aides-enseignants, comptent parmi les travailleurs en éducation les moins bien rémunérés de la province. Selon un rapport du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario, plus de 71 % de ces travailleurs sont des femmes. La présidente du syndicat, Laura Walton, a déclaré aux médias que bon nombre de ses membres ont déclaré avoir besoin d’utiliser les banques alimentaires.

Bien que le SCFP ait abandonné sa demande initiale d’environ 11% d’augmentations de salaire annuelles à 6%, le ministre de l’Éducation Stephen Lecce utilisait le projet de loi 28 pour enfermer les travailleurs dans un accord de quatre ans qui accordait 2,5% d’augmentations annuelles aux travailleurs gagnant moins de 43 000 $ et 1,5% d’augmentations pour tous les autres, tandis que l’inflation en Ontario se situe actuellement à 7,9 %. Plus de 96 % des membres du syndicat ont voté en faveur de la grève. “Ils ont réveillé un géant du travail”, a déclaré Walton à propos de la décision du gouvernement d’adopter le projet de loi 28.

Le 4 novembre, le syndicat a organisé des manifestations dans toute la province. À l’extérieur du parlement de l’Ontario, un membre du syndicat a décrit le projet de loi comme une « crise existentielle pour tout le mouvement ouvrier… À quoi sert un syndicat si nous ne pouvons pas faire d’action collective ? A quoi sert une constitution si nous n’obtenons pas les droits qu’elle nous accorde ?

Ce n’est pas tous les jours que les dirigeants syndicaux sont prêts à faire sortir leurs membres au mépris de la loi. Habituellement, la menace d’amendes suffit à les forcer à se soumettre. Ce qui a poussé les dirigeants du SCFP à bout dans ce cas, c’est en partie l’effet cumulatif de deux mandats de l’approche antisyndicale « ouverte aux affaires » du premier ministre du Parti progressiste-conservateur (PC), Doug Ford.

Au pouvoir, Ford a réduit les dépenses publiques et a horriblement mal géré la pandémie de COVID-19. Il a refusé de légiférer sur les congés de maladie payés universels lorsque la pandémie déchirait les lieux de travail, puis a utilisé l’impact de la pandémie sur les opérations commerciales pour justifier l’imposition de gels de salaires aux employés du secteur public et donner aux patrons le droit de violer les conventions collectives et les droits de négociation des travailleurs syndiqués. Les gels salariaux mis en place par les gouvernements libéraux et conservateurs ont fait perdre aux travailleuses et travailleurs de l’éducation 11 % de leur salaire en termes réels au cours de la dernière décennie.

Des années de modération salariale et de politiques « d’ouverture aux affaires » des deux côtés de l’allée se combinent maintenant avec une inflation record et des tensions sur le logement. Après avoir souffert de la mauvaise gestion de la pandémie par Ford, qui, selon les statistiques du gouvernement de l’Ontario, a fait 12 247 morts, les travailleurs ont du mal à se payer les produits de première nécessité alors que les coûts et les bénéfices augmentent tandis que leurs salaires continuent de stagner.

Lorsque les membres du SCFP ont quitté le travail le 4 novembre, des rassemblements et des piquets de grève ont été organisés dans les villes et villages de l’Ontario. Bien que les grèves de solidarité soient illégales au Canada, le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario, qui représente 8 000 travailleurs, s’est joint à la grève du SCFP par solidarité. D’autres syndicats de l’éducation, comme la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario et la Fédération des enseignantes et des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario, sont au milieu de négociations tendues.

Un certain nombre de syndicats de la construction qui soutenaient auparavant la campagne électorale de Ford, comme l’Union internationale des ouvriers d’Amérique du Nord et l’Union internationale des ingénieurs d’exploitation, se sont prononcés contre le projet de loi 28 et ont déclaré qu’ils avaient des «remords d’acheteur» pour avoir soutenu Ford. Le Syndicat uni des transports, dont les 2 200 membres ont déclenché une grève pour de meilleurs salaires et conditions le 7 novembre, a appelé ses membres à se joindre aux manifestations de solidarité avec les membres du SCFP.

Daniel Boyer, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, aurait déclaré que « tout le mouvement syndical canadien se mobilisera » en soutien aux travailleurs du SCFP, et que « si nous devons aller à Toronto, nous irons à Toronto ». La fédération représente quelque 500 000 travailleurs. La Fédération du travail de l’Ontario, la plus grande fédération syndicale du Canada, serait en pourparlers sérieux sur l’appel à une grève générale dans toute la province. Tout cela a suffi à effrayer Ford pour qu’il abroge la loi 28 et accepte de reprendre les négociations avec le SCFP, mais à condition que les grèves soient annulées.

Bien que la défaite du projet de loi 28 soit une victoire pour l’ensemble du mouvement syndical canadien, la décision des dirigeants du SCFP d’annuler les grèves en signe de « bonne foi » avant de se rasseoir à la table des négociations est une erreur. Les travailleurs de l’éducation ont acculé le gouvernement Ford dans un coin, mais ils n’ont obtenu gain de cause à aucune de leurs revendications. Avec le gouvernement provincial en retrait, les dirigeants syndicaux auraient pu poursuivre la grève, la généraliser à d’autres syndicats et entamer des négociations dans une position extrêmement favorable.

On ne sait pas comment les négociations vont maintenant se dérouler. De manière significative, un groupe de membres de la base du SCFP a commencé à organiser des membres indépendamment des dirigeants syndicaux. Une déclaration en ligne du groupe de base de la section locale 4400 du SCFP explique que leur objectif « est d’organiser nos collègues pour ramener le militantisme dans le mouvement syndical afin que lorsque nous grévions, nous gagnions !

Le niveau d’organisation d’en bas sera un facteur clé pour savoir si les travailleurs de l’éducation peuvent maintenir la pression sur le gouvernement Ford et leurs propres dirigeants.

Source: https://redflag.org.au/article/canadian-workers-beat-draconian-anti-strike-law

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire