Les travailleurs de Starbucks ont besoin d’une journée nationale de protestation et de solidarité

0
252

Il est temps d’organiser une journée d’action nationale de tous les travailleurs pour défendre les travailleurs de Starbucks.

Les baristas de Starbucks, les employés du commerce de détail de REI, les employés des entrepôts d’Amazon, les mineurs en grève du Warrior Met et les chauffeurs de bétonnière, ainsi que d’autres travailleurs qui s’organisent et se défendent courageusement, sont à l’avant-garde de la résistance à la cupidité débridée des entreprises dans ce nouvel âge d’or. Mais ils ne réussiront pas si les combats sont limités par région ou par industrie. Nous devons mobiliser les travailleurs dans l’ensemble du mouvement syndical pour démontrer que la maxime ouvrière est toujours fondée : « Une blessure à l’un est une blessure à tous.

Cela me mystifie et me dérange que les organisations syndicales régionales et nationales qui devraient mettre tout en œuvre pour ces baristas, travailleurs du commerce de détail et autres ne semblent pas reconnaître que ce moment exige toute leur énergie et leur concentration.

La semaine dernière, les travailleurs de Starbucks dans plusieurs magasins de New York ont ​​déposé une pétition pour des élections syndicales, portant le nombre de magasins syndiqués à soixante-douze depuis l’automne. La vague hebdomadaire de nouvelles déclarations électorales de Starbucks représente une percée pour le travail avec des implications potentiellement historiques.

Les cadres contre-attaquent : la semaine dernière, ils ont licencié sept baristas de Memphis qui avaient dirigé l’organisation dans cette ville. Encore le tweet épinglé de l’AFL-CIO dans la foulée, on a parlé d'”une autre victoire pour les travailleurs aujourd’hui avec la publication du premier rapport du groupe de travail de la Maison Blanche sur l’organisation et l’autonomisation des travailleurs”.

La victoire? Ah bon? C’est un rapport. Mais c’est la chose la plus importante pour laquelle la direction de l’AFL-CIO veut que nous nous animions – pas la bravoure des travailleurs mal payés qui s’attaquent à la classe des milliardaires.

Les rassemblements locaux et les conférences de presse sont une bonne étape. J’en ai assisté il y a quelques semaines à Seattle, organisé par Starbucks Workers United, le membre socialiste du conseil municipal Kshama Sawant et un groupe de syndicats locaux qui se sont mobilisés (mais notamment pas le conseil central du travail, malheureusement). C’était excitant d’entendre les travailleurs de Starbucks qui étaient venus de la côte Est et de voir la solidarité locale des autres syndicats.

Pourtant, des efforts locaux dispersés ne suffiront pas à forcer les entreprises à renoncer à leur action antisyndicale. Le licenciement honteux mais pas surprenant des sept travailleurs de Memphis Starbucks et les réunions antisyndicales agressives du public captif REI la semaine dernière confirment que les patrons ont effectué les calculs et déterminé que tout préjudice à leur réputation qu’ils subissent de ces tactiques exagérées est un prix à payer s’il stoppe l’élan syndical. Ils acceptent peut-être d’être tenus par la commission du travail de régler les arriérés de salaire des travailleurs licenciés – dans deux ans? trois ans? – parce qu’une claque sur la main de l’entreprise est une somme dérisoire à payer pour des tactiques qui sèment la peur dans l’ensemble de la main-d’œuvre et dissuadent les autres travailleurs de se lever.

Nous ne gagnerons pas des syndicats dans des endroits comme Starbucks et REI simplement en réagissant avec indignation aux attaques des patrons contre les travailleurs. En l’absence d’escalade syndicale, il y aura plus de licenciements, plus de remaniements, plus de lutte contre les syndicats. Nous, le mouvement syndical, devons intensifier la lutte et démontrer que lorsque les travailleurs de Memphis, de New York ou d’Arizona sont attaqués, les travailleurs de la Californie au Maine riposteront.

Il n’y a pas de meilleur moyen de monter en puissance qu’avec des démonstrations dans les magasins Starbucks de tous les États du pays. A partir de là, nous devons organiser des actions d’escalade qui créent une crise pour les PDG qui tentent de contrecarrer les décisions démocratiques des travailleurs.

Il y a des années, dans ma ville natale de Seattle, des musiciens syndiqués professionnels ont frappé le 5th Avenue Theatre après que dix-huit d’entre eux aient été licenciés lors de négociations contractuelles. C’était un petit débrayage. La coalition locale Jobs With Justice et le conseil du travail ont mobilisé plus d’un millier de personnes chaque soir pour assister à des rassemblements devant le théâtre frappé. Les machinistes de Boeing, les débardeurs, les employés de la ville, les travailleurs de la santé, les travailleurs de la construction, les opérateurs de remorqueurs, les épiciers, les universitaires, les enseignants, etc., se sont tous joints pour bloquer la rue du centre-ville devant le théâtre et empêcher le spectacle de s’ouvrir avec croûtes.

En une semaine, les musiciens ont obtenu une réintégration complète et un nouveau contrat. Ce n’était pas seulement une victoire pour les musiciens, c’était une victoire pour toute la classe ouvrière.

La grève du Théâtre de la 5e Avenue n’est pas unique. Pensez à ce que les enseignants de Virginie-Occidentale ont fait, à une échelle beaucoup plus grande, il y a à peine quatre ans, et comment leur leadership et leurs sacrifices ont inspiré les éducateurs de tout le pays à se lever et à se battre pour l’éducation publique. Ou rappelez-vous comment la maladie de 2019 d’une poignée de contrôleurs aériens, en plus des appels à la grève du syndicat des agents de bord, a forcé la fin de la fermeture du gouvernement national de Donald Trump.

Ce dont les travailleurs de Starbucks ont besoin maintenant, c’est de voir que l’ensemble du mouvement ouvrier américain est derrière eux. Nous avons besoin d’une démonstration nationale décisive de solidarité de classe – une qui envoie un message aux patrons du monde entier qu’en 2022, quand vous jouez avec un seul barista, vous jouez avec nous tous.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire