Les travailleurs non syndiqués représentaient une proportion surprenante de grévistes en 2021

0
236

En 2021, environ 140 000 travailleurs aux États-Unis ont participé à un arrêt de travail, dont 265 grèves et cinq lock-out, pour un total de 3 269 186 jours de grève. Les chiffres sont compilés dans un nouveau rapport du Labor Action Tracker, un projet récent de l’École des relations industrielles et de travail de l’Université Cornell.

Alors que le Bureau of Labor Statistics (BLS) ne suit que les arrêts de travail auxquels participent 1 000 personnes ou plus, le nouveau rapport capture également les données des arrêts de travail plus petits, ajoutant à l’image de l’action sur le lieu de travail au cours de la deuxième année de la pandémie. Comme le détaille le rapport, environ la moitié des arrêts de travail concernaient moins de 100 travailleurs, bien que la majorité des 140 000 travailleurs aient participé à des arrêts capturés par les données du BLS, c’est-à-dire impliquant 1 000 travailleurs ou plus.

La découverte la plus surprenante est que sur les 265 arrêts de travail de l’année dernière, quatre-vingt-sept (soit 32,8 % du total) étaient le fait de travailleurs non syndiqués. Il est beaucoup plus difficile d’organiser un débrayage sans l’infrastructure durable d’un syndicat formel, et pourtant, comme le montre le rapport, de nombreux travailleurs l’ont fait. Ces grèves avaient tendance à être beaucoup plus petites que celles des travailleurs syndiqués et, au total, elles ne représentaient qu’un infime 3,4 % des 140 000 travailleurs impliqués dans des arrêts de travail. Mais malgré leur petit nombre, ces arrêts incluent plusieurs débrayages de travailleurs d’Amazon dans un centre de distribution particulièrement mobilisé à Chicago, des actions importantes en raison de la position des travailleurs dans l’économie, sinon de leur nombre.

Le rapport constate également qu’il y a eu une augmentation notable de l’activité des travailleurs en octobre et novembre. Alors que « Striketober » était un surnom qui, entre les mains de certains, est devenu radicalement exagéré, suggérant qu’une vague de grèves historiquement significative était en préparation, ces chiffres montrent qu’il y avait un noyau de vérité dans la sténographie : l’activité de grève a culminé en octobre et novembre. . N’oublions pas que dix mille travailleurs de John Deere ont fait grève du 14 octobre au 17 novembre, et c’est le 4 octobre que les membres de l’IATSE (International Alliance of Theatrical Stage Employees) ont voté à 99 % en faveur de l’autorisation d’une grève qui aurait englobé quelque 60 000 personnes. Quelque 50 000 employés du géant hospitalier Kaiser Permanente ont également failli faire grève, début novembre.

C’était la base de la discussion Striketober : la perception d’une propagation du militantisme ouvrier, notamment concentré dans le secteur privé. Et bien que les travailleurs de Kaiser n’aient finalement pas fait grève indéfiniment, comme il a brièvement semblé qu’ils pourraient le faire – bien que des dizaines de milliers aient participé à une grève de solidarité – les chiffres de 2021 montrent qu’environ la moitié des 140 000 travailleurs qui ont fait grève étaient dans le secteur des soins de santé et de l’assistance sociale. . Il convient de noter en particulier la grève de 700 infirmières à l’hôpital Saint Vincent dans le Massachusetts, qui a été la grève la plus longue de l’année.

Compte tenu du contexte de cette activité des travailleurs de la santé – une pandémie, dans laquelle ces travailleurs ont été poussés à leur point de rupture par manque de personnel, en particulier dans les établissements à but lucratif – cela ne devrait pas surprendre. Nous ne devrions pas non plus nous attendre à ce que cela change de sitôt. Après tout, avec le lobby des hôpitaux qui lutte contre la législation sur la dotation en personnel sûre et la pandémie qui sévit, aucun des problèmes des travailleurs n’a été résolu.

Le taux de syndicalisation aux États-Unis reste stagnant, à 10,3 %. Les chiffres de 2021 sont infimes par rapport aux vagues de grèves historiques des époques précédentes – non seulement les années 1940, lorsqu’un travailleur sur dix s’est mis en grève, mais même en 1970, lorsqu’un syndicaliste sur six a fait grève. En effet, ils restent en deçà des niveaux pré-pandémiques. Il n’y a pas eu de percées révolutionnaires, pas d’inversion longtemps recherchée du long déclin du travail organisé. Pourtant, pas de quiétisme non plus, contrairement au début des années 2000. Il y a de la frustration parmi la classe ouvrière, et il y a aussi une gauche socialiste petite mais croissante qui travaille dans et avec les syndicats pour s’organiser à un moment d’opportunité particulière, quand un marché du travail tendu rend plus facile, bien que toujours difficile, pour les travailleurs de rester et de se battre .



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire