Les universités privées riches en impôts maintenant

0
117

On a souvent dit que le COVID-19 exacerbait les inégalités sociales déjà existantes. Des géants d’entreprise comme Amazon, United Parcel Service (UPS) et Comcast ont largement profité de la pandémie tandis que des millions de travailleurs luttaient contre le chômage et l’austérité. Les grandes entreprises ont utilisé l’argent du renflouement fédéral pour racheter des actions tandis que de nombreuses petites entreprises ont été contraintes de fermer.

Mais il y a eu un autre grand gagnant de la pandémie qui passe sous le radar : les riches dotations universitaires. Ces dotations ont augmenté en moyenne de 27% en 2021, le taux le plus élevé des trente-cinq dernières années.

Les dotations universitaires sont des fonds qu’une université reçoit de donateurs individuels et organisationnels. L’argent vient généralement avec des contraintes spécifiques de la part des donateurs quant à l’utilisation qu’il peut en faire. Pour de nombreuses universités d’élite, les dotations ont atteint des niveaux astronomiques.

Sans surprise, les riches écoles de l’Ivy League figurent en tête de la liste des dotations. La dotation de l’Université Harvard s’élève désormais à plus de 40 milliards de dollars (oui, des milliards), tandis que son rival le plus proche, Yale, possède une dotation d’un peu plus de 30 milliards de dollars. D’autres écoles comme Stanford (27 milliards de dollars), Princeton (25 milliards de dollars) et l’Université de Pennsylvanie (20,5 milliards de dollars) peuvent vanter des dotations supérieures à celles de nombreuses entreprises.

Bien qu’elles dépendent des services publics pour fonctionner, ces mêmes universités échappent au paiement des impôts en revendiquant le statut d’organisation à but non lucratif 501 (c) (3). Les communautés environnantes doivent espérer que ces institutions paient des PILOTES (Paiements en remplacement d’impôts) comme source de revenus. Étant donné que les PILOTES sont volontaires, il n’y a aucune garantie que ces paiements se produiront.

Les problèmes que ces formes de paiement créent sont évidents. Les gouvernements ne peuvent budgétiser l’avenir sur la base de contributions financières volontaires. Et même lorsque de riches institutions acceptent les PILOTES, les revenus sont souvent inférieurs à ceux qui auraient été gagnés grâce aux impôts ordinaires.

Les universités méga-riches devraient être obligées de payer des impôts sur leurs dotations comme toute autre institution à but lucratif.

S’il est vrai que les dotations peuvent être utilisées pour des initiatives telles que l’aide financière aux étudiants, les universités ne le font pas. Les établissements d’enseignement supérieur n’ont pas réussi à résoudre les problèmes systémiques de la dette étudiante et les coûts croissants de l’enseignement supérieur.

Harvard se vante d’avoir augmenté le montant de la dotation qu’il utilise pour les bourses, mais ses étudiants doivent cumuler 1,2 milliard de dollars de prêts. Les étudiants de l’Université de Pennsylvanie, qui, jusqu’à tout récemment, refusaient même de payer les PILOTES, sont endettés de 2,1 milliards de dollars. De toute évidence, la présence de grandes dotations dans ces universités a peu contribué à rendre l’enseignement supérieur plus abordable pour ses étudiants.

Changer le statut fiscal des universités d’élite en 501 (c) (7) permettrait à ces somptueuses dotations d’être taxées comme source de revenus. Le statut 501 (c) (7) est réservé aux clubs privés, et nombre de ces institutions fonctionnent en effet davantage comme des clubs privés que comme des organisations caritatives à but non lucratif. La plupart des installations et des avantages offerts par ces universités ne sont accessibles qu’aux étudiants et aux professeurs, et non au grand public.

Si elles étaient classées dans la catégorie 501 (c) (7), les universités riches d’élite seraient obligées de payer des impôts fonciers et leurs dotations ne seraient plus déductibles d’impôt. À moins d’une refonte totale de notre système éducatif, cela pourrait être le moyen le plus efficace d’arrêter la tendance inquiétante des universités riches à agir comme moteurs d’inégalité.

Comme les universités fonctionnent davantage comme des entités à but lucratif, s’appuyant sur une main-d’œuvre précaire et augmentant les frais de scolarité, elles sont devenues des institutions clés du néolibéralisme. L’Université de Pennsylvanie est l’un des exemples les plus clairs de la façon dont les universités d’élite qui échappent à l’impôt accélèrent les inégalités tout autour d’elles.

La dotation de Penn a augmenté de 5,6 milliards de dollars au cours de l’année dernière et s’élève désormais à 20,5 milliards de dollars. Il détient plus de 2,5 milliards de dollars de biens exonérés d’impôt et est devenu un chef de file de la gentrification grâce à son expansion rapide.

Après une campagne de pression soutenue de l’organisation Penn for PILOTs, l’université a cédé et a finalement proposé de donner 100 millions de dollars sur dix ans au district scolaire de Philadelphie. Cela semble impressionnant sur son visage. Mais si Penn payait simplement des impôts fonciers modestes, cela générerait 40 millions de dollars chaque année pour les écoles publiques en ruine de Philadelphie – quatre fois ce que l’université a offert. Et le don de Penn représente moins de 1% de la valeur de sa dotation.

L’enseignement supérieur doit être un bien commun et gratuit pour tous ceux qui le souhaitent. Cela peut être réalisé grâce à des politiques de redistribution, ne permettant pas aux universités d’élite d’accumuler plus de richesse grâce à leurs dotations. Nous ne pouvons pas continuer à permettre à ces institutions de se cacher derrière un faux statut à but non lucratif, et nous devons taxer leur richesse pour le bien public.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire