Les Verts approuvent le plan climatique de greenwashing du Labour

0
240

En acceptant d’adopter les réformes du mécanisme de sauvegarde, la politique climatique phare des travaillistes, les Verts ont aidé à écologiser l’expansion continue des combustibles fossiles.

L’accord conclu entre les deux parties a accordé des concessions aux Verts. Mais cela signifie-t-il que, comme le prétend le chef des Verts Adam Bandt, « le charbon et le gaz ont été durement touchés » ? Il y a de quoi rendre sceptique. Le cours des actions des 12 principales sociétés australiennes de gaz et de charbon a augmenté dans les jours qui ont suivi l’annonce de l’accord, tandis que Tania Constable, PDG du Minerals Council of Australia, a déclaré qu’en dépit de la “rhétorique” des Verts, “il y aura très peu changement pour l’industrie minière ».

Il est difficile de disséquer la politique climatique du parti travailliste – elle est opaque par conception – et la plupart des médias grand public reprennent sans réserve l’affirmation du gouvernement selon laquelle il obligera les 215 installations les plus polluantes d’Australie à réduire collectivement leurs émissions de 4,9 % par an. Les aléas des amendements convenus pour rallier le soutien des Verts compliquent encore les choses.

Dans mon récent article pour Drapeau rouge J’ai soutenu qu’il y a trois facteurs clés qui font du mécanisme de sauvegarde du Parti travailliste une couverture pour l’expansion continue des combustibles fossiles. Premièrement, les installations peuvent compenser leurs émissions en achetant du carbone douteux ou en préservant des crédits. Cela leur permet de continuer à émettre tout en payant une somme dérisoire pour des programmes de réduction des émissions qui se sont révélés être « en grande partie une imposture ».

Deuxièmement, le mécanisme ne couvre que les émissions de portée 1, ou sur site. Cela signifie que les installations ne sont pas tenues de réduire les émissions créées par leurs produits, tels que le charbon et le gaz extraits et exportés à l’étranger, la principale contribution de l’Australie aux émissions mondiales.

Troisièmement, le mécanisme de sauvegarde conserve le cadre de référence « ajusté en fonction de la production », ce qui signifie que le plafond des émissions d’une installation polluante augmente et diminue avec sa production. Cela signifie qu’une installation qui double sa production double son plafond d’émissions. Il ne doit réduire les émissions par rapport à ce nouveau plafond relevé que de 4,9 %.

Comment les Verts ont-ils géré ces problèmes ?

Les compensations restent en place. Aujourd’hui, cependant, si une entreprise utilise des compensations pour répondre à plus de 30 % de ses besoins, elle doit s’expliquer. C’est tout.

Les approbations pour la classe de compensations la plus douteuse doivent être gelées et auditées. C’est-à-dire non nouveau Les projets de régénération induite par l’homme (ceux impliquant des propriétaires terriens « régénérant » des zones forestières) seront approuvés pour le moment, mais ceux qui accumulent actuellement des crédits carbone resteront. L’année dernière, le lanceur d’alerte, le professeur Andrew Macintosh, a découvert qu’en Nouvelle-Galles du Sud et dans le Queensland, 50 % de tous ces crédits étaient accordés à des projets où les forêts avaient effectivement décliné.

Les amendements des Verts ne font rien pour réduire les émissions du scope 3, qui sont « plus de huit fois supérieures » aux émissions du scope 1 couvertes par le mécanisme, selon le Conseil Climat.

Le cadre ajusté à la production demeure, mais peut être limité par ce que les Verts vantent comme leur plus grande victoire : un « plafond dur » sur les émissions produites par toutes les installations couvertes par le mécanisme de sauvegarde réuni. Bandt affirme que le gouvernement “enfreindra la loi” si les émissions des installations ne diminuent pas de leur total actuel de 140 millions de tonnes de CO2 par an à 100 millions de tonnes d’ici 2030.

Parce qu’il s’agit d’émissions brutes et non nettes, les compensations ne font aucune différence, et permettre aux plafonds des installations d’augmenter avec la production ferait exploser le budget. Vraisemblablement, cela causerait des maux de tête au gouvernement, qui devrait faire la quadrature du cercle de la réduction des émissions totales au niveau agrégé tandis que les émissions au niveau des installations sont autorisées à augmenter.

Bien que ce soit la cheville ouvrière des victoires revendiquées par les Verts et la base de l’affirmation de Bandt selon laquelle, en vertu de la politique modifiée, “environ la moitié” des 116 nouveaux projets de charbon et de gaz actuellement en cours seront rendus non viables, des détails sur ce “plafond dur” sont vagues.

Pour commencer, seuls les Verts l’appellent un « hard cap ». Le ministre du Changement climatique et de l’Énergie, Chris Bowen, le décrit différemment. Selon lui, le processus consistera d’abord pour la Climate Change Authority (dont les membres sont nommés par le gouvernement en place) à informer le ministre que le plafond a été dépassé. Le ministre sera alors, selon les mots de Bowen, obligé « de consulter et de modifier les règles ».

Il y a beaucoup de place pour l’interprétation ici. Le Analyse financier le lit comme signifiant qu'”un futur gouvernement aura le pouvoir d’intervenir pour modifier – ou éventuellement déroger – aux règles, s’il choisit de le faire”. Et si ce pouvoir de renonciation ne suffit pas, selon Crikey Bowen a “déjà signalé sa volonté de travailler avec la Coalition pour modifier les nouvelles règles si nécessaire”.

Qu’en est-il des autres « victoires » des Verts ?

Tous les nouveaux gisements de gaz devront être nets zéro dès le départ. Mais encore une fois, cela n’inclut que les émissions de portée 1, ce qui n’est pas très utile lorsque la majorité des émissions de projets gaziers (environ 75 % dans le cas du bassin de Beetaloo) sont de portée 3. Les entreprises peuvent simplement payer pour compenser la petite fraction de leurs émissions totales comptabilisées selon les règles du mécanisme de sauvegarde.

Ainsi, la politique modifiée ne « fera pas dérailler » les projets du bassin de Beetaloo comme le prétendent les Verts. Le PDG de Tamboran Resources, l’une des trois sociétés explorant du gaz dans le bassin, a salué les modifications comme créant une “certitude” pour le projet de sa société : il respectait déjà l’exigence de zéro net.

L’accord sécurisera également le déclencheur climatique ou de « sauvegarde » tant attendu des Verts. Maintenant, le gouvernement devra considérer les impacts que les nouveaux projets auront sur le climat. Il n’est pas obligé de les arrêter.

Ce n’est qu’en omettant la grande majorité des émissions de l’Australie et en attribuant tout à de vagues obligations et pouvoirs utilisés à la discrétion d’un gouvernement qui, comme le souligne à juste titre Bandt, est «l’aile politique des sociétés de charbon et de gaz», que vous pouvez revendiquer cet accord comme une victoire.

En réalité, cet accord n’est une victoire que pour les pollueurs. Le gouvernement peut évaluer et ignorer les coûts climatiques des nouveaux projets. Les compagnies de charbon et de gaz peuvent continuer à produire, en consacrant une infime partie de leurs bénéfices à des compensations. Ils ne seront même pas encouragés à réduire la quantité de combustibles fossiles qu’ils produisent, seulement les émissions qu’ils produisent en les produisant.

Désormais, les travaillistes peuvent dire qu’ils parviennent à de réelles réductions d’émissions avec le soutien des Verts. Ce n’est pas un pas en avant pour l’action climatique. C’est un pas en avant vers la plus haute forme de négationnisme climatique, le greenwashing.

Source: https://redflag.org.au/article/greens-put-stamp-approval-labors-greenwashing-climate-plan

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire