Les villages reculés et pauvres d’Afghanistan sont les plus durement touchés par le tremblement de terre | Nouvelles

0
144

Gayan, Paktika – Aux petites heures du matin du mercredi 22 juin, les maisons de boue dans cette partie reculée du sud-est de l’Afghanistan ont commencé à trembler et à s’effondrer sous la force d’un tremblement de terre de magnitude 5,9.

Des habitants paniqués ont tenté de réveiller leurs proches endormis. Mais pour des centaines de familles, le temps manquait.

En quelques minutes, les toits de boue des maisons du district de Gayan, où vivaient ensemble des familles pauvres comptant jusqu’à 15 personnes, se sont effondrés sur ceux qui étaient encore à l’intérieur.

Dans les heures qui ont suivi ces premiers tremblements terrifiants, le nombre de morts a grimpé.

Au moment où les habitants de la capitale afghane, Kaboul, ont appris la nouvelle du tremblement de terre dans les régions reculées de l’est du pays, le nombre de morts avait déjà atteint 90. Il dépasserait 1 000 morts, dont au moins 121 enfants, par le soirée.

Trois jours plus tard, le nombre de morts dépasse les 1 100 et des centaines de blessés.

« Chaque maison ici a perdu plusieurs personnes ; les maisons de tout le monde sont détruites. Tout ce que nous avions est maintenant parti », a déclaré Ali Khan, racontant comment 10 membres de sa famille ont été tués dans le tremblement de terre, y compris des enfants.

Ayant grandi à Gayan, l’homme de 35 ans a déclaré les conditions économiques des villageois locaux ont été un facteur dans l’ampleur de la destruction et du nombre de morts.

Nichés dans des montagnes et des collines rocheuses et non pavées, l’éloignement de ces villages pauvres et leurs maisons rudimentaires de boue et de bois ont été cités comme une cause majeure de décès parmi les habitants de Khost et de Paktika – les deux provinces les plus touchées par le tremblement de terre.

“Tout le monde est pauvre ici, ils construisent des maisons simples avec ce qu’ils ont”, a déclaré Khan, alors qu’il examinait les murs fissurés de la maison en terre de sa famille au sommet d’une colline sèche et poussiéreuse dans cette région reculée du pays.

“Vous ne savez pas qui aider en premier”

Le ministère afghan de la Défense a commencé à déployer des hélicoptères dans les districts touchés mercredi matin, mais en milieu d’après-midi, ces vols ont dû être interrompus en raison de pluies torrentielles, de grêle et de conditions très nuageuses sur Kaboul et les provinces voisines.

Les agents de santé de la province de Paktia, qui abrite l’hôpital régional de la zone sud-est de l’Afghanistan, ont déclaré à Al Jazeera que le retard des vols en hélicoptère a grandement affecté la capacité des travailleurs humanitaires et des professionnels de la santé à aider les plus nécessiteux.

Lorsque les vols en hélicoptère ont repris, la demande était écrasante.

Un pilote effectuant des vols entre Paktika et la province voisine de Paktia, a déclaré qu’il ne pouvait pas croire ce qu’il voyait chaque fois que son hélicoptère atterrissait dans l’une des zones touchées.

“Vous ne savez pas qui aider en premier, c’est juste une ruée de personnes qui essaient désespérément de monter à bord”, a-t-il déclaré en redémarrant le moteur de son hélicoptère pour un autre vol.

Samira Sayed Rahman, coordinatrice de la communication et du plaidoyer à l’International Rescue Committee (IRC), a déclaré que son organisation avait déployé des unités médicales mobiles à Khost et Paktika, mais que le besoin restait important.

L’IRC a eu la chance d’avoir des équipes dans les deux provinces et à Kaboul qui connaissaient les communautés et la géographie des zones touchées, a déclaré Sayed Rahman.

“Notre équipe de santé mobile à Spera (district) a signalé que la plupart des décès, et les victimes qu’ils soignent dans le district, sont des femmes.”

Haji Mirwais est sur le terrain depuis mercredi, dirigeant une équipe d’évaluation et travaillant avec plusieurs ONG locales pour venir en aide aux survivants du tremblement de terre.

Lorsque Mirwais est arrivé pour la première fois dans le district de Gayan, il a été choqué par ce qu’il a vu. Rien, dit-il, n’aurait pu le préparer au niveau de destruction dont il a été témoin.

« Nous avons compté 1 700 maisons qui avaient besoin d’une reconstruction totale. Il n’y avait de maisons nulle part, c’était juste des morceaux de boue et de bois éclaboussé partout », a-t-il déclaré à Al Jazeera par téléphone.

“Paktika est dans un état épouvantable”, a déclaré Mirwais, ajoutant que l’aide a afflué d’organisations internationales, d’entreprises, d’ONG locales et de donateurs privés, mais qu’elle n’était toujours pas suffisante pour répondre au niveau des besoins.

Des sources locales ont déclaré à Al Jazeera qu’au moins quatre des 19 districts de Paktika ont subi de graves dommages. Selon les Nations Unies, au moins 200 personnes sont mortes à Gayan.

Un hélicoptère taliban décolle après avoir apporté de l’aide dans une zone touchée par un tremblement de terre à Gayan, en Afghanistan, le 23 juin 2022 [Ali Khara/Reuters] (Reuters)

“Je ressens cette douleur, même ici en Europe”

Les Afghans au pays et à l’étranger ont lancé leurs propres campagnes d’aide pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre.

“Où que ce soit sur la carte, si les gens en Afghanistan souffrent, je ressens cette douleur, même ici en Europe”, a déclaré Shafi Karimi, un journaliste afghan basé en France, qui a lancé une campagne de collecte de fonds en ligne dans l’espoir de récolter 10 000 euros. pour aider les victimes.

“Nous sommes peut-être loin maintenant, mais nous ne pouvons pas oublier notre peuple”, a déclaré Karimi, expliquant qu’il voulait que son effort de collecte de fonds serve de modèle aux Afghans à l’étranger, qu’ils aient quitté le pays l’année dernière – depuis que les talibans ont repris pouvoir – ou il y a des décennies.

« Je sais que ce n’est pas grand-chose, mais je peux peut-être aider une famille à reconstruire une de ses chambres ou, à tout le moins, à mettre de la nourriture sur sa table », a-t-il déclaré.

Pashtana Durrani, une défenseure des droits à l’éducation qui étudie actuellement aux États-Unis, a déclaré qu’elle avait initialement “abandonné” le travail humanitaire, mais a déclaré que les rapports de dévastation en provenance des zones les plus touchées l’avaient poussée à commencer des efforts de collecte de fonds et à s’associer avec des groupes de base locaux et des ONG en Afghanistan. Elle espère que ses efforts d’aide atteindront ceux qui en ont le plus besoin.

“Il doit y avoir des gens qui font de leur mieux pour servir les personnes touchées au lieu de les catégoriser en fonction de leur appartenance ethnique ou de quel côté ils se sont battus”, a déclaré Durrani.

“Le moins que je puisse faire, c’est leur apporter un peu d’aide pour qu’ils n’aient pas à se soucier de l’endroit où ils dorment ou de ce qu’ils mangent.”

La poursuite des sanctions et des restrictions bancaires en Afghanistan depuis la prise de contrôle des talibans complique davantage les efforts de collecte de fonds de Durrani et de Karimi.

Ils veulent tous deux se concentrer sur la collecte d’autant d’argent que possible et l’acheminer directement vers les personnes dans le besoin sans avoir à faire face aux limitations imposées aux opérations bancaires en Afghanistan.

Durrani a déclaré qu’elle souhaitait utiliser une application pour envoyer de l’argent, mais que les frais seraient trop élevés. Karimi a déclaré que même des services autrefois fiables tels que Western Union et MoneyGram s’avèrent trop compliqués en raison des restrictions mondiales imposées aux banques après le retour au pouvoir des talibans en août dernier.

« Il est si difficile de faire entrer de l’argent dans le pays de nos jours, mais nous trouverons un moyen de le faire. Nous devons, pour les gens, cela quand ils ont le plus besoin de nous », a-t-il déclaré.

Durrani et Karimi ne sont pas seuls dans leurs efforts de collecte de fonds. Les Afghans du monde entier ont commencé à aider, y compris Rashid Khan, le joueur de cricket vedette de l’Afghanistan, qui a lancé une collecte en ligne, promettant que chaque centime collecté ira directement aux victimes du tremblement de terre.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/24/afghanistans-remote-and-poor-villages-hardest-hit-by-earthquake

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire