Les zones d’exclusion aérienne survoleront-elles l’Ukraine

0
95

Lors d’une récente conférence de presse, Le Premier ministre britannique Boris Johnson a été confronté à un plaidoyer pour l’établissement d’une “zone d’exclusion aérienne”. Cette suggestion a été rapidement disséquée et rejetée, par des commentateurs et les média. Il y a cependant un argument à faire valoir selon lequel face à l’invasion massive de l’Ukraine par les forces armées russes, les membres de l’OTAN devraient et, plus important encore, pourraient faire preuve de créativité quant à la manière dont ils pourraient établir une couverture aérienne au-dessus de l’Ukraine sans déclencher Troisième Guerre mondiale.

Une zone d’exclusion aérienne a été créée avec succès au-dessus de l’Irak du printemps 1991 jusqu’à l’invasion américaine une douzaine d’années plus tard. En Bosnie, de 1993 à 1995, l’OTAN a immobilisé la formidable armée de l’air yougoslave. Cela s’est encore répété en Libye en 2011.

Cependant, plusieurs problèmes se posent avec les zones d’exclusion aérienne – c’est-à-dire l’applicabilité, l’effectivité et la légalité.

Les zones d’exclusion aérienne, similaires aux «zones de sécurité» au sol, ne peuvent pas simplement être déclarées, elles doivent être appliquées et protégées. Cela, bien sûr, n’a pas toujours été le cas et a parfois conduit à des résultats tragiques, notamment le massacre de Srebrenica pendant la guerre de Bosnie. Pour faire respecter et protéger une éventuelle zone d’exclusion aérienne en Ukraine, les pilotes de l’OTAN devraient probablement abattre des avions russes ou engager les batteries mobiles de défense aérienne de Moscou au sol, une décision qui pourrait dégénérer en une guerre totale entre les alliés occidentaux. et la Fédération de Russie. C’est quelque chose que tout le monde veut éviter.

Historiquement parlant, les zones d’exclusion aérienne n’ont pas été particulièrement efficaces contre les hélicoptères ou les drones, qui devrait être neutralisé avant qu’une zone d’exclusion aérienne puisse être établie. De plus, les zones d’exclusion aérienne n’ont aucun effet sur les emplacements d’artillerie à longue portée ou les missiles de croisière. Pire encore, ils ne font pratiquement rien pour arrêter ce qui se passe sur le terrain. No-fly zonethe ne serait d’aucune utilité contre un énorme convoi russe de camions et de véhicules blindés qui se sont amassés à l’extérieur de Kiev. Par exemple, le fait de commander le ciel au-dessus de l’Irak après la guerre du Golfe de 1991 n’a rien fait pour empêcher Saddam Hussein de lancer une offensive au sol et par hélicoptère d’attaque contre la population chiite d’Irak.

La légalité de l’application d’une zone d’exclusion aérienne n’est pas non plus acquise d’avance. Dans le cas de la Libye et de la Bosnie, les deux ont été créés en vertu de résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. La Russie, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité, n’acceptera jamais une telle résolution.

Il pourrait bien y avoir plusieurs façons de sortir de la spirale descendante en Ukraine, sans déclencher la Troisième Guerre mondiale. Ian Kearns exprimé son point de vue sur une zone d’exclusion aérienne qui empêcherait la Russie de créer ce qui serait probablement la pire catastrophe humanitaire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Kearns pense que le problème n’a pas grand-chose à voir avec le fait que les pilotes de l’OTAN doivent abattre des avions russes, mais que l’OTAN devrait tirer en premier. Il suggère que l’Occident devrait renverser la situation sur Moscou et proposer une solution qui forcerait l’armée russe à faire le choix de tirer en premier.

Pendant le pont aérien de Berlin en 1948, des vols humanitaires ont survolé la zone d’occupation soviétique en Allemagne vers les bases aériennes et les aéroports des zones de Berlin administrées par les alliés occidentaux. L’Union soviétique a fait le choix de ne pas abattre les avions-cargos de l’armée de l’air américaine pour éviter de déclencher une troisième guerre mondiale. Une opération similaire pourrait être mise en œuvre pour aider les personnes dans le besoin à Kiev assiégée.

Un deuxième plan, un peu plus ambitieux, consisterait à utiliser les bases aériennes polonaises pour l’armée de l’air ukrainienne. En faisant temporairement de ces bases un territoire ukrainien, mais encerclé par l’OTAN, Vladimir Poutine devrait prendre la décision consciente d’attaquer les bases en traversant l’espace aérien polonais.

Avec son invasion non provoquée de l’Ukraine, la Russie a anéanti ses efforts pour se forger une réputation d’intermédiaire honnête au sein de la communauté internationale. Poutine semble beaucoup plus faible aujourd’hui qu’il y a à peine une semaine. Au cours des semaines et des mois à venir, l’économie russe continuera de s’effondrer en raison des sanctions mondiales qui ont été imposées au pays, tandis que la résistance héroïque de l’armée ukrainienne et de la population civile, ainsi que la direction du président Volodymyr Zelensky, galvaniser davantage la communauté internationale. Cela rendra la position intérieure de Poutine plus intenable. Ce qui est primordial, c’est comment contenir ce qui semble être un Poutine profondément déséquilibré sans le provoquer à déclencher un conflit mondial.

Les zones d’exclusion aérienne feront-elles partie de cet effort pour enfermer Poutine dans un bourbier long et sanglant en Ukraine ? C’est une question qui reste sans réponse.



La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire