L’espace d’information européen en guerre : quand commençons-nous à riposter ?

0
84

Parallèlement à la guerre conventionnelle en Ukraine, la Russie en mène une autre beaucoup plus proche de nous. Il apparaît sur nos ordinateurs, nos téléphones et nos tablettes. Sous une forme ou une autre, il est présent chaque fois que nous allons en ligne pour rechercher les actualités ou faire défiler notre flux de médias sociaux préféré.

Depuis les préparatifs de l’invasion de l’Ukraine, l’Europe a connu une forte se lever dans agressif opérations d’information, principalement sous la forme de tentatives d’inonder l’espace en ligne de récits servant les intérêts du Kremlin par le biais de sites Web affiliés, de pages, de groupes, d’idiots utiles, de trolls et de robots. Chaque jour, ils s’immiscent dans l’espace informationnel consommé par les résidents des pays membres de l’UE et de l’OTAN.

Ces actions sont conçues pour infecter les masses avec un contenu manipulateur qui trompe, divise et sape le cœur même de notre société. Et quelle est notre réaction ? Nous bloquons deux sites Web russes majeurs et poursuivons des discussions démocratiques à la traîne comme si nous avions tout le temps du monde.

Optimisme de côté

Même si l’opinion publique est actuellement choquée par l’agression russe et qu’une partie de la population traditionnellement plus forte les sentiments pro-russes semblent avoir compris qui est le méchant, nous ne pouvons pas tenir ces changements pour acquis, ni les traiter comme permanents. Ce serait une énième erreur de l’Occident après l’absence d’action crédible après l’annexion de la Crimée malgré les appels des pays baltes et d’Europe centrale sur le réseau de partisans du Kremlin prêt à être activé et déployé depuis les années 2010.

Même si la guerre conventionnelle prend fin dans quelques semaines, la crise perdurera et apportera des défis sans précédent, notamment des opérations d’information agressives continues et des cyberattaques.

Que faut-il faire maintenant ?

Les ralentir

Avant tout, nous devons empêcher les acteurs les plus actifs et les plus influents de permettre à la propagande du Kremlin de pénétrer de larges pans de la société. Il peut s’agir de sites Internet, mais il s’agit surtout de comptes Facebook, Twitter et YouTube et de pages de « médias », d’activistes et de représentants politiques. Dans le cas où un contact direct ou un lien avec la Russie est trouvé, le compte doit être bloqué comme de RT et Sputnik News, ainsi que d’autres sites Web partageant de la désinformation et de la propagande récemment bloqués dans le République Tchèque ou Slovaquie.

Dans le cas où un lien direct ne peut pas être établi, ce qui s’appliquera probablement à la majorité des cas, après une violation des normes communautaires liées à la propagande de guerre et à la désinformation, chaque publication du compte ou de la page doit être soumise à un contrôle avant d’être autorisée à publier . Cela permettrait non seulement de diminuer la quantité de dommages dans l’espace de l’information, mais aussi de ralentir leur activité, ciblant ainsi un autre problème de fréquence et de volume immenses de ce contenu par rapport à une information de qualité.

Cela implique certes d’énormes efforts technologiques et humains, mais, au final, cela nous aide à préserver dans une certaine mesure la liberté d’expression. La vérification du contenu n’aurait pas à reposer sur les épaules des plateformes. L’Europe regorge d’activistes de la société civile, d’ONG et d’initiatives de vérification des faits prêtes à aider et à se battre.

La mise en œuvre à travers les plates-formes est ici une condition préalable cruciale et nécessite la création de conseils et de groupes de travail d’experts et de représentants des plates-formes avec un échange d’informations rapide et actif. Des erreurs seront-elles commises ? Oui. Y aura-t-il des cas où le contenu régulier sera bloqué ? Oui. Mais on est en guerre, et si ça veut dire qu’on limite l’impact des super-diffuseurs qui la font, je dirais que ça vaut le coup.

Débarrassez-vous des commentaires

Une autre méthode agressive utilisée consiste à faire apparaître des trolls et des robots sous chaque élément de contenu lié à la guerre, infectant la discussion avec des déclarations émotives, des discours de haine et d’autres contenus trompeurs. Comme cela se produit principalement dans la section des commentaires, une autre mesure consisterait à désactiver les commentaires « en bloc » pendant une période limitée. Cela ne fait que contribuer à freiner la haine, mais cela facilite également le passage de la configuration algorithmique actuelle des plateformes de médias sociaux, qui est basée sur la suggestion de contenu qui reçoit le plus grand nombre de commentaires et de partages.

Armée démocratique des elfes

Une fois les commentaires bloqués, tous les acteurs pro-démocratiques des secteurs privé, public et civique ont clairement la possibilité de riposter. En l’absence de commentaires trompeurs et de division sous des articles de qualité, le partage pourrait soudainement devenir une activité agréable, à travers laquelle le contenu provenant de sources reconnues pourrait passer et devenir une force dominante de formation d’opinion dans l’espace d’information de chaque pays. le Elfes déjà travaillé dans les pays baltes, le moment est venu d’essayer d’appliquer ce modèle dans toute l’UE.

Maintenant ou jamais

À une époque où les sociétés et les valeurs démocratiques sont directement attaquées dans l’espace en ligne, la réponse ne peut pas être basée sur des mesures douces. Elle doit être suffisante pour compenser les méthodes et l’impact de notre adversaire. Alors que le blocage de RT et de Sputnik News en Europe était un début audacieux. Les prochaines étapes devraient être encore plus audacieuses et impliquer une coalition de partenaires aussi large que possible. Nous pouvons gagner cette guerre, mais elle nécessite que tous les acteurs pro-démocratiques soient activés dès maintenant pour équilibrer le flot d’attaques d’informations par un contenu basé sur des valeurs et vérifié. Il est maintenant temps de mettre tout le monde derrière la table et d’agir.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire