L’Europe est en panique – Erdogan — RT World News

0
61

Le président turc a critiqué la manière dont les pays européens ont géré la crise des réfugiés ukrainiens

Les membres de l’UE et d’autres pays européens sont dans un état de “panique” face à l’afflux de réfugiés en provenance d’Ukraine, a déclaré dimanche le président turc Recep Tayyip Erdogan.

S’exprimant devant les partisans de son parti dans la ville de Kizilcahamam, Erdogan a déclaré que si la Turquie “gère avec succès la migration irrégulière en provenance de Syrie depuis 11 ans, nous assistons à la panique en Europe à la suite de la crise ukraino-russe”. Le chef de l’Etat turc a ensuite exprimé l’espoir que le “le monde sortira le plus tôt possible de la période critique qu’il traverse.”

Depuis que la Russie a attaqué l’Ukraine fin février, près de 14 millions d’Ukrainiens ont été déplacés, selon un rapport publié vendredi par Amin Awad, secrétaire général adjoint et coordinateur de crise des Nations Unies pour l’Ukraine. Six millions de ces personnes auraient fui vers les pays voisins.

Les États membres de l’UE tels que la Pologne, la Roumanie et la Hongrie ont été parmi les principales destinations, en plus de la Russie, pour les réfugiés ukrainiens.

Outre la question de la migration déclenchée par le conflit ukrainien, Erdogan a également évoqué les demandes d’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, qui ont été soumises à la mi-mai, citant une menace perçue de la Russie.




Le président turc a clairement indiqué qu’Ankara continuerait d’empêcher ces deux nations de rejoindre le bloc militaire “jusqu’à [its] les attentes sont satisfaites. »

Parce que le consentement unanime des 30 membres de l’OTAN est nécessaire pour que de nouveaux membres soient admis dans l’alliance, les objections de la Turquie ont effectivement mis en attente les espoirs des deux pays nordiques de rejoindre prochainement.

Ankara insiste sur le fait qu’il ne débloquera leur adhésion que s’ils cessent d’héberger des personnes liées au groupe militant du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et à d’autres organisations kurdes qu’Ankara considère comme des terroristes.

Une autre pomme de discorde majeure est la décision prise en 2019 par Stockholm et Helsinki d’interdire les ventes d’armes à la Turquie à la suite de l’incursion militaire d’Ankara dans le nord de la Syrie contre des militants kurdes. La Turquie exige sa levée.

Lors de son allocution de dimanche, Erdogan a également soutenu que le “Le système que l’Occident a construit pour protéger sa propre sécurité et son bien-être s’effondre.” Il a appelé à une réforme majeure du Conseil de sécurité de l’ONU, notant que “La Terre est plus grande que” ces cinq nations. Le président turc a également déclaré qu’il y avait des indications que les pays occidentaux finiraient par adopter les suggestions faites par Ankara. “pendant des années” à cet égard.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire