Léviathan : la nouvelle marine chinoise | Militaire

0
124

La marine chinoise, sous les ordres du président Xi Jinping, a connu un programme de modernisation et d’expansion tout simplement spectaculaire. Le lancement vendredi de son troisième porte-avions le plus avancé, le Fujian, pour des essais en mer montre à quel point il est arrivé et à quelle vitesse.

Les deux premiers porte-avions, le Liaoning et le Shandong, étaient des modèles ex-soviétiques ; le Liaoning initialement acheté pour la ferraille à l’Ukraine et réaménagé. Bien que désuets, ils ont été utilisés pour former de nouvelles générations d’officiers de marine et de pilotes à la science et à l’art complexes des opérations de porte-avions.

Cette nouvelle conception de porte-avions représente un saut quantique dans les capacités de ces modèles plus anciens et améliorera considérablement la puissance de combat de la Chine.

La cérémonie de lancement du troisième porte-avions chinois, le Fujian, le 17 juin 2022 à Shanghai, en Chine [Photo by Li Tang/VCG via Getty Images]

Plus grand, plus puissant

Le Fujian est colossal : long de 316 mètres, il pèsera environ 100 000 tonnes à pleine charge. Son système de lancement d’avion électromagnétique (EMALS) accélérera les jets qui décollent à grande vitesse, aidant leur décollage avec une telle force que l’avion pourra transporter plus de carburant et d’armes, étendant ainsi la portée et la taille du coup de poing du porte-avions. Les avions d’alerte précoce pourront décoller et atterrir plus facilement, améliorant la capacité du porte-avions à repérer ses ennemis de plus loin.

EMALS est également capable de lancer plus d’avions à un rythme plus rapide, faisant décoller plus de jets plus rapidement que ses adversaires utilisant des technologies plus anciennes – et est vital pour se défendre contre les attaques entrantes.

Cette dernière fonctionnalité donne au Fujian un avantage significatif, car seul le dernier porte-avions de la classe Ford des États-Unis en est équipé. La France développe lentement un système similaire et l’Inde étudie sa faisabilité, mais en dehors des États-Unis, seule la Chine utilise ce système. Sa marine n’a pas encore exploité de porte-avions à propulsion nucléaire, comme les États-Unis le font depuis des décennies. Le Fujian est alimenté de manière conventionnelle, mais les prévisions sont que le prochain construit par la Chine sera à propulsion nucléaire.

Le Fujian a montré au monde que la Chine a dépassé plusieurs technologies militaires actuelles, comme le lancement de catapultes à vapeur, les rejetant pour des conceptions de pointe qui mettront en place la flotte de transporteurs chinois pour les années à venir.

La diplomatie par d’autres moyens

L’objectif de la marine chinoise est d’avoir six groupes aéronavals opérationnels d’ici 2035, permettant à la Chine de projeter des niveaux de puissance de combat sans précédent dans son histoire, où qu’elle le souhaite. Les porte-avions n’opèrent pas seuls et forment le noyau d’une flotte qui entoure le porte-avions, protégeant cette base aérienne mobile tout en apportant une puissance de feu massive qui peut dévaster des cibles sur l’océan ou à des centaines de kilomètres à l’intérieur des terres.

Leurs nombreux missiles d’attaque terrestre à longue portée, ainsi que l’aile aérienne du porte-avions, fournissent une puissance de feu de pointe, donnant à la Chine une arme puissante à sa disposition. Le rôle principal d’un groupe d’attaque de porte-avions est de projeter sa puissance bien au-delà de ses frontières nationales. Cela peut être fait en utilisant la puissance de combat réelle, ou la force peut être implicite, la proximité d’un groupe de frappe de transporteur aérien à une zone de crise agissant comme un baromètre diplomatique. Quoi qu’il en soit, ils ont été des outils efficaces de l’art de gouverner pendant des décennies.

L’expansion navale de la Chine ne se limite pas au nombre de navires de guerre. L’infrastructure de la marine, vitale pour l’accostage, l’entretien et le ravitaillement des navires, s’est lentement construite au cours de la dernière décennie. Un réseau d’installations portuaires et de cales sèches a été construit à travers l’océan Indien avec une flotte navale croissante à l’esprit.

La base navale chinoise de Djibouti a été réaménagée, ses quais étendus à 340 m (1 115 pieds) et désormais en mesure d’accueillir sa flotte croissante de porte-avions. Située à l’embouchure de la mer Rouge près de la Corne de l’Afrique, la base devient rapidement une plaque tournante logistique pour les navires de la marine chinoise dans l’une des voies navigables les plus importantes au monde. Alors que l’économie chinoise devient véritablement mondiale, ses flottes navales passent rapidement de la protection du littoral chinois à la projection de forces à longue portée. Cela inquiète de plus en plus les États-Unis alors que la Chine négocie des droits de base en Guinée équatoriale sur la côte ouest de l’Afrique dans le but de construire une présence navale dans l’océan Atlantique.

Mais attendez, il y a plus

Aussi importantes que soient les ambitions navales de la Chine, ce n’est que le début. Le Fujian est un modèle de transition, perfectionnant une nouvelle technologie puissante, tandis que les spécialistes et concepteurs chinois de la propulsion navale cherchent à franchir le prochain saut technologique. Son quatrième transporteur est désormais susceptible d’utiliser la propulsion nucléaire. Cela lui permettra de naviguer sans ravitaillement ni réaménagement pendant 20 ans. Cela pourrait cependant retarder la construction du porte-avions et son introduction éventuelle dans la marine chinoise, car les nouvelles technologies, notamment nucléaires, sont travaillées et testées avec beaucoup de soin.

Le processus de conception a déjà commencé sur ce futur transporteur et la construction débutera prochainement au chantier naval de Dalian. On s’attend à ce qu’il soit au moins de la même taille que le Fujian, sinon plus grand. Son aile aérienne élargie pilotera probablement les derniers jets furtifs navals FC-31 Gyrfalcon, des avions d’alerte avancée et des drones.

La technologie sans pilote présente un défi important, mais elle est alléchante car elle peut donner au pays qui la développe en premier un avantage stratégique significatif.

La marine sans pilote

Alors que les États-Unis travaillent sur de nouveaux navires robots, la Chine n’est pas loin derrière alors qu’elle cherche à développer et à étendre sa flotte en réseau sans pilote. Elle a lancé le premier « porte-drone » au monde, contrôlé par des systèmes d’IA. Il pourra déployer des drones sous-marins, de surface et aériens, garantissant qu’aucun adversaire ne puisse l’approcher sans être détecté. Bien qu’il ne s’agisse que d’un banc d’essai pour cette nouvelle génération de navires de guerre automatisés, des «porte-avions» plus avancés sont en cours de conception à mesure que des technologies sans pilote sont intégrées dans la marine chinoise habitée.

Une version avancée du porte-hélicoptères Type 076 est en cours de développement dans le but de lancer des drones de combat depuis son poste de pilotage. Bien qu’il s’agisse d’une capacité étudiée par d’autres marines, la variante chinoise emportera probablement une version navale du drone de combat furtif GJ-11 “Sharp Sword”, qui est capable de voler à une vitesse proche de la vitesse du son, non détectée par son ennemis.

Mesurant plus de 11 m (36 pieds) de long et avec une portée de 4 000 km (2 485 miles), il peut transporter plus de deux tonnes de munitions à guidage de précision dans ses baies d’armes internes – et est conçu pour pénétrer profondément en territoire hostile et détruire des munitions de grande valeur cibles.

Une photo d'un drone de combat furtif sans pilote Gongji-11 (GJ-11) exposée.
Un drone de combat furtif sans pilote Gongji-11 (GJ-11) exposé au 13e Salon international de l’aviation et de l’aérospatiale de Chine le 28 septembre 2021 à Zhuhai, dans la province du Guangdong [Photo by Yang Suping/VCG via Getty Images]

De puissants mini-destructeurs sans pilote sont également en cours de conception, avec des radars avancés, des tubes lance-torpilles et les derniers missiles sol-air. Ils sont capables de donner un coup de poing puissant, en particulier lorsqu’ils sont mis en réseau, et les analystes considèrent qu’il s’agit d’un rival du véhicule de surface sans pilote américain (USV), le Sea Hunter.

La Chine est en concurrence au coude à coude avec les États-Unis dans les systèmes d’armes sans pilote. Il y a un débat féroce au sein des cercles militaires chinois sur l’endroit où exploiter au mieux ses ressources importantes mais limitées. Beaucoup plaident pour que le financement aille aux grands navires visibles comme les porte-avions et les croiseurs. Cependant, il y a une voix croissante au sein de l’Armée populaire de libération qui plaide pour des navires plus petits, plus intelligents et bien armés. Bien qu’ils ne soient rien en eux-mêmes, lorsqu’ils sont mis en réseau dans une flotte coordonnée «en essaim» de puissance de feu distribuée, ils deviennent écrasants. Comme une armée de fourmis, plusieurs pourraient être détruites, mais agissant ensemble, elles finiront par dominer une force beaucoup plus importante, et la Chine est à la pointe de cette technologie vitale.

Ce type de planification stratégique est crucial si la Chine veut gagner la prochaine guerre menée sur l’océan. Les conflits futurs ne seront pas gagnés avec les armes d’aujourd’hui, mais avec celles de demain. Le pays qui invente ces nouveaux systèmes et s’entraîne de manière réaliste à les utiliser au mieux l’emportera.

Avec le lancement du Fujian, la course aux armements navals dans l’océan Pacifique vient de s’accélérer et ne montre aucun signe de ralentissement. La production chinoise de navires de guerre nouveaux et avancés augmente de jour en jour. Ce nouveau léviathan vise désormais à défier la puissance de la marine américaine, non contente d’être un acteur régional mais une superpuissance à part entière.

Source: https://www.aljazeera.com/features/2022/6/19/leviathan-chinas-new-navy

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire