L’extrême droite progresse aux élections suédoises

0
56

En 1994, Jimmie Åkersson, 15 ans, a cherché un parti néonazi. Aujourd’hui, il a introduit ce parti dans le courant dominant. Dans des résultats inquiétants, les élections législatives suédoises du 11 septembre ont donné aux démocrates suédois d’extrême droite, qu’Åkersson dirige depuis 2005, plus de 20 % des voix. Le parti est désormais le deuxième plus populaire du pays et détient plus de sièges que tout autre parti.

Lors des élections précédentes, les démocrates suédois avaient été exclus des accords pour former un gouvernement minoritaire. Maintenant, avec plus de voix que n’importe lequel des partis conservateurs traditionnels, le parti pourrait jouer un rôle décisif dans la formation du prochain gouvernement de coalition, alors que des négociations ont lieu pour déterminer sa composition.

Au cours des deux dernières décennies, les démocrates suédois ont tenté de revoir leur image. Le parti a interdit le port d’uniformes nazis lors de ses réunions et changé son logo d’une torche enflammée à une fleur illustrée. Mais il est resté aussi nationaliste et xénophobe que jamais, comme l’a prouvé l’ancien secrétaire du parti, Björn Söder. Pendant son mandat de ministre parlementaire, Söder a affirmé au journal suédois Nouvelles d’aujourd’hui qu’il voulait « créer une société avec une communauté [Swedish] identité » – qui, selon lui en 2018, exclut les juifs, les musulmans et les Sami indigènes.

Les démocrates suédois ont placé la loi et l’ordre, le racisme et l’islamophobie au cœur de cette élection. Le parti a publiquement soutenu les raids à l’aube et les expulsions de migrants et a menacé d’expulser des familles entières parce qu’elles étaient au chômage ou « asociales ». Åkersson a repris le slogan « Rendre la Suède bonne à nouveau », et l’une des publicités du parti sur les wagons du métro de Stockholm se lit comme suit : « Bienvenue dans le train de la migration. Vous avez un billet aller simple. Prochain arrêt, Kaboul ».

L’extrême droite a également fait des progrès inquiétants parmi les travailleurs ces dernières années en accusant les migrants de la détérioration des soins de santé et de l’aggravation des conditions des retraités. Parmi les membres du syndicat suédois des cols bleus, 25 % auraient voté pour les démocrates suédois, soit plus que tout autre parti politique.

La montée des démocrates suédois reflète une tendance continue à travers l’Europe des partis d’extrême droite à entrer dans le courant dominant. La popularité des Frères d’Italie d’extrême droite de Giorgia Meloni à l’approche des élections italiennes et le soutien important et continu de Marine Le Pen en France témoignent d’un schéma effrayant qui menace les droits des travailleurs, de la gauche, des migrants et des opprimé.

Le soutien au gouvernement social-démocrate sortant, en revanche, a diminué et les deux dernières élections ont été les pires du parti depuis l’introduction du suffrage universel en 1921. L’insatisfaction à l’égard du statu quo et de l’establishment politique est monnaie courante. La trajectoire néolibérale vers la droite des sociaux-démocrates a ouvert un espace permettant à l’extrême droite de se présenter de manière malhonnête comme les défenseurs des travailleurs et de gagner le soutien de certaines sections de la classe ouvrière.

Depuis le milieu des années 1990, la privatisation est à l’ordre du jour en Suède. L’électricité, les soins de santé, les soins aux personnes âgées et l’éducation ont tous été ouverts au profit privé, tandis que les salaires réels ont stagné. Les sociaux-démocrates, au gouvernement pendant 20 des 28 dernières années, ont été responsables d’une partie importante de cette offensive néolibérale.

Lors de la formation du gouvernement début 2019, les sociaux-démocrates ont signé un accord avec le Parti du centre et le Parti libéral qui permettait aux sociaux-démocrates de conserver le gouvernement en échange de la mise en œuvre de la politique économique et du budget de leurs partenaires de coalition de droite. . Dans le cadre de cet accord, les sociaux-démocrates ont imposé d’importantes restrictions au droit de grève, relevé l’âge de la retraite et supprimé la réglementation des prix des loyers pour les logements nouvellement construits.

La collaboration des sociaux-démocrates avec la droite libérale était politiquement discréditante aux yeux de nombreux travailleurs. Rainor Melander, un ouvrier et membre des sociaux-démocrates, a déclaré aux journalistes d’investigation du programme d’actualité Examen de la mission que sa première réponse à l’accord a été : « Comment diable pourrais-je aller voir mes collègues et leur dire qu’ils devraient voter pour les sociaux-démocrates maintenant ?

Ces dernières années, le néolibéralisme et les inégalités n’ont fait que s’intensifier. Les travailleurs suédois ont subi une détérioration rapide de leur niveau de vie. Cette année, ils ont subi la plus forte baisse des salaires réels depuis la crise économique de 1993, selon la plus grande banque scandinave, Nordea. La Chambre de commerce de Stockholm estime que les factures d’électricité équivaudront à un peu moins de 12 000 dollars pour 1,1 million de foyers suédois entre octobre et mars. Les journaux suédois Exprimer et Poste de Göteborg ont fait état de nombreux retraités qui ont été contraints de vivre sans chauffage et de limiter les douches à une ou deux fois par semaine pour se débrouiller.

Malgré sa réputation de services publics bien financés, la Suède dispose désormais d’un système de santé à deux vitesses. Les travailleurs dépendent souvent de l’assurance maladie privée de leur employeur, et ceux qui n’ont pas accès aux soins de santé privés supportent des temps d’attente de plus en plus longs pour les interventions chirurgicales et les rendez-vous essentiels. Le système était au point de rupture avant la pandémie et est maintenant dans un état de crise perpétuel. Calculs du journal Nouvelles d’aujourd’hui montrent que les infirmières et les sages-femmes de seulement cinq hôpitaux suédois ont effectué 1,8 million d’heures supplémentaires en 2020-21.

Alors que la vie des travailleurs s’est détériorée, les sociaux-démocrates ont rejeté la faute sur les migrants et les réfugiés et ont accepté les préoccupations des démocrates suédois concernant « le problème de l’intégration » et la loi et l’ordre. Ils ont augmenté les pouvoirs de la police et mis en place des restrictions permanentes sur les réfugiés entrant dans le pays. Ce faisant, ils ont rendu les travailleurs migrants plus précaires et vulnérables.

Le ministre de l’Immigration des sociaux-démocrates, Anders Ygeman, a proposé des plans pour empêcher les « ghettos » en introduisant des limites maximales sur le nombre de résidents issus de l’immigration et de milieux économiques défavorisés dans n’importe quelle zone – une politique qui nécessiterait la dépossession de milliers de migrants et les pauvres. Cette politique a été défendue par la première ministre récemment démissionnaire, la social-démocrate Magdelena Andersson, qui a déclaré Nouvelles d’aujourd’hui dans une interview : « Nous ne voulons pas de Chinatowns en Suède, nous ne voulons pas de Somalitowns ou de Little Italies ». Cette rhétorique ne fait pas grand-chose pour éloigner les travailleurs de l’extrême droite, mais donne plutôt une légitimité au nationalisme extrême et au sectarisme des démocrates suédois et normalise leurs positions.

Les aspirations parlementaires du Parti de gauche soi-disant anticapitaliste l’empêchent d’être une véritable alternative. Le Parti de gauche a reçu une certaine popularité pour s’être opposé aux lois anti-grève et avoir appelé à un vote de défiance contre les sociaux-démocrates lors de leurs tentatives de déréglementation des prix de location. Mais depuis, ils ont clairement fait savoir que faire partie du gouvernement de coalition des sociaux-démocrates est bien plus important pour eux que de défier les attaques contre les travailleurs, les migrants et les opprimés.

La chef de file du Parti de gauche, Nooshi Dadgostar, a passé ces derniers mois à souligner sa volonté de compromis et de s’entendre avec les sociaux-démocrates et les partis à leur droite. Dadgostar a dit Nouvelles d’aujourd’hui qu’elle “apprend à donner des choses” et que son parti “ne pose pas d’ultimatums”. La social-démocratie suédoise n’a pas seulement échoué à défier les inégalités du capitalisme, mais les a défendues et enracinées, offrant un terrain fertile à l’extrême droite pour élargir le soutien à sa politique régressive.

Construire une gauche radicale est nécessaire pour offrir une véritable alternative qui identifie le capitalisme, et non les plus opprimés de la société, comme la véritable raison de la pauvreté et de la crise croissantes. Alors que le capitalisme plonge dans des crises de plus en plus profondes, nous avons un besoin urgent d’une gauche capable de canaliser la colère contre le statu quo en résistance contre la droite et le système qui la produit.

Source: https://redflag.org.au/article/far-right-makes-gains-swedish-elections

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire