L’histoire de Bonkers sur la façon dont Trump a tenté de corrompre le DOJ pour voler l’élection – Mother Jones

0
39

Jeffrey ClarkMère Jones Illustration; Susan Walsh/AP

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

C’était un étrange Coïncidence de l’histoire : Jeudi, jour du 50e anniversaire de la conversation « Smoking Gun » qui a forcé Richard Nixon à démissionner de sa présidence, le comité restreint de la Chambre chargé d’enquêter sur l’émeute du 6 janvier a tenu une audience sur les efforts de Donald Trump pour enrôler le ministère de la Justice dans une affaire de corruption. tenter d’annuler les élections de 2020.

L’audience de jeudi a raconté l’histoire alarmante de la façon dont Trump s’est appuyé sur les responsables du DOJ pour affirmer ses fausses allégations de fraude et de théories du complot sans fondement, et a tenté de corrompre le département en installant comme procureur général par intérim Jeffrey Clark, un laquais fidèle à la croisade Big Lie de Trump, qui était prêt à déclarer l’élection entachée et à demander aux législateurs des États swing que Joe Biden avait gagnés d’annuler les résultats. Des témoignages ont montré que Trump était sur le point de déclencher une crise constitutionnelle à grande échelle, qui n’a été contrecarrée que parce que quelques hauts fonctionnaires du ministère lui ont tenu tête.

La bande secrètement enregistrée de cette discussion accablante de Nixon a révélé que le président avait directement ordonné la tentative de dissimulation de l’effraction du Watergate et avait fait obstruction à la justice. Mais le plan précis – demander à la CIA de dire au FBI de cesser son enquête – a été concocté par John Mitchell, le procureur général. Le ministère de la Justice de Nixon faisait de l’obstruction.

C’est la profonde implication du ministère de la Justice dans le scandale du Watergate qui a conduit à la création de règles pour protéger le ministère de l’ingérence politique de la Maison Blanche – ce qui est précisément ce qui s’est passé avec Trump. “Nous n’étions qu’à un pas d’une crise constitutionnelle totale alors que le président Donald Trump et ses loyalistes menaçaient de prendre le contrôle du ministère de la Justice”, a noté la commission judiciaire du Sénat, qui a enquêté sur la question, dans un rapport détaillé en octobre dernier. .

La tentative de subversion a eu lieu en décembre 2020, après que le procureur général de l’époque, Bill Barr, jusque-là un sycophante de Trump, ait démissionné de dégoût lorsque son patron a refusé d’accepter les résultats des élections. Trump a ensuite tenté de faire pression sur Jeff Rosen, l’AG par intérim, pour déclarer l’élection frauduleuse.

Selon les notes prises par Richard Donoghue, l’adjoint de Rosen, Trump a dit à un moment donné à Rosen de “dire simplement que l’élection était corrompue et de laisser le reste à moi et aux membres républicains du Congrès”. Cela faisait référence aux représentants Jim Jordan, Scott Perry, Marjorie Taylor Greene et d’autres qui étaient de connivence avec la Maison Blanche pour empêcher la certification de la victoire de Biden. Lorsque Rosen a refusé, Trump a menacé de le remplacer par Clark, un subordonné du DOJ qui voulait ardemment que le département affirme qu’il y avait des preuves d’une fraude électorale généralisée afin que les États puissent remplacer les électeurs de Biden par des électeurs de Trump.

Comme l’a souligné le Comité judiciaire, les communications de la Maison Blanche avec le DOJ dans cette affaire ont violé les restrictions post-Watergate régissant les interactions entre le 1600 Pennsylvania Avenue et le département. En fait, la tromperie de Trump remporte le concours de la tentative la plus farfelue de politiser le ministère de la Justice. (Il faut du travail pour surpasser Nixon à cet égard.)

Jeudi, Rosen et Donoghue ont fourni des témoignages dramatiques relatant leurs conversations et leurs rencontres avec Trump, qui les haranguait constamment et était contrarié que le ministère de la Justice ne confirme pas les allégations démystifiées et les théories du complot cinglantes que lui et ses alliés colportaient. Les responsables ont informé à plusieurs reprises Trump que le département avait enquêté sur les affirmations et les avait trouvées inexactes et qu’ils n’avaient rien à faire dans les élections. C’était comme dire à un patron de la mafia qu’il n’y arriverait pas. Trump n’accepterait pas cela.

Un point clé de l’audience s’est concentré sur le fait que Clark a pressé Rosen et Donoghue d’envoyer une lettre à la Géorgie et à d’autres États déclarant que l’élection avait été entachée de fraude, et que les législateurs des États devraient donc sélectionner de nouvelles listes d’électeurs – vraisemblablement des partisans de Trump. Rosen et Donoghue pensaient chacun que transmettre cette lettre serait désastreux pour le département et la nation, et l’ont dit à Trump. Mais ni lui ni Clark ne céderaient.

Le témoignage a démontré à quel point Trump et son équipe étaient devenus désespérés et fous, et l’étendue de leurs plans pour empêcher le transfert légitime du pouvoir. Le chef de cabinet de la Maison Blanche, Mark Meadows, a même encouragé Rosen et Donoghue à enquêter sur la théorie du complot ridicule selon laquelle des pirates (apparemment liés à la CIA et au MI6) avaient utilisé un satellite italien pour transférer les votes de Trump à Biden. Le DOJ a refusé, mais la Maison Blanche a réussi à faire en sorte que le secrétaire à la Défense par intérim, Chris Miller, ordonne à l’attaché de défense à Rome d’examiner cette couchette.

L’histoire de Clark est particulièrement folle. Avocat spécialiste de l’environnement et chef par intérim de la division civile du DOJ, il n’avait aucune expérience en matière d’enquêtes criminelles, et encore moins de fraude électorale. Pourtant, le représentant Perry (R-Penn.) L’avait présenté à Trump, qui s’est immédiatement accroché à Clark en tant que crapaud qui corromprait le département pour l’aider à rester au pouvoir.

Selon le témoignage de jeudi, les tentatives de Clark pour faire pression sur Rosen et Donoghue ont été assistées par Ken Klukowski, un jeune avocat conservateur que le département avait embauché à la mi-décembre. La grande révélation : Klukowski travaillait également avec John Eastman, l’avocat conservateur derrière la stratégie de Trump pour bloquer la certification des votes électoraux. Cette révélation a soulevé la possibilité que quelqu’un ait planté Klukowski au ministère de la Justice pour aider Trump à voler les élections.

Les mesures prises par Trump pour pervertir le DOJ ont abouti à une réunion du bureau ovale le 3 janvier, au cours de laquelle il a fustigé Rosen pour ne pas avoir produit de preuves à l’appui des allégations de fraude. Lors de cette réunion, Trump a exprimé son désir de remplacer Rosen par l’inexpérimenté Clark, qui enverrait volontiers ces lettres aux États. En fait, les dossiers de la Maison Blanche identifiaient déjà Clark comme procureur général par intérim, comme si c’était un fait accompli.

Le coup était presque en place. Trump n’a reculé qu’après que les chefs du DOJ lui aient dit qu’un interrupteur Clark-for-Rosen entraînerait des démissions massives. Au cours de l’audience, Donoghue a rappelé que son collègue témoin, l’ancien procureur général adjoint Steven Engel, avait averti Trump que “Jeff Clark serait laissé à la tête d’un cimetière” et que le commentaire d’Engel “avait clairement un impact sur le président”. Une fois de plus, une mince ligne de responsables républicains fidèles aux règles avait empêché Trump d’un abus de pouvoir sans précédent.

L’audience a également révélé que certains des membres de la Maison républicaine qui complotaient avec la Maison Blanche pour annuler l’élection avaient demandé pardon à Trump après le 6 janvier. Il s’agissait notamment des représentants Matt Gaetz, Mo Brooks, Andy Biggs, Louie Gohmert et Perry. Il y avait également des témoignages suggérant que Greene avait peut-être contacté le bureau de l’avocat de la Maison Blanche pour demander une grâce, et que Jim Jordan s’était renseigné sur les pardons pour les républicains de la Chambre.

Les tentatives de Trump de forcer les responsables du DOJ à déclarer sans fondement l’élection frauduleuse pourraient le mettre en danger juridique. Comme l’a noté un récent rapport de la Brookings Institution, ce stratagème a peut-être violé une ou plusieurs dispositions de la loi fédérale interdisant le complot en vue de frauder les États-Unis ou “toute agence de ceux-ci”. Le rapport indique également que Trump et d’autres membres de son entourage des derniers jours, notamment Eastman, pourraient avoir violé une autre partie du code pénal qui interdit d’entraver ou d’entraver par la corruption – ou de tenter d’entraver ou d’entraver – une procédure officielle, telle que la certification. de votes électoraux.

Cette semaine, des agents fédéraux ont fait une descente au domicile de Clark et le ministère de la Justice a signifié des assignations à comparaître à plusieurs républicains qui étaient impliqués dans des efforts au niveau de l’État pour contrecarrer la certification de la victoire de Biden. Le raid et les assignations à comparaître sont des signes que le ministère de la Justice de Merrick Garland enquête activement sur les complots que Trump et ses alliés ont incités à annuler les élections.

La procédure de jeudi a dépeint une tentative de renverser le ministère de la Justice à laquelle même Nixon n’aurait jamais pu rêver. Et ce n’est qu’un élément de l’histoire du 6 janvier. Le comité a de nouveau démontré comment la guerre de Trump contre la démocratie a presque réussi, avec d’autres audiences à venir.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire