L’hypocrisie des médias bellicistes

0
212

« L’histoire se poursuit au-delà de ce jugement. Nous continuerons à demander des comptes aux personnes impliquées dans des crimes de guerre. La responsabilité de ces atrocités ne s’arrête pas à Ben Roberts-Smith », a déclaré le directeur général de l’édition de Nine Entertainment, James Chessell, après que le tribunal eut conclu que Roberts-Smith, le soldat le plus décoré d’Australie, était un meurtrier et un criminel de guerre. Nine publie le Âge et Héraut du matin de Sydney, tous deux anciennement détenus par Fairfax Media. Ils ont passé les dernières semaines à se féliciter pour leurs reportages sur les crimes de guerre de Roberts-Smith.

Chessell a souligné que le problème n’est pas seulement un soldat voyou. En effet, l’enquête Brereton de 2020 sur les crimes de guerre australiens en Afghanistan a recommandé que dix-neuf soldats des forces spéciales fassent l’objet d’une enquête policière pour d’éventuels crimes de guerre, y compris des preuves de 39 meurtres.

Une certaine attention, bien que passagère, a été attirée sur le rôle des officiers supérieurs de la chaîne de commandement qui, même s’ils n’avaient pas une connaissance précise des crimes commis, semblent au mieux avoir fermé les yeux sur les actions de leurs soldats. Un rapport de la consultante en défense Samantha Crompvoets sur les problèmes culturels dans les forces spéciales a révélé : “Selon les personnes qui m’ont approché, beaucoup de comportements ne sont en grande partie pas contrôlés… et il y a une pression intense pour ne pas signaler les choses”.

Mais en dehors des militaires, la responsabilité incombe également à ceux qui ont fait campagne et lancé la guerre en Afghanistan. Les crimes brutaux des forces spéciales reflètent la nature brutale de l’invasion elle-même.

Cela inclut les politiciens des partis travailliste et libéral et les médias qui ont répété leurs mensonges et fait campagne pour la guerre. Ce n’était pas seulement la presse réactionnaire de Murdoch, mais des publications libérales comme le Héraut du matin de Sydney et le Âge qui a rejoint le chœur des effusions de sang après les attentats du 11 septembre à New York et à Washington.

Ils ont même tenté de donner à la guerre, menée par l’administration américaine néoconservatrice d’extrême droite de George W. Bush, une glose progressiste et féministe. Pamela Bone, alors rédactrice adjointe du Âge, a fait valoir que l’invasion était une occasion de libérer les femmes afghanes. « S’il y a une guerre », écrivait-elle dans un article d’opinion en 2004, « nous devrions savoir clairement qui est le véritable ennemi de la civilisation. Malgré les réserves que tout libéral ressentirait pour certaines politiques de l’administration actuelle, l’ennemi n’est pas l’Amérique ».

À la lumière des révélations de crimes de guerre systémiques, l’idée qu’il y ait eu une quelconque autorité morale guidant l’invasion de l’Afghanistan est maintenant beaucoup plus évidemment absurde.

Mais si vous pensiez que leur rôle dans la dénonciation de ces crimes avait conduit les Âge et Héraut du matin de Sydney se repentir de leur journalisme belliqueux, vous vous tromperiez. Plus tôt cette année, les deux publications ont publié un spécial de propagande en trois parties sur la nécessité de se préparer “psychologiquement” à une guerre avec la Chine en aussi peu que trois ans. S’appuyant sur cinq «experts en sécurité» triés sur le volet, la série «Red Alert» a fait la une des journaux que l’Australie devait doubler le budget de la défense, réintroduire une forme de conscription et envisager d’héberger des armes nucléaires américaines.

Si une guerre éclate entre la Chine et l’Occident, les crimes commis par les soldats des forces spéciales australiennes en Afghanistan seront dérisoires par rapport au coût humain d’un tel conflit.

Le journalisme d’investigation de Nick McKenzie et Chris Masters est louable, et la dénonciation des crimes de guerre par les publications de Nine contraste favorablement avec les excuses vues dans la presse de Murdoch et la campagne honteuse en faveur de Ben Robert-Smith de la part de Kerry Stokes et de ses Seven West Media. Mais pour les managers de Nine, se réjouir du rôle de leurs têtes de mât dans la révélation de ces crimes tout en poursuivant leur campagne belliciste pue l’hypocrisie. Nous avons besoin de médias qui ne s’opposent pas seulement aux excès illégaux de la guerre, mais à tout le projet du militarisme australien.

Source: https://redflag.org.au/article/hypocrisy-warmongering-media

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire