Libérer Assange ? Oui, mais ce n’est pas assez

0
92

Source photo : thierry ehrmann – CC BY 2.0

Le 17 juin, le ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, a approuvé l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis pour faire face à 18 chefs d’accusation : un chef de complot en vue de commettre une intrusion informatique et 17 chefs de violation de la loi sur l’espionnage de 1917. S’il est reconnu coupable de toutes les accusations , Assange risque jusqu’à 175 ans de prison.

Son dernier recours est un appel devant la Haute Cour de justice où, si l’histoire de son affaire est une indication, on lui dira qu’ils sont tous hors de justice et n’en ont pas pour lui.

Si la justice avait quelque chose à voir avec cela, les tribunaux précédents auraient rejeté la demande d’extradition des États-Unis pour des motifs à la fois de compétence et de libellé du traité. Les “crimes” dont Assange est accusé n’ont pas été commis sur le sol américain. Et l’article 4 du traité d’extradition américano-britannique interdit l’extradition pour des délits politiques.

Soyez clair là-dessus : Assange est un prisonnier politique, détenu et accusé d’avoir commis… du journalisme.

Il a dénoncé les crimes de guerre commis par les forces gouvernementales américaines en Irak et en Afghanistan, ainsi que d’autres stratagèmes illégaux tels que les tentatives de la secrétaire d’État Hillary Clinton de mettre sur écoute les bureaux des diplomates de l’ONU.

Le gouvernement américain déteste voir ses crimes exposés et, au diable le premier amendement, essaie de faire des exemples de ceux qui osent montrer son linge sale.

Bien qu’Assange ait évidemment plus de peau dans le jeu que n’importe qui d’autre dans ce cas particulier, il n’est pas la véritable cible. La véritable cible est le journaliste de NEXT qui surprend le gouvernement américain en train d’agir illégalement. Le but est de faire réfléchir ce journaliste à deux fois avant de vous en parler.

Pour cette raison, arrêter l’extradition de Julian Assange ne suffit pas. Nous ne devrions pas non plus nous contenter d’un acquittement devant un tribunal ou d’une grâce présidentielle.

Des crimes ont été commis, et des exemples DOIVENT être faits des criminels qui les ont commis.

Les avocats américains qui ont déposé l’acte d’accusation – Tracy Dogerty-McCormick, Kellen S. Dwyer et Thomas W. Traxler – doivent être accusés d’avoir enfreint 18 titres du code américain 241 (Conspiracy Against Rights) et 242 (Deprivation of Rights Under Color of Law) . En plus de toute peine de prison, ils doivent perdre définitivement leur permis d’exercer le droit et être disqualifiés à vie de tout autre emploi par le gouvernement américain.

Il en va de même pour leurs divers co-conspirateurs, y compris les présidents en exercice et les anciens présidents des États-Unis.

Le ministère américain de la Justice doit rejeter l’acte d’accusation, retirer la demande d’extradition, s’excuser publiquement pour ses crimes contre Assange et le dédommager richement pour des années d’emprisonnement et de torture à sa demande.

C’est le strict minimum. Tout comme Assange n’était pas leur véritable cible, ils ne sont pas les nôtres. Notre cible est tous les responsables gouvernementaux qui pourraient, à l’avenir, envisager de commettre à nouveau ce type de crime.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/21/free-assange-yes-but-thats-not-nearly-enough/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire