Libérez Ahed et Bassem Tamimi !

0
59

Le leader palestinien de la résistance civile Bassem Tamimi a été arrêté à son domicile du village de Nabi Saleh, en Cisjordanie palestinienne, le 29 octobre. Huit jours plus tard, sa fille Ahed a également été arrêtée. Les images prises par sa mère montrent un véhicule blindé avec un drapeau israélien s’arrêtant devant leur maison et des soldats s’entassant.

La mère d’Ahed a dit à la journaliste palestinienne Dena Takruri qu’Ahed était détenue dans la prison de Damon en Israël et qu’elle avait été battue.

Ahed est l’un des visages les plus marquants de la résistance palestinienne. Des images de sa position de défi envers les soldats israéliens lorsqu’elle était enfant ont été partagées à travers le monde. Elle et son père mènent des manifestations à Nabi Saleh contre l’occupation israélienne depuis 2009.

“Nabi Saleh est le pouls de la rue et interagit immédiatement avec tout événement dans son pays”, a déclaré Bassem. Drapeau rouge l’année dernière. Ces arrestations montrent qu’Israël est déterminé à punir tout Palestinien qui résiste, y compris ceux qui le font de manière pacifique. La famille Tamimi est depuis longtemps confrontée à une violente répression de la part de l’État israélien en raison de ses manifestations non-violentes contre la colonisation israélienne de la Cisjordanie.

« Avec les forces d’occupation dans le village de Nabi Saleh, en moins de dix ans de résistance populaire, sept martyrs sont tombés », a poursuivi Bassem. “[There are] des centaines de blessés et de détenus. La politique du colonialisme sioniste consiste à tuer, à recourir à la violence et au terrorisme afin de briser la volonté du peuple palestinien dans la lutte pour obtenir son droit à l’autodétermination, pour obtenir son indépendance nationale et pour se libérer du colonialisme. »

Bassem et Ahed ont constamment organisé une résistance pacifique contre les militaires et les colons israéliens. “Ils étaient la plupart du temps les initiateurs”, raconte Waleed Tamimi, le neveu de Bassem. Drapeau rouge. Waleed parle des manifestations hebdomadaires organisées par les habitants de Nabi Saleh depuis plus d’une décennie.

« Les manifestations ont commencé fin 2009 après que des colons se sont emparés d’une source d’eau appartenant au village », raconte-t-il. Ils se poursuivaient tous les vendredis. Parfois, un petit nombre de personnes y participaient. À d’autres moments, les protestations ont pris de l’ampleur et ont été violemment réprimées.

« Les manifestations sont un droit légitime du peuple palestinien, et celles de Nabi Saleh étaient indispensables pour mettre fin à la saisie des terres par les colons. Sans ces manifestations, vous et de nombreuses personnes dans le monde n’auriez pas eu connaissance de notre histoire et de nos souffrances liées à l’occupation », poursuit Waleed.

« Ahed et Bassem ont ouvert leur maison à des milliers de sympathisants étrangers et juifs venus de partout au village. [to show solidarity with the protests] au cours des douze dernières années. Ils leur fournissaient du sommeil et un logement, et plus tard cela devint pareil dans toutes les maisons du village.

« Je veux que tous ceux qui lisent ceci sachent que les droits et libertés du peuple palestinien n’entrent pas en conflit avec les droits et libertés des Juifs. Se tenir aux côtés de la Palestine ne signifie pas que vous êtes hostile aux Juifs. »

Nabi Saleh illustre le processus de colonisation qui a progressivement volé de plus en plus de terres aux Palestiniens vivant en Cisjordanie.

« Vingt pour cent de la superficie de la colonie appartient à ma famille. Ils l’ont volé en 2001 et nous ont empêché d’y entrer. Nous avons déposé une plainte auprès des tribunaux israéliens et [they] a tranché en notre faveur », dit Waleed.

« Le terrain appartient à son propriétaire : mon grand-père Tamim Tamimi. Mais quand nous avons voulu y aller, nous avons été abattus par des colons. Nous n’avions pas d’autre choix que de manifester pour obtenir nos droits. Nous étions pacifiques et forts et utilisions les médias pour montrer au monde leur vrai visage. Cela leur a fait plus de mal que tout.

« Nous savons que nous n’avons pas le pouvoir de nous opposer à leur armée. Mais nous devons nous lever pour faire savoir à notre prochaine génération et au monde entier que c’est notre terre, nos droits, et que nous ne la quitterons jamais ; quel que soit le prix que nous paierons.

Les arrestations d’Ahed et Bassem surviennent dans un contexte d’augmentation massive de la violence des colons et d’une répression militaire. Plus de 170 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie depuis le 7 octobre ; plus de 2 000 personnes ont été arrêtées.

« La situation sécuritaire en Cisjordanie est témoin depuis deux ans d’une escalade de la violence de la part de l’occupation », dit Waleed.

« L’année dernière a enregistré le plus grand nombre de martyrs palestiniens depuis seize ans, accompagné d’une déduction des fonds de liquidation de l’Autorité palestinienne. Elle est devenue incapable de fournir des salaires à ses employés, ce qui a affecté l’économie en général et accru la pression sur les citoyens.

« Il n’y a pas de tribunaux… seulement du droit militaire. Ils arrêtent quiconque fait preuve de sympathie pour la résistance à Gaza. Et en vertu d’une loi adoptée par la Knesset israélienne [parliament], tous les prisonniers sont condamnés à une « peine administrative » de six mois. Cette peine peut être prolongée sans inculpation.

“Les colons représentent aussi un grand danger… Ils en ont tué un certain nombre [Palestinians] depuis le début de la guerre. Mais maintenant, vous l’imaginez en Cisjordanie avec tout cela. Regarder ce qu’ils ont fait à Gaza sans travail, sans argent, sans nourriture. Je vois des gens très en colère et stressés, et cela va provoquer une grande explosion.»

Alors qu’Israël commet un génocide à Gaza et renforce son emprise sur la Cisjordanie, il est plus que jamais important pour ceux qui se tiennent aux côtés de la Palestine de protester.

« Il est très important, en particulier dans les pays qui ont une influence sur Israël et le soutiennent, de les forcer à travers ces manifestations à cesser leur soutien et à exiger qu’Israël cesse de commettre ses crimes. Et de transmettre le problème à de nouvelles personnes et de leur faire prendre conscience de la réalité de l’injustice que les Palestiniens subissent depuis de nombreuses années », dit Waleed.

« Ils me rendent heureux et optimiste que la liberté et la sécurité du peuple palestinien soient proches et que ce soit le peuple qui changera cette histoire sanglante. »

Source: https://redflag.org.au/article/free-ahed-and-bassem-tamimi

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire