« L’idéologie de la haine » dévore l’Inde, dit l’arrière-petit-fils de Gandhi | Nouvelles

0
266

Tushar Gandhi a accusé la montée du Premier ministre Modi et du BJP d’avoir accru la polarisation et la division dans le pays.

La marée montante du nationalisme hindou en Inde est un affront à l’héritage du Mahatma Gandhi, a déclaré son arrière-petit-fils avant le 75e anniversaire de l’assassinat du vénéré héros de l’indépendance.

Gandhi a été abattu lors d’une réunion de prière multiconfessionnelle en janvier 1948 par Nathuram Godse, un fanatique religieux irrité par les gestes de conciliation de sa victime envers la communauté musulmane minoritaire du pays.

Godse a été exécuté l’année suivante et reste largement vilipendé, mais l’auteur et militant social Tushar Gandhi, l’un des descendants les plus éminents du symbole de la paix mondiale, a déclaré que ses opinions avaient désormais une résonance inquiétante en Inde.

“Toute cette philosophie a maintenant capturé l’Inde et les cœurs indiens, l’idéologie de la haine, de la polarisation, des divisions”, a-t-il déclaré à l’agence de presse AFP.

“Pour eux, il est très naturel que Godse soit leur patriote emblématique, leur idole.”

Tushar, 63 ans, attribue ce changement tectonique à la montée en puissance du Premier ministre Narendra Modi et de son parti nationaliste hindou Bharatiya Janata (BJP).

Modi a pris ses fonctions en 2014 et Tushar affirme que son gouvernement est responsable d’avoir sapé les traditions laïques et multiculturelles que son arrière-grand-père cherchait à protéger.

“Ses [Modi’s] le succès a été construit sur la haine, nous devons l’accepter », a ajouté Tushar. “Il est indéniable que dans son cœur, il sait aussi ce qu’il fait, c’est allumer un feu qui consumera un jour l’Inde elle-même.”

Révérence pour Godse

L’assassin de Gandhi est vénéré par de nombreux nationalistes hindous qui ont poussé à une réévaluation de sa décision d’assassiner un homme synonyme de non-violence.

Un temple dédié à Godse a été construit près de New Delhi en 2015, un an après l’élection de Modi, et des militants ont fait campagne pour lui rendre hommage en rebaptisant une ville indienne en son honneur.

Godse était membre du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), un groupe d’extrême droite hindou toujours très important dont les membres mènent des exercices paramilitaires et des réunions de prière.

Le RSS s’est longtemps éloigné des actions de Godse mais reste une force puissante, fondant le parti de Modi il y a des décennies pour lutter pour les causes hindoues dans le domaine politique.

Tushar dit que son gouvernement est responsable d’avoir sapé les traditions laïques et multiculturelles que son arrière-grand-père cherchait à protéger. [File: Sujit Jaiswal/AFP]

Modi a régulièrement rendu hommage à l’héritage de Gandhi mais s’est abstenu de peser sur la campagne de réhabilitation de son assassin.

Depuis que Modi est devenu Premier ministre, le pays a connu une augmentation des attaques contre les musulmans, qui représentent 15 % des 1,4 milliard d’habitants de l’Inde.

Le BJP de Modi et le RSS ont mis en garde les hindous contre les conversions religieuses à l’islam et au christianisme et ont appelé à des mesures pour prévenir un “déséquilibre démographique” dans la deuxième nation la plus peuplée du monde.

Le BJP au pouvoir a été accusé d’encourager la persécution des musulmans et d’autres minorités par des nationalistes hindous extrémistes depuis son arrivée au pouvoir, des allégations qu’il nie.

La semaine dernière, le gouvernement indien a utilisé des pouvoirs d’urgence pour bloquer la diffusion d’un documentaire qui remettait en question le leadership de Modi lors des émeutes du Gujarat de 2002 et a interdit son partage sur les réseaux sociaux. Twitter et YouTube se sont conformés à la demande et ont supprimé de nombreux liens vers le documentaire.

Modi était le ministre en chef de l’État occidental du Gujarat lorsqu’il a été en proie à des émeutes communautaires.

La violence a commencé après que 59 pèlerins hindous ont été tués dans un incendie dans un train. Trente et un musulmans ont été reconnus coupables de complot criminel et de meurtre à la suite de cet incident. Environ 2 000 personnes, pour la plupart des musulmans, ont été tuées dans les troubles qui ont suivi.

Le ministère indien des Affaires étrangères a rejeté le documentaire comme un “morceau de propagande”.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/1/29/ideology-of-hate-consuming-india-gandhis-great-grandson-says

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire