L’impasse irakienne se poursuit avec des élites incapables de former un gouvernement | Nouvelles

0
139

Bagdad, Irak – Les Irakiens attendent toujours que les politiciens du pays forment un gouvernement, près de huit mois depuis que les élections législatives ont eu lieu dans le pays, les élites politiques étant incapables de trouver un accord.

Le chef religieux chiite populaire Muqtada al-Sadr, dont le mouvement sadriste est devenu le plus grand parti aux élections d’octobre avec 73 sièges sur 329, s’efforce de constituer une coalition, mais n’y parvient toujours pas.

À la manière d’al-Sadr se trouve un bloc rival soutenu par l’Iran, l’Alliance-cadre de coordination (CFA), qui est le parapluie politique de la milice majoritairement chiite des Forces de mobilisation populaire.

Le CFA a boycotté les votes parlementaires pour un nouveau président à plusieurs reprises, au motif qu’un accord avec les sadristes garantissant que le CFA aura son mot à dire sur la nomination à la présidence était nécessaire en premier.

Cela a conduit à la décision d’al-Sadr le 4 mai de demander aux députés indépendants de rejoindre son alliance, qu’il a appelée Sauver la patrie, après l’expiration d’un ultimatum de 40 jours qu’il a proposé au CFA pour former un gouvernement.

La nouvelle coalition d’al-Sadr comprend son bloc sadriste, l’Alliance pour la souveraineté sunnite (al-Siyada) et le Parti démocratique du Kurdistan (PDK), totalisant jusqu’à 180 sièges.

Mais pour former un gouvernement, une majorité des deux tiers – soit 220 membres – doit d’abord voter pour le président du pays, ce qui ne s’est pas produit en raison du boycott des parlementaires lors des séances de vote.

Désaccord sur le président

L’alliance Saving the Homeland a accepté de nommer le ministre de l’intérieur du gouvernement régional du Kurdistan irakien, Rebar Ahmed, à la présidence, tandis que le rival du PDK, l’Union patriotique du Kurdistan, s’en est tenu à son candidat Barham Saleh, l’actuel président.

Un certain nombre de ministres du gouvernement intérimaire ont également indiqué qu’ils souhaitaient conserver leurs fonctions, ce qui contribue également à l’inertie politique.

“Les grands blocs politiques ont la capacité de trouver une solution à l’impasse, mais il n’y a pas de volonté sérieuse de le faire”, a déclaré Ali al-Baider, un analyste politique irakien. “L’option de dissoudre le parlement n’est pas sérieuse, car de nombreux parlementaires pourraient ne pas être en mesure de remporter les sièges qu’ils ont remportés lors des dernières élections.”

Des appels ont été lancés par certains politiciens pour dissoudre le parlement et organiser de nouvelles élections. Constitutionnellement, un président aurait dû être élu 30 jours après l’élection du président du parlement en janvier.

« Comme toujours, les Irakiens sont les grands perdants du processus politique et des gouvernements qui sont arrivés depuis l’invasion américaine de l’Irak en 2003 », a ajouté al-Baider. “Nous [Iraqis] payons encore la facture de l’échec parlementaire actuel, et nous entrons dans un avenir inconnu.

Al-Baider pense qu’al-Sadr a la capacité de sortir le parlement de l’impasse actuelle.

“Il n’est pas logique de résoudre un problème [deadlock] en créant un autre problème [dissolving the parliament]», a déclaré al-Baider. “Même si le parlement était dissous et un nouveau élu, quelle est la garantie que le prochain parlement n’aura pas le même problème?”

Cette déception à l’égard de la génération actuelle de politiciens irakiens se reflète aux Nations Unies.

S’adressant le 17 mai au Conseil de sécurité de l’ONU, la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU pour l’Irak, Jeanine Hennis-Plasschaert, a déclaré que les Irakiens « continuent d’attendre une classe politique qui, au lieu de se contenter de batailles de pouvoir périmées… retrousser ses manches pour progresser sur la longue liste des priorités nationales en suspens de l’Irak ».

Accord nécessaire

Nisan al-Zayer, un député indépendant, a été impliqué dans les négociations gouvernementales en cours.

Elle a déclaré à Al Jazeera que la seule vraie solution actuellement était une sorte d’accord entre les élites politiques établies.

« Dissoudre le parlement était une tentative d’amener les principales forces politiques, ainsi que les députés indépendants, à la table des négociations », a déclaré al-Zayer. “Cependant, cette étape n’est pas réaliste car les grands joueurs seraient les principaux perdants.”

Al-Zayer a énuméré un certain nombre de résultats potentiels, y compris al-Sadr acceptant finalement un accord avec le CFA, ou un accord entre les deux principales puissances kurdes, le PDK et l’UPK, qui leur permet à la fois de soutenir un seul candidat présidentiel, qui est alors mis en avant soit par les sadristes, soit par le CFA.

“Tous les scénarios sont possibles”, a déclaré al-Zayer. “Il y a toujours un potentiel de surprises à tout moment.”

Les plus grands partis irakiens étant incapables de s’entendre sur une issue au gel politique actuel, les petits groupes politiques se retrouvent dans une position plus importante.

Abdulamir al-Mayahi est le chef d’une de ces alliances, le Contrat national, qui dispose de quatre sièges au parlement.

Il a déclaré à Al Jazeera que les politiciens devaient faire passer le peuple irakien en premier.

« Les élites politiques devraient prendre en considération les intérêts du peuple avant leurs propres intérêts », a déclaré al-Mayahi.

L’Irak a été témoin de multiples manifestations au cours des dernières années, les jeunes en particulier dénoncent la corruption, la pauvreté et la façon dont le pays a été dirigé.

Les manifestations de masse qui ont commencé en octobre 2019 ont finalement conduit à la démission de l’ancien Premier ministre irakien, Adil Abdul-Mahdi.

Il y a toujours le potentiel que ces protestations reprennent.

« Ne pas former le gouvernement signifie qu’il n’y a pas de budget pour fournir des emplois, des services d’infrastructure et d’autres choses », a déclaré al-Mayahi. “L’été arrive; les pénuries d’eau et d’électricité recommenceront à moins qu’un nouveau gouvernement n’intervienne.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/30/iraqi-deadlock-continues-with-elites-unable-to-form-government

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire