L'impérialisme mondial aujourd'hui | Drapeau rouge

0
103

Le monde est un endroit très volatile. Deux invasions majeures ont eu lieu en deux ans, rappelant à quel point le capitalisme mondial est mortel et destructeur.

La première fut l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Depuis que les chars ont traversé la frontière en février 2022, près de 10 000 civils ont été tués, selon les Nations Unies. Si l’on inclut les soldats, le nombre de morts s’élève entre 100 000 et 200 000 – le conflit militaire le plus grave en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Puis vint Gaza. Les pertes civiles ont rapidement dépassé celles de l'Ukraine : au moins 20 000 Palestiniens ont été tués par les bombardements incessants d'Israël, même si ce chiffre est probablement beaucoup plus élevé – il est difficile de compter les corps coincés sous des tas de décombres.

Aucune de ces guerres n’était prévue, ce qui soulève la question : quelle sera la prochaine guerre ?

Ces dernières années, l’establishment américain en matière de sécurité s’est attaché à contenir la montée de la Chine et à se préparer à une éventuelle guerre avec elle dans le futur. L’administration Biden s’est retirée d’Afghanistan, a imposé des sanctions aux industries technologiques chinoises et a accordé d’énormes subventions pour aider les industries nationales à reconstruire les capacités de guerre des États-Unis.

Un sujet clé de discussion et d’enquête pour les analystes de toutes tendances politiques a été le déclin relatif de l’impérialisme américain. Beaucoup affirment que sa puissance de star a atteint son apogée dans les années 1990, après l’effondrement de l’URSS et que, même si aucun autre pays ne se rapproche de sa puissance politique et économique, l’hégémonie américaine a été irrévocablement affaiblie.

L’invasion de l’Irak a été un désastre pour la puissance américaine, la Chine a gagné en force et de vieux ennemis comme la Russie et l’Iran ont montré leurs muscles dans plusieurs domaines. Mais l’équilibre précis des forces internationales est difficile à discerner.

Les États-Unis disposent d’atouts évidents. Aucun autre pays n’a les ressources nécessaires pour concentrer son armée sur trois fronts, comme le font actuellement les États-Unis en fournissant des armes et des renseignements à l’Ukraine et à Israël tout en renforçant leur présence en Asie et à proximité. La Chine – dont le poids géopolitique est le produit de son étonnante ascension économique – semble désormais aux prises avec sa reprise post-pandémique et son secteur immobilier en difficulté.

Mais le climat général d’instabilité mondiale pose également des défis à la classe dirigeante américaine. L’Ukraine et Gaza ne sont pas des conflits souhaités par les États-Unis. En effet, l’une des principales frustrations au sein du Pentagone au cours de la dernière décennie est que la guerre contre le terrorisme s’est révélée être une diversion qui a bloqué le pivot vers l’Asie. Les États-Unis portent désormais le fardeau de deux autres conflits qui n’ont pas grand-chose à voir avec la lutte contre leur principal rival stratégique : la Chine. (Par exemple, plus de la moitié de toute l’aide militaire envoyée à l’Ukraine depuis l’invasion russe provient des États-Unis, selon l’Institut de Kiel pour l’économie mondiale.)

Ce dilemme se joue désormais au sein du Congrès américain. L’extrême droite républicaine s’est opposée dès le début de la guerre à l’aide à l’Ukraine. Mais ces derniers mois, une partie plus large du parti a également exprimé des hésitations ; les programmes de dépenses destinés à une nouvelle assistance militaire sont bloqués au Sénat et à la Chambre.

Même si l’appareil de sécurité répugne à donner un coup franc à la Russie, il est possible que, à mesure que la guerre se prolonge, le désir de fuir se propage. La contre-offensive ukrainienne du printemps, destinée à récupérer les territoires perdus par la Russie, a largement échoué. Au lieu de cela, les deux pays se trouvent dans un bourbier – sans progresser sérieusement ni perdre beaucoup de terrain. Les stocks d’armes américains s’épuisent à mesure que les États-Unis expédient des roquettes et des missiles vers l’Ukraine. Cela ne peut pas durer éternellement, surtout maintenant que les États-Unis soutiennent la guerre d'Israël.

Après tout, la principale préoccupation des États-Unis n’a jamais été de défendre le peuple ukrainien : s’ils se préoccupaient des populations civiles, ils ne contribueraient pas à l’anéantissement de Gaza. Les motivations sont bien plus cyniques : ne pas laisser un ennemi s’imposer, renforcer les relations avec les autres membres de l’OTAN et établir qu’aucun conflit sérieux n’a lieu dans ce monde sans le feu vert ou l’implication de sa principale superpuissance.

La Palestine pose également des problèmes aux États-Unis. Même si la guerre a prouvé une fois de plus la force sans précédent de l’alliance occidentale, elle présente néanmoins des inconvénients évidents. Les États-Unis se sont présentés avec succès comme le grand défenseur de l’autodétermination et de la démocratie face à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Mais il a définitivement perdu sa supériorité morale sur la Palestine. Et on ne sait pas exactement combien de temps encore et quelles seront les implications régionales du génocide soutenu par les États-Unis.

Il est également trop tôt pour dire quelles seront les conséquences plus larges de cette guerre pour l’impérialisme mondial et la puissance américaine. Outre la ponction qu’est devenue Israël sur les ressources américaines, Washington, dans sa position contre la Chine, courtise deux pays importants à majorité musulmane d’Asie du Sud-Est – l’Indonésie et la Malaisie – dont les populations et les gouvernements sont, à des degrés divers, favorables à la sécurité. Palestinien.

L’administration Biden a néanmoins fait progresser les intérêts américains de plusieurs manières. Il a poursuivi la guerre économique déclenchée par Trump, mais il l’a fait avec davantage d’avantages. Les interdictions ciblées sur les investissements des entreprises américaines dans les industries technologiques chinoises semblent efficaces. La conséquence la plus importante est peut-être l’interdiction pour les Chinois d’accéder aux micropuces les plus avancées, qui sont essentielles pour toute une série d’industries. Signe de la force des États-Unis, ils ont même empêché des pays tiers d’exporter vers la Chine des intrants utilisés dans la fabrication de semi-conducteurs. Il s’agit en partie d’affaiblir la Chine en tant que rival économique, mais cela entravera également son développement militaire.

Le Pentagone s’appuie sur les nouveaux développements de l’intelligence artificielle. La secrétaire adjointe à la Défense des États-Unis, Kathleen Hicks, a annoncé en août que, dans le cadre de la préparation à une éventuelle guerre avec la Chine, les États-Unis développaient des systèmes d’armes autonomes pour renforcer leur avantage. « Nous allons contrer le [People’s Liberation Army’s] masse avec notre propre masse, mais la nôtre sera plus difficile à planifier, plus difficile à atteindre, plus difficile à battre », a-t-elle déclaré.

Les grandes puissances ne sont pas les seules à se préparer à un conflit militaire plus important. Partout dans le monde, les pays développent leurs capacités militaires. Les dépenses militaires mondiales ont atteint un niveau record de 2 400 milliards de dollars en 2023. Les États qui étaient auparavant réticents à dépenser massivement pour leurs armées, comme le Japon et l’Allemagne, ont changé de cap au cours des deux dernières années. Ainsi, fin 2022, le Japon a dévoilé son plus grand renforcement militaire depuis la Seconde Guerre mondiale, et l’Allemagne a annoncé en août qu’elle atteindrait bientôt l’objectif de l’OTAN de consacrer 2 % de son PIB à la « défense », une mesure sur laquelle elle s’est longtemps écartée. court.

Ensuite, il y a les armes nucléaires. Malgré des années de discussions sur le désarmement nucléaire, le monde va dans la direction opposée. Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, les neuf États dotés de l’arme nucléaire modernisent tous leurs stocks et le stock mondial d’ogives nucléaires a augmenté. Et le ministère américain de la Défense a récemment annoncé qu'il développait une nouvelle variante de la bombe nucléaire à gravité B61.

Il y a un autre côté à tout cela. Les principaux acteurs sont coincés dans une impasse. Les forces de la concurrence mondiale les ont poussés à la confrontation, mais à court terme, cela peut entraîner ses propres problèmes. Quarante années de mondialisation ont relié les plus grands pays du monde par d'innombrables fils économiques. Les démêler risque de déstabiliser l’ensemble de l’économie mondiale.

Il y a donc des sanctions, des coups de poitrine et des jeux de guerre qui s’intensifient en mer de Chine méridionale. Mais les dirigeants occidentaux et chinois ont également fait un nouvel effort en faveur de la diplomatie – quoique milquetoast – pour tenter d’apaiser certaines tensions économiques. En avril, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a suggéré que les États-Unis ne se « découplaient » pas de la Chine (en rompant les liens économiques entre les deux), mais qu’ils « réduisaient les risques » (en se concentrant sur quelques secteurs stratégiques). Sullivan a décrit cela comme une stratégie de « petite cour et clôture haute ». Néanmoins, les importations américaines en provenance de Chine ont chuté de 25 % au cours des six premiers mois de 2023, selon le département américain du Commerce.

Il y a aussi une part d’inconnu : que se passera-t-il si Trump remporte les élections de 2024 ? Un autre conflit surprise éclatera-t-il dans les années à venir ? Un exercice naval occidental ou chinois en mer de Chine méridionale pourrait-il devenir incontrôlable et provoquer une confrontation ? La prédiction est en grande partie un jeu de dupes. Mais dans ce climat, il faut aussi miser sur la stabilité.

Pris ensemble – l’augmentation des dépenses militaires, les nouvelles guerres en Europe et au Moyen-Orient, la rhétorique belliqueuse et la guerre économique – tous les éléments laissent présager une situation dangereuse. Il existe des forces qui poussent le monde vers de plus grands conflits. S’il y a un message à retenir de l’impérialisme mondial en 2023, c’est que le capitalisme est incapable d’apporter une quelconque paix durable.

Source: https://redflag.org.au/article/world-imperialism-today

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire