L’indignation sélective de l’Amérique contre l’Ukraine est façonnée par une machine de propagande bien huilée… il suffit de demander au peuple yéménite — RT World News

0
70

Les signaleurs de vertu professionnels alimentent la colère des Américains envers le Big Thing actuel

Les Américains sont guidés vers la prochaine croisade emoji – la dernière en date étant l’opération spéciale de la Russie en Ukraine – comme les consommateurs qui font la queue pour la malbouffe et les Happy Meals. Quand est-ce que le signal de vertu insensé prend fin ?

Alors que certains Occidentaux peuvent trouver une âme sœur avec McDonald’s et sa posture anti-guerre contre la Russie, un peu plus de cohérence sur la question de la guerre et de la paix serait une évolution des plus bienvenues.

Le fait est que rien ne crie plus à la “russophobie” que le spectacle de McDonald’s abandonnant le marché russe au milieu du conflit de Moscou avec l’Ukraine, surtout quand on se souvient que Ronald n’arrêtait pas de retourner ses hamburgers pendant que George W. Bush et Barack Obama se faisaient plaisir. tuerie dans de nombreux pays malheureux.

Outre la question des doubles standards flagrants de l’Amérique face à la Russie, se cache une énigme encore plus mystérieuse et troublante : comment est-il possible de continuer à inciter les Américains à une croisade incessante de vertu au nom de diverses causes ? De plus, si les médias n’étaient pas là pour les pointer vers la Next Big Thing, les Américains sauraient-ils même qu’il en existait une ?




Avec la rapidité du coup de fouet cervical, les Américains sont passés de s’agenouiller à Black Lives Matter (alors même que ce groupe se livrait à un déchaînement d’un milliard de dollars dans 20 États, qui est entré dans le livre des records comme la manifestation la plus chère de l’histoire de l’Amérique), à ​​diaboliser ceux qui se méfient de nouveaux vaccins Covid-19, à s’aligner sur les côtés opposés de l’épreuve de force sur les droits à l’avortement Roe v. Wade.

Au milieu de ces tremblements de terre domestiques de plus en plus fréquents, la Russie s’est toujours retrouvée à l’épicentre de l’action. C’est un peu le Chris Rock des countrys, se faire gifler tous les jours sans rime ni raison. Il y a une bouffée de campagne publicitaire de McDonald’s au cœur de l’obsession éternelle de l’Amérique pour la Russie. Tout comme ces publicités télévisées merveilleusement trompeuses qui montrent une famille follement heureuse (et mystérieusement en bonne santé) se gorgeant de Big Mac et de Happy Meals, un voyage chez McDonald’s a tendance à toujours laisser derrière lui un arrière-goût amer, voire carrément des problèmes intestinaux. En d’autres termes, le battage publicitaire des entreprises est rarement à la hauteur de la réalité.


McDonald's introduit la zone sans friture

Un type similaire de campagne publicitaire vise directement la Russie depuis de nombreuses années, bien qu’à l’envers. Tout comme Edward Bernays, le “père des relations publiques”, et sa capacité à convaincre les femmes américaines dans les années 1920 que fumer des cigarettes était un symbole de l’émancipation féminine, les propagandistes d’aujourd’hui ont réussi à colporter les fausses nouvelles à un public sans méfiance que la Russie est la racine de tout mal.

À moins que les gens n’abandonnent ces stéréotypes soigneusement élaborés et ne montent physiquement dans un avion, ils ne sauront probablement jamais que la représentation de la Russie par Hollywood et les médias grand public est tout simplement la pire forme de propagande. Une fois qu’un individu fait l’expérience de la réalité de la Russie sans la fumée et les miroirs secondaires – comme des millions de fans de sport l’ont fait lors de la Coupe du Monde de la FIFA 2018, par exemple, où des dizaines de matchs de football ont eu lieu dans 11 villes russes – ils comprennent rapidement que le Les histoires catastrophiques sur cette partie du monde sont un tas de mensonges.

Mais hélas, tout le monde dans le monde ne peut pas voyager en Russie et voir la réalité par lui-même. Des pays étrangers hostiles, de mèche avec une presse vénale, comprennent parfaitement ce handicap, qui leur permet de dépeindre la Russie comme « l’empire du mal », tout droit sortie d’un film Bond. Et puis un jour, quand la Russie se retrouve dans une situation où elle est obligée de dire « ça suffit ! et recourt à ce qu’il considère comme un acte légitime d’autodéfense – certainement pas moins légitime que les offensives militaires entreprises par l’hémisphère occidental au fil des ans – une campagne vicieuse de vertu contre la Russie et les Russes commence sérieusement, et à grand effet.


Les États-Unis vont mettre en place une force opérationnelle navale près du Yémen

La réaction aux événements en Ukraine a démontré la puissance concentrée des médias et du gouvernement américains pour canaliser la vertu auto-perçue de tout le monde occidental pratiquement à volonté. L’establishment américain aurait tout aussi bien pu armer une campagne vertueuse au nom d’autres peuples assiégés, comme au Yémen, par exemple, qui est assiégé sans relâche depuis sept ans par l’Arabie saoudite, avec l’aide des suspects habituels (occidentaux). Selon l’UNICEF, l’agence humanitaire pour les enfants, “plus de 10 200 enfants ont été tués ou blessés” depuis le début du blocus militaire de Riyad, qui a entraîné la maladie, la famine et la mort dans tout le pays.

Et qu’en est-il du peuple endurant du Donbass, la région russophone d’Ukraine assiégée par les forces pro-Kiev depuis huit ans ? Combien d’Américains savent que cette tragédie remonte à un coup d’État mené par les États-Unis qui a renversé le gouvernement ukrainien démocratiquement élu en 2014 ? Si les croisés signalant la vertu avaient braqué les projecteurs sur le sort de ces peuples opprimés, demandant pourquoi le protocole de Minsk pour un cessez-le-feu était régulièrement violé, il pourrait très bien y avoir la paix en Ukraine aujourd’hui.

Des entreprises intéressées comme McDonald’s et des pays comme les États-Unis crient sur tous les toits qu’ils sont les ultimes défenseurs des opprimés. La réalité, cependant, est plus décevante. La réalité est que leur théâtralité de vertu est d’un type très sélectif qui a une forte tendance à s’aligner sur les diktats de la politique étrangère de Washington, par opposition aux besoins réels des opprimés. La virtuosité ne devrait connaître aucun maître politique, sinon ce n’est qu’un signe de vertu bon marché au nom d’arrière-pensées.

Les déclarations, vues et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire