L’invasion de l’Ukraine par la Russie renforce le rôle de la région de la Méditerranée orientale dans la sécurité énergétique de l’UE

0
207

À la lumière de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et des efforts renouvelés de l’UE pour réduire sa dépendance à l’égard de la Russie, la Méditerranée orientale pourrait jouer un rôle accru dans la sécurité énergétique de l’Europe, car plusieurs ressources de la région pourraient être débloquées, notamment des gisements à Chypre et en Israël.

“L’un des domaines clés qu’ils veulent faire avancer, devrait faire avancer, c’est autour de Chypre mais aussi au large d’Israël également. Ils ont l’air de trouvailles très importantes. Et, bien sûr, toutes les nations occidentales en ce moment se bousculent pour trouver des sources alternatives et toutes recherchent les mêmes sources, donc le coût de cela va augmenter », Justin Urquhart Stewart, co-fondateur de Regionally à Londres, a déclaré à New Europe par téléphone le 16 mars. « Mais il est fascinant de voir à quelle vitesse l’attitude envers les différents types de production d’électricité a changé. Donc, éloignez-vous de A : un autre fournisseur non russe pour le pétrole ou le gaz et B : effectuez votre propre exploration et voyez ce que vous pouvez trouver », a-t-il ajouté.

Mais étant donné que les délais fixés par l’Europe pour devenir indépendante du gaz russe sont courts, d’ici 2027, seuls les projets qui peuvent monter en puissance rapidement peuvent en bénéficier, Charles Ellinas, chercheur principal au Global Energy Center de l’Atlantic Council, a déclaré à New Europe le 17 mars. « Par exemple, les gisements de gaz déjà développés d’Israël, Leviathan et Tamar. Les champs gaziers chypriotes, Aphrodite et Glafkos, prendraient quelques années à se développer, auquel cas il pourrait être trop tard. À moins bien sûr que l’Europe ne change de politique et ne promeuve l’utilisation du gaz naturel à plus long terme. Cependant, pour le moment, cela semble peu probable. L’Europe a réaffirmé sa volonté d’accélérer la transition énergétique. Et dans ce cadre, il vise à réduire la consommation de gaz de 30 % d’ici 2030 et à zéro d’ici 2050. Ce n’est pas un message pour encourager les investissements dans de nouveaux projets de combustibles fossiles à long terme », a déclaré Ellinas.

Compte tenu des délais à court terme, les installations existantes de l’Égypte sont la meilleure option, a-t-il déclaré. L’Égypte exporte déjà du gaz naturel liquéfié (GNL) vers l’Europe et prévoit d’augmenter ses exportations cette année. Mais les quantités sont relativement faibles – 2 milliards de mètres cubes l’an dernier et probablement un peu plus cette année, a déclaré Ellinas, notant que, pour soutenir cela, Israël a déjà augmenté sa capacité d’exportation vers l’Égypte à environ 11 milliards de mètres cubes via l’offshore. Gazoduc de la Méditerranée orientale (EMG) et à travers la Jordanie libérant davantage de gaz égyptien pour les exportations de GNL.

Selon Ellinas, une option serait d’agrandir ses deux usines de GNL à Idku et Damietta en ajoutant plus de trains de liquéfaction, mais cela nécessiterait au moins 3 ans. « Étant donné que les marchés asiatiques du GNL sont toujours en croissance, c’est une possibilité. Si cela se produit, cela offrirait une opportunité de déverrouiller les champs gaziers de Chypre et la deuxième phase de développement de Leviathan.

Le gazoduc EastMed ou un gazoduc d’Israël à travers la Turquie vers l’Europe, qui a récemment fait la une des journaux, sont tous deux difficiles car ils auraient besoin de 5 ans pour être construits et de 20 ans d’exploitation et d’exportation pour justifier des investissements coûteux », a-t-il déclaré, ajoutant que Les politiques déclarées de l’Europe pour s’éloigner du gaz le plus tôt possible et l’engagement envers les énergies renouvelables rendent cela difficile. “Les investisseurs ont besoin de certitude et cela fait défaut”, a-t-il déclaré.

Kurt Volker, ancien ambassadeur américain auprès de l’OTAN et conseiller international principal du groupe BGR, a déclaré à la Nouvelle Europe par téléphone le 18 mars que l’invasion de l’Ukraine par la Russie a incité l’Europe à réduire considérablement sa dépendance à l’égard des approvisionnements énergétiques russes. « Je pense que cela change la donne. Les Allemands n’ont pas officiellement annulé Nord Stream 2. Du moins pas encore. Mais je pense qu’il y a maintenant un mouvement pour réduire considérablement les approvisionnements de la Russie vers l’Europe. Les Britanniques ont déclaré qu’ils allaient cesser d’importer du pétrole et du gaz russes d’ici la fin de l’année. L’UE n’a pas donné de date, mais je pense qu’il y a une pression pour au moins réduire considérablement », a déclaré Volker.

Tout le monde aura besoin d’approvisionnements énergétiques alternatifs, Johannes Benigni, président de la société d’analyse JBC Group, a déclaré à New Europe par téléphone le 17 mars. «Je considérerais certainement le gaz naturel sous quelque forme que ce soit comme l’énergie du futur. Pourquoi est-ce que je dis ça ? Cela a encore moins à voir avec l’Europe. La matière est une pure fonction mathématique. Les deux tiers, sinon plus, des besoins énergétiques de l’Asie proviennent du charbon. Vous voulez décarboner le monde et vous parvenez à réduire cette teneur en charbon et à la remplacer par du gaz, vous réduisez de moitié les émissions de CO2 », a déclaré Benigni.

« C’est un énorme problème. Nous avons besoin de contenu énergétique et c’est plus facile si nous le faisons avec un combustible fossile à faible teneur en carbone. C’est pourquoi je dirais que le gaz a de l’avenir. Le problème, c’est le pipeline. Pipeline nécessite de la confiance. L’avenir de l’approvisionnement européen signifie que nous aurons des pipelines avec la Russie, mais tout le monde va construire maintenant des stations de réapprovisionnement en GNL. Pourquoi? Parce que personne ne veut dire : “Eh bien, nous dépendons de la Russie”. Donc, ce qui va se passer, c’est qu’ils construiront des stations Re-gas, personne ne l’utilisera, tout le monde continuera à utiliser les pipelines », a expliqué Benigni.

“Mais en ce qui concerne le marché de la Méditerranée orientale, nous savons que la stabilité politique n’y est pas acquise et que vous avez donc la même situation ou la même qu’au Moyen-Orient. C’est-à-dire dans le golfe persique arabe », a-t-il déclaré. Le président du cabinet d’analyse JBC Group a expliqué que dans le golfe Persique, la possibilité la moins chère de fournir du gaz serait un pipeline autour du golfe. Mais il a souligné que tous les pays préfèrent construire des installations de GNL parce qu’ils ne veulent pas être dépendants les uns des autres. “Donc, je pense donc que plus vous pouvez offrir de flexibilité, mieux c’est. Si j’avais du gaz, je construirais une installation de GNL parce que ça marche parce qu’en fin de compte, la demande de gaz dans les 30 prochaines années va être si forte parce que l’objectif primordial sera de décarboniser le monde et le gaz est le seule solution », a soutenu Benigni.

En ce qui concerne les énergies renouvelables en Méditerranée orientale, Ellinas a déclaré que c’est là que se trouve l’avenir de l’énergie de la Méditerranée orientale. « Maximiser l’utilisation des énergies renouvelables, soutenues par le stockage et les interconnexions électriques, et l’utilisation des ressources gazières régionales pendant la transition énergétique en appoint à l’intermittence renouvelable. Le potentiel est énorme et compte tenu de l’avance de l’Europe, la Méditerranée orientale devrait suivre », a déclaré Ellinas, notant qu’avec la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) comme partenaires volontaires, des opportunités d’investissement se présenteraient.

suivre sur twitter @energyinsider



La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire