L’Iran démantèle les caméras de surveillance nucléaire après la censure de l’AIEA | Nouvelles

0
41

L’Iran a éteint certaines des caméras d’un site nucléaire après que les puissances occidentales ont déclaré que Téhéran ne coopérait pas avec l’AIEA.

Téhéran, Iran – L’Iran a éteint un certain nombre de caméras installées par l’organisme mondial de surveillance nucléaire après que les puissances occidentales ont présenté une résolution pour le censurer.

L’Organisation iranienne de l’énergie atomique (AEOI) a annoncé mercredi qu’elle avait désactivé le moniteur d’enrichissement en ligne (OLEM) et le système de débitmètre de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur un site nucléaire non identifié.

Tous les systèmes de surveillance démantelés ont été installés volontairement et au-delà du cadre de l’accord de garanties avec l’AIEA, a indiqué l’AEOI.

La déclaration de l’AEOI a ajouté que plus de 80 % des caméras existantes de l’AIEA sont couvertes par l’accord de garanties et restent donc en place et opérationnelles.

“Malheureusement, sans considérer que la coopération de la République islamique d’Iran était de bonne volonté, l’agence non seulement ne lui en est pas reconnaissante, mais l’a également considérée d’une certaine manière comme le devoir de l’Iran”, a-t-il déclaré.

L’organisation a déclaré que l’AIEA avait été informée de cette décision, qui semble avoir été mise en œuvre mercredi.

Il est venu en réponse à une résolution soumise par les États-Unis et leurs alliés européens au conseil d’administration de l’AIEA mardi.

Dans leur résolution, ils ont exprimé leur « profonde inquiétude » face aux avancées nucléaires de l’Iran et à une coopération insuffisante, comme indiqué dans deux rapports confidentiels de l’AIEA publiés la semaine dernière.

Ils ont déclaré que la possession par l’Iran d’uranium enrichi à 60 %, en plus du déploiement de 2 000 centrifugeuses avancées et d’une recherche et d’un développement accrus, est une source de grande inquiétude et « alimente la méfiance quant aux intentions de l’Iran ».

Ils ont également soutenu que les activités nucléaires de l’Iran n’avaient aucune justification à des fins civiles et rendaient plus difficile le retour à l’accord nucléaire de 2015 entre le pays et les puissances mondiales.

“Extrêmement regrettable”

Les États-Unis ont déclaré mercredi qu’il serait regrettable et contre-productif pour l’Iran de retirer deux des caméras de surveillance du chien de garde nucléaire de l’ONU.

« S’ils sont exacts, les rapports selon lesquels l’Iran prévoit de réduire la transparence en réponse à cette résolution sont extrêmement regrettables et contre-productifs pour le résultat diplomatique que nous recherchons », a déclaré une déclaration américaine lors d’une réunion du Conseil des gouverneurs de 35 nations avant un vote sur le projet de résolution. “Nous ne cherchons pas l’escalade [with Iran].”

Plus tard mercredi, le conseil d’administration a adopté à une écrasante majorité la résolution critiquant l’Iran pour ne pas avoir expliqué les traces d’uranium trouvées sur trois sites non déclarés, ont déclaré des diplomates.

Seuls deux pays, la Russie et la Chine, se sont opposés au texte tandis que 30 ont voté pour et trois se sont abstenus, ont indiqué les diplomates. Le texte indique que le conseil “exprime sa profonde inquiétude” les traces restent inexpliquées en raison d’une coopération insuffisante de l’Iran et appelle l’Iran à s’engager avec le chien de garde “sans délai”.

Booster l’enrichissement

Les États-Unis ont abandonné unilatéralement l’accord nucléaire, le Plan d’action global conjoint (JCPOA), en 2018 et a imposé des sanctions sévères à Téhéran. L’Iran a commencé à renforcer progressivement son programme nucléaire un an après tout en maintenant qu’il était strictement pacifique.

L’année dernière, après l’assassinat d’un scientifique nucléaire de haut niveau près de Téhéran lors d’une attaque imputée à Israël, le parlement iranien a adopté une loi obligeant le gouvernement à stimuler l’enrichissement et à démanteler certaines caméras de l’AIEA.

L’Iran et l’AIEA sont finalement parvenus à un accord qui maintenait les caméras en place et enregistrait, mais l’Iran n’aurait à remettre les bandes qu’une fois le JCPOA rétabli et les sanctions levées.

L’Iran et l’agence sont également en désaccord sur les particules trouvées sur plusieurs sites nucléaires. L’AIEA a déclaré dans son dernier rapport que l’Iran n’avait pas fourni d’explications adéquates, alors que l’Iran a accusé l’agence d’agir sous la pression politique.

Les pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis sont au point mort ces derniers mois car les deux ne sont pas parvenus à s’entendre sur les sanctions qui seraient levées en cas de relance du JCPOA.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/8/iran-dismantles-nuclear-monitoring-cameras-after-iaea-censure

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire