L’Iran se retire de l’accord sur le nucléaire que les États-Unis ont déjà renié

0
35

Le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, montre aux journalistes une caméra comme celles que l’Iran retire des sites nucléaires, lors d’une conférence de presse au siège de l’agence à Vienne le 9 juin 2022.

Photo : Joe Klamar/AFP via Getty Images

L’accord nucléaire négocié par le président Barack Obama et l’Iran en 2015 reposait sur un postulat simple : en échange de la levée des sanctions économiques, le programme d’énergie nucléaire de l’Iran serait placé sous stricte surveillance internationale. L’accord avait du sens pour les deux parties. L’Iran obtiendrait un allégement des sanctions et la possibilité de s’intégrer dans l’économie mondiale, et les États-Unis obtiendraient une bretelle de sortie pour éviter une nouvelle guerre coûteuse au Moyen-Orient.

Cependant, l’accord n’a jamais vraiment eu la chance de se concrétiser, car les États-Unis ont rompu leur parole. Dans un accès de dépit personnel contre son prédécesseur – et avec les encouragements d’Israël et des États arabes du Golfe – le président Donald Trump a violé l’accord en réimposant unilatéralement des sanctions et en menant une campagne de «pression maximale» visant à effondrer l’économie iranienne.

L’accord est sous assistance respiratoire depuis.

Maintenant, les Iraniens sont peut-être prêts à débrancher ce patient malade. Cette semaine, l’Iran a informé l’Agence internationale de l’énergie atomique qu’il supprimerait 27 caméras qui surveillent les sites nucléaires – des caméras qui ont été installées dans le cadre de l’accord de 2015. Cette décision a été décrite par le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, comme un “coup fatal” à l’accord, dans un communiqué qui a également appelé les deux parties à revenir à l’accord.

Grossi a raison de dire que l’accord nucléaire est peut-être dans ses derniers jours. Mais il serait faux d’attribuer sa mort à cette dernière étape – qui ne survient qu’après des années de violations manifestes par les États-Unis.

Les États-Unis et l’Iran semblent maintenant être sur la bonne voie vers un conflit dont personne ne voulait.

Les États-Unis et l’Iran semblent maintenant être sur la bonne voie vers un conflit que personne ne voulait et que les diplomates ont passé des années de négociations à essayer d’éviter. Lorsque l’accord a été signé en 2015, il semblait que ces efforts avaient porté leurs fruits. La poussée réussie des faucons visant à tuer l’accord a maintenant amené les choses à un point de rupture. Le motif initial de l’accord sur le nucléaire était d’éviter une guerre sur cette question qui se profilait déjà il y a dix ans. Sans accord, nous pourrions à nouveau nous précipiter exactement vers cette guerre.

Sous Trump, le gouvernement iranien a continué à se conformer partiellement à l’accord sur le nucléaire dans l’espoir de le relancer si une administration démocrate revenait au pouvoir. Le président Joe Biden a remporté la Maison Blanche en 2020, mais au lieu de revenir à l’accord, il a choisi de maintenir les sanctions imposées par Trump – les mesures mêmes que l’accord sur le nucléaire était censé lever.

Les sanctions ont dévasté l’économie iranienne et plongé des millions d’Iraniens de la classe moyenne dans la pauvreté. S’ils sont levés à l’avenir – douteux, à ce stade – il est encore peu probable que l’Iran obtienne jamais l’investissement des entreprises occidentales qu’il espérait recevoir à la suite de l’accord initial. Il est clair maintenant que les sanctions américaines contre l’Iran pourraient être réimposées avec n’importe quel vent politique changeant aux États-Unis. C’est une situation qui rend pratiquement impossible pour les entreprises étrangères d’investir là-bas.

La partie iranienne a beaucoup perdu lorsque l’accord a été torpillé. Maintenant, la communauté internationale va peut-être porter un coup à son objectif d’arrêter la prolifération nucléaire. Le retrait de certaines caméras de surveillance sur les sites nucléaires signifie que le monde se rapproche du statu quo trouble qui existait avant l’accord nucléaire de 2015.

Bien que l’Iran n’ait pas dit qu’il construirait une bombe, quelles que soient les activités nucléaires qu’il mène actuellement, cela se fera avec une surveillance internationale considérablement réduite. L’AIEA, l’organisme de surveillance nucléaire des Nations unies, a déjà déclaré qu’elle estimait que l’Iran n’était qu’à « quelques semaines » d’avoir une quantité suffisante d’uranium enrichi pour les mettre à portée d’une bombe. La perte de leur capacité de surveillance signifie désormais que l’Iran pourrait franchir ce seuil sans même qu’ils le sachent.

“Aujourd’hui, l’AIEA ‘aveugle’ sur les détails des activités de l’Iran parce qu’elle est incapable de récupérer les données de surveillance stockées sur les caméras de l’agence à la suite du retrait américain de l’accord nucléaire en 2018”, a déclaré John Tierney, directeur exécutif. du Center for Arms Control and Non-Proliferation dans un communiqué de presse sur les nouvelles des retraits de caméras. « Ces nouvelles étapes signifient que l’AIEA perd chaque jour plus de données et il sera plus difficile de retracer chaque aspect du programme nucléaire iranien si les négociateurs trouvent une porte de sortie diplomatique vers l’escalade. Une fois de plus, les États-Unis et le monde sont mieux lotis avec les limitations du programme nucléaire iranien que sans elles.

A première vue, il pourrait être logique de blâmer l’Iran pour la fermeture rapide de la fenêtre d’un accord nucléaire relancé. Pourtant, cela ignore l’historique de l’accord et absout les États-Unis de leurs actions : pourquoi l’Iran devrait-il continuer à se conformer pendant les pourparlers sur un nouvel accord alors que les États-Unis n’ont pris aucune mesure pour rétablir leur propre conformité ?

Le retrait des caméras est un autre signe des échecs de la posture de Washington envers l’Iran. L’administration Trump a parié qu’elle pourrait simplement forcer l’Iran à sacrifier son programme nucléaire sans offrir un allégement des sanctions ou toute autre concession en retour.

Même si Trump ne voulait pas subir les conséquences d’un conflit à grande échelle avec l’Iran, son retrait de l’accord a préparé exactement ce résultat : les États-Unis continueront de récolter ce que Trump a semé. Bien que Biden ait été vice-président d’une administration qui avait fait de l’accord sur le nucléaire une pièce maîtresse de la diplomatie, il n’a pas voulu revenir à la conformité d’une manière qui pourrait sauver l’accord.

La surveillance nucléaire étant désormais réduite, les mêmes faucons qui ont longtemps poussé à attaquer le programme nucléaire iranien continueront de le faire. Bien que l’Iran ait peu d’espoir de sortir victorieux d’une confrontation directe avec les États-Unis et ses alliés, il dispose d’une capacité de missiles balistiques avancée ainsi que de mandataires en attente dans de nombreux pays. Une guerre avec l’Iran signifierait des pertes et des souffrances pour les États-Unis et ses alliés contrairement à toutes les guerres avec des acteurs non étatiques que l’Amérique a menées au cours des deux décennies qui ont suivi le 11 septembre.

Les États-Unis continueront de récolter ce que Trump a semé.

Une nouvelle guerre au Moyen-Orient n’en vaut tout simplement pas la peine du point de vue des intérêts américains. Le meilleur scénario est un accord signé qui contrôle le programme nucléaire de l’Iran, tout en donnant aux Iraniens une part du gâteau économique mondial qui leur reviendrait à perdre. Obama lui-même a calculé qu’un tel résultat était le plus logique pour toutes les personnes impliquées. En raison de l’incapacité structurelle du gouvernement américain, y compris de l’administration Biden, à respecter ses accords diplomatiques signés, la guerre qu’Obama a tenté d’éviter pourrait encore éclater.

L’accord pour éviter la confrontation était déjà en cours. Nous devrions nous rappeler, alors que les coûts du conflit augmentent, que ce sont les États-Unis qui ont fait sauter la bretelle de sortie.

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire