L’Occident doit éviter de “pousser” la Russie vers la Chine, selon un haut diplomate de l’UE – News 24

0
87

Le conflit en cours en Ukraine constitue une menace pour la mondialisation et pourrait créer une «division» majeure dans le monde, estime Josep Borrell

La crise ukrainienne et la réaction de l’Occident “pousser” La Russie envers la Chine, a averti le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, lors de son discours lors de la session d’ouverture du Forum de Doha samedi.

Cela pourrait conduire à la création d’un fossé majeur entre le nord et le sud de la planète, a déclaré le diplomate, soulignant qu’un tel scénario devait être évité.

“L’une des mauvaises conséquences de ce qui se passe est que nous pouvons pousser la Russie vers la Chine, et nous pouvons créer une division entre le sud-est mondial et le nord-ouest mondial”, Borrell a déclaré.

Tout d’abord, l’Occident devrait intensifier ses efforts pour mettre fin au conflit ukrainien afin d’éviter l’émergence d’une telle fracture mondiale, a expliqué Borrell, décrivant l’offensive russe en cours en Ukraine comme une “guerre d’usure.”

“Afin d’éviter cette tendance, la première chose à faire est d’arrêter cette guerre d’agression, guerre d’usure aujourd’hui”, a déclaré le diplomate, décrivant la stratégie de l’Occident comme un mélange d’aide militaire à l’Ukraine et de sanctions anti-russes.

Et ce que nous faisons pour soutenir l’Ukraine, également par des moyens militaires, sans escalade, sans escalade horizontale ou verticale, qui pourrait amener [us] à un conflit plus important et essayer de faire pression sur la Russie par tous nos moyens pour lui faire payer le prix.

Le diplomate n’a pas précisé comment une telle stratégie aiderait exactement à éviter le prétendu “poussant” La Russie dans les bras de la Chine. Depuis le début du conflit en cours entre la Russie et l’Ukraine, Pékin a adopté une position neutre, exhortant toutes les parties à s’en tenir à la diplomatie, appelant l’Occident à répondre aux préoccupations sécuritaires de longue date de la Russie et s’opposant aux sanctions unilatérales anti-russes.




La position de la Chine a été interprétée par l’Occident comme pro-russe, le bloc de l’OTAN dirigé par les États-Unis exhortant ouvertement Pékin à “de s’abstenir de soutenir l’effort de guerre de la Russie de quelque manière que ce soit et de s’abstenir de toute action qui aide la Russie à contourner les sanctions”, tout en l’accusant de fournir à Moscou “avec un soutien politique, notamment en diffusant des mensonges flagrants et de la désinformation”. Pékin, cependant, a refusé de se plier à de telles exigences, soulignant que l’expansion continue de l’OTAN en Europe de l’Est était un facteur clé du conflit actuel, ainsi que le bombardement de l’ambassade de Chine à Belgrade lors de l’attaque contre la Yougoslavie en 1999 comme l’une des raisons pour lesquelles il a gagné. n’écoute pas un “conférence sur la justice de l’abuseur du droit international.”

La Russie a attaqué l’Ukraine fin février, après une impasse de sept ans sur l’échec de Kiev à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk et la reconnaissance par la Russie des républiques du Donbass avec des capitales à Donetsk et Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France avaient été conçus pour régulariser le statut de ces régions au sein de l’État ukrainien.

La Russie a exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais l’OTAN. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée, niant les affirmations selon lesquelles elle prévoyait de reprendre les républiques du Donbass par la force.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire