L’Oklahoma vient d’adopter un projet de loi interdisant l’avortement après six semaines – Mother Jones

0
68

Sean Murphy/AP

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Jeudi, l’Oklahoma House a adopté un projet de loi qui interdirait les avortements après six semaines. Le projet de loi, qui a déjà été approuvé par le Sénat de l’État, entrerait en vigueur immédiatement après avoir été signé par le gouverneur.

La législation n’est que la dernière attaque contre le droit à l’avortement dans l’Oklahoma, qui a également récemment adopté un projet de loi qui érigerait en crime le fait de pratiquer un avortement à partir d’août. Mais les prestataires d’avortement de l’État se disent encore plus préoccupés par cette nouvelle législation, à la fois parce qu’elle entrerait en vigueur immédiatement et parce qu’elle aurait plus de chances de survivre à une contestation judiciaire. Dans une interview avant l’adoption du projet de loi, le Dr Christina Bourne, directrice médicale de Trust Women, qui gère des cliniques d’avortement dans l’Oklahoma et le Kansas, l’a décrit comme “vraiment terrifiant”.

L’Oklahoma Heartbeat Act est une version imitée de la Texas Heartbeat Act, qui permet aux citoyens privés de poursuivre en justice toute personne qui pratique un avortement après six semaines. Comme le Texas Heartbeat Act, la version de l’Oklahoma permet à quiconque d’intenter une action contre toute personne qui « pratique ou provoque un avortement » ou « s’engage sciemment dans une conduite qui aide ou encourage la pratique ou l’incitation à un avortement ». Le projet de loi du Texas, qui est entré en vigueur en septembre dernier, a jusqu’à présent résisté aux contestations judiciaires et a considérablement réduit l’accès à l’avortement dans l’État. (Au bout de six semaines, de nombreuses patientes ne savent même pas qu’elles sont enceintes.)

Depuis l’automne dernier, jusqu’à 45% des patientes qui n’ont pas pu se faire avorter au Texas sont venues en Oklahoma, selon l’Université du Texas à Austin. Trust Women, l’une des quatre seules cliniques d’avortement de l’État, reçoit plus de 100 appels par heure depuis septembre.

Cette augmentation a fait passer les temps d’attente à Trust Women de quelques jours à quatre semaines, et la clinique a même dû refuser certaines patientes. Trust Women a également dû éliminer des services tels que le dépistage des IST et les soins d’affirmation de genre en raison de la forte demande. Mais Bourne a souligné que, tout comme les prestataires d’avortement se sont adaptés à l’afflux de patientes du Texas, ils feront de leur mieux pour s’adapter au projet de loi de l’Oklahoma. La clinique Trust Women’s Kansas est déjà en construction pour étendre sa capacité à un afflux prévu de patientes de l’Oklahoma et d’autres États de la région qui pourraient continuer à restreindre l’accès. Les cliniques «ne laissent pas ces restrictions gagner», a déclaré Bourne. “J’ai l’impression que c’est ce qui rend les gens qui pratiquent l’avortement si uniques, c’est notre profonde flexibilité et notre créativité, et nous sommes là pour continuer à faire ce travail.”

L’Oklahoma Heartbeat Act fait partie d’une vague de nouvelles lois anti-avortement qui ont été adoptées cette année en prévision d’une décision majeure de la Cour suprême qui pourrait vider ou annuler Roe contre Wade. Mais même avec Chevreuil toujours en place, l’Oklahoma Heartbeat Act sera dévastateur pour l’accès dans l’Oklahoma et, parce que l’Oklahoma a été une plaque tournante pour les personnes du Texas cherchant à se faire avorter, dans toute la région. « Dans ces régions, Chevreuil ne nous offre plus de protection », a déclaré Bourne. Nous travaillons essentiellement dans un post-Chevreuil époque ici.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire