L’ONU et les dirigeants mondiaux condamnent la décision de la Cour suprême des États-Unis sur l’avortement | Nouvelles

0
83

La décision de la Cour suprême des États-Unis a été qualifiée de “coup dur” pour les droits reproductifs des femmes américaines et l’égalité des sexes.

La condamnation internationale a été rapide à la suite de la décision de la Cour suprême des États-Unis de renverser les protections constitutionnelles de l’avortement contenues dans l’arrêt historique Roe v Wade de 1973.

La décision controversée de vendredi signifie qu’environ la moitié de tous les États américains sont désormais sur le point d’interdire l’avortement.

La décision du tribunal américain a été “un revers majeur” et un “coup dur pour les droits humains des femmes et l’égalité des sexes”, a déclaré la chef des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, dans un communiqué.

Un porte-parole du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que la restriction de l’accès à l’avortement n’empêche pas les personnes de demander la procédure “cela ne fait que la rendre plus mortelle”.

“La santé et les droits sexuels et reproductifs sont le fondement d’une vie de choix, d’autonomisation et d’égalité pour les femmes et les filles du monde”, a déclaré vendredi à la presse le porte-parole du secrétaire général, Stéphane Dujarric.

“Restreindre l’accès à l’avortement n’empêche pas les gens de demander l’avortement, cela ne fait que le rendre plus mortel.”

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré qu’il attendait plus des États-Unis en matière de protection des droits des femmes.

« Je suis très déçue, car les droits des femmes doivent être protégés. Et je me serais attendu à ce que l’Amérique protège ces droits », a-t-il déclaré.

Les dirigeants français et britanniques ont condamné la décision comme un défi aux libertés des femmes.

« L’avortement est un droit fondamental pour toutes les femmes. Il doit être protégé », a déclaré le président français Emmanuel Macron sur Twitter.

“Je souhaite exprimer ma solidarité avec les femmes dont les libertés sont sapées par la Cour suprême des États-Unis”, a-t-il déclaré.

Lors d’une conférence de presse, le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré: “Je pense que c’est un grand pas en arrière … J’ai toujours cru au droit d’une femme de choisir et je m’en tiens à ce point de vue et c’est pourquoi le Royaume-Uni a les lois qu’il fait .”

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a qualifié la nouvelle d'”horrible” et a affirmé : “Aucun gouvernement, politicien ou homme ne devrait dire à une femme ce qu’elle peut et ne peut pas faire avec son corps. Je veux que les femmes au Canada sachent que nous défendrons toujours votre droit de choisir.

Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre l’a qualifié de “sérieux pas en arrière pour les droits des femmes” tandis que le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a déclaré que “les femmes doivent pouvoir décider librement de leur vie”.

D’autres dirigeants mondiaux se sont dits préoccupés par les conséquences mondiales de la décision de la Cour suprême des États-Unis.

La première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, l’a qualifié de “l’un des jours les plus sombres pour les droits des femmes de ma vie”, et a déclaré que les conséquences immédiates de la décision de justice “enhardiront également les forces anti-avortement et anti-femmes dans d’autres pays”.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo s’est dit préoccupé par le “signal que cela envoie au monde”.

L’ancien président Donald Trump a cimenté la majorité conservatrice à la Cour suprême en nommant trois juges au cours de son mandat de quatre ans.

L’administration Trump a également mené une campagne aux Nations Unies contre la promotion des droits et de la santé sexuels et reproductifs des femmes, car elle considérait ce travail comme un code pour l’avortement.

Trump a réduit le financement du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) – l’agence de santé sexuelle et reproductive des Nations Unies – affirmant qu’il “soutient ou participe à la gestion d’un programme d’avortement forcé ou de stérilisation involontaire”.

L’ONU a déclaré que c’était une perception inexacte. Le successeur de Trump, le président Joe Biden, a rétabli le financement.

L’UNFPA a déclaré que « 45 % de tous les avortements dans le monde sont à risque, ce qui en fait l’une des principales causes de décès maternels ».

Près de la moitié de toutes les grossesses dans le monde ne sont pas désirées et plus de 60% d’entre elles peuvent se terminer par un avortement, a déclaré l’UNFPA.

Les États-Unis – ainsi que 178 autres pays – ont soutenu un programme de 1994 qui “reconnaît à quel point les avortements dangereux sont mortels et exhorte tous les pays à fournir des soins post-avortement pour sauver des vies, quel que soit le statut juridique de l’avortement”, a déclaré l’organisation.

La Cour suprême des États-Unis a annulé vendredi les protections constitutionnelles de l’avortement contenues dans la décision historique Roe v Wade de 1973 [Evelyn Hockstein/Reuters]

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/24/un-officials-world-lea

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire