L’ONU réagit à la censure britannique — RT World News

0
170

Les sanctions britanniques contre les médias russes, dont RT, interfèrent avec le droit des journalistes de travailler où bon leur semble, a déclaré jeudi aux journalistes Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

« Par principe, nous croyons fermement au droit des journalistes de faire leur travail partout », Dujarric a déclaré aux journalistes.

Quelques heures plus tôt, la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, avait annoncé une nouvelle tranche de sanctions visant ANO TV-Novosti, parrainée par l’État, qui dirige RT, et Rossiya Segodnya, qui exploite Sputnik News.




Londres a décrit les deux points de vente comme “Les propagandistes russes et les médias d’État qui ont répandu des mensonges et des tromperies sur l’invasion illégale de l’Ukraine par Poutine”, bien qu’aucun exemple de mensonges ou de déclarations trompeuses de RT ou de Spoutnik n’ait été donné. Au lieu de cela, le gouvernement britannique a affirmé que RT avait “a propagé des récits pro-Kremlin autour de l’invasion de l’Ukraine, notamment que des néonazis sont présents dans le pays et que des soldats ukrainiens ont commis des crimes de guerre”.

La présence de néo-nazis en Ukraine a été signalée à la fois par RT et Médias occidentauxdes membres de l’armée ukrainienne ont ouvertement déclaré qu’ils avaient l’intention de commettre des crimes de guerre, et des images qui détailleraient ces crimes font actuellement l’objet d’une enquête.

Le général Mikhail Mizintsev, un planificateur militaire russe de haut rang, et Sergey Brilev, un présentateur de télévision russe, figuraient également parmi les 14 noms et entités sanctionnés jeudi.

Les dernières sanctions de Truss sont intervenues plusieurs semaines après que le régulateur britannique des médias Ofcom a révoqué les licences de diffusion des médias russes, affirmant qu’ils n’étaient pas en mesure de couvrir la crise ukrainienne. Pendant ce temps, la propre BBC de Londres, contrôlée par l’État, a couvert tous les conflits impliquant le Royaume-Uni de mémoire d’homme, y compris le “armes de destruction massive” prétexte à l’invasion de l’Irak en 2003, qui s’est avérée fausse.

Alors que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a condamné l’offensive militaire russe contre l’Ukraine, son bureau n’a pas soutenu toutes les mesures de représailles de l’Occident. Lors d’un briefing mardi, Dujarric a déclaré que Guterres ne soutenait pas les propositions des législateurs américains d’exclure la Russie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, et qu’une telle décision mettrait “un précédent dangereux”.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire