L’OPEP+ satisfaite maintient le statu quo de l’approvisionnement en pétrole

0
47

Lors de la réunion de l’OPEP+, qui s’est déroulée dans un contexte où le Brent s’échangeait à un peu moins de 80 dollars le baril, les ministres du pétrole ont décidé le 4 octobre de soutenir l’accord existant, qui verra un total de 400 000 barils par jour ajoutés chaque mois, satisfaits des performances du marché pétrolier. .

« L’OPEP+ est très satisfaite de la performance du marché pétrolier cette année dans la mesure où le prix a augmenté régulièrement tout en absorbant les augmentations de volume du groupe », Chris Weaver, cofondateur de Macro-Advisory à Moscou, a déclaré à Nouvelle Europe le 7 octobre. “Mais les ministres savent très bien qu’il s’agit d’un exercice d’équilibre, en particulier dans un contexte économique mondial encore loin d’être sûr”, a-t-il ajouté.

Weafer a noté que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés producteurs de pétrole dirigés par la Russie, un groupe connu sous le nom d’OPEP+, ajoutent soigneusement le pétrole supplémentaire et tout en surveillant de près ce qui se passe dans les principales économies du monde contre la menace toujours dangereuse d’un nouvelle perturbation liée au Covid-19.

Il existe également une réticence à ajouter plus de pétrole que cela, car cela risque de ramener plus de schiste américain. L’OPEP+ craint qu’un prix élevé du pétrole ne persuade les producteurs américains de schiste d’augmenter leurs dépenses et de commencer à récupérer une plus grande partie des près de 2 millions de barils que le secteur a coupés l’année dernière, a expliqué Weafer, ajoutant qu’aucun des principaux pays de l’OPEP+ ne souhaite voir le pétrole américain revenir. en plus gros volumes.

Dans le même temps, la plupart des producteurs ont besoin d’au moins 80 $ de pétrole pour équilibrer leurs budgets et c’est un objectif de prix qui a été évoqué à plusieurs reprises. « Mon sentiment est que le Groupe se contente désormais de voir le prix se stabiliser à ce niveau pendant l’hiver plutôt que de continuer à grimper. Cela risquerait d’accroître la concurrence américaine et aurait un impact économique mondial négatif. Si le prix monte plus haut, au milieu des années 80 ou plus, alors nous devrions voir plus de production convenue lors de la prochaine réunion », a déclaré Weafer.

« C’est un peu comme une version du jeu pour enfants Kerplunk ; ce n’est que dans la version pétrolière que l’OPEP + retient son souffle chaque mois, il ajoute du volume supplémentaire et espère que cela ne déclenchera pas un effondrement des prix », a-t-il déclaré.

Selon Weafer, la Russie est dans une position très confortable cette année et envisage l’année prochaine. Il équilibrera son budget à environ 60 $ le baril et a enregistré un excédent budgétaire au cours des six derniers mois consécutifs. « C’est même avec l’augmentation des pensions et des dépenses sociales et d’infrastructure que le gouvernement a annoncées cet été. De plus, avec la flambée des prix du gaz cette année, c’est vraiment une période de boom pour le budget russe. Le bilan du pays a été si bon. Président (russe) (Vladimir) Poutine doit être très heureux d’avoir accepté de participer à l’OPEP + », a déclaré Weafer.

Cependant, les pressions pour augmenter la production augmentent alors que les marchés mondiaux de l’énergie sont confrontés à des pénuries. Déjà une hausse des prix du gaz naturel, qui est un combustible important pour produire de l’électricité, menace d’affecter les prix du pétrole.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici