L’Ossétie du Sud géorgienne annule le référendum sur l’adhésion à la Russie | Actualités de l’Ossétie du Sud

0
42

Le nouveau président de facto de la région séparatiste abandonne le projet de son prédécesseur de tenir le vote le 17 juillet.

Le chef de la région sécessionniste géorgienne d’Ossétie du Sud a annulé le projet d’organiser un référendum sur l’adhésion à la Russie que son prédécesseur avait prévu le 17 juillet.

L’Ossétie du Sud a été au centre de la guerre russo-géorgienne en 2008, après quoi le Kremlin a reconnu le territoire comme un État indépendant et y a stationné des bases militaires.

Dans un décret publié lundi, le président de facto de l’enclave contrôlée par Moscou, Alan Gagloev, a invoqué “l’incertitude des conséquences juridiques de la question soumise à référendum”.

Le décret soulignait également « l’irrecevabilité d’une décision unilatérale d’un référendum sur des questions touchant aux droits et intérêts légitimes de la Fédération de Russie ».

Gagloev a ordonné “de tenir sans délai des consultations avec la partie russe sur l’ensemble des questions liées à la poursuite de l’intégration de l’Ossétie du Sud et de la Fédération de Russie”.

Le 13 mai, le prédécesseur de Gagloev, Anatoly Bibilov, a signé un décret sur la tenue du référendum, invoquant “l’aspiration historique” de la région à rejoindre la Russie, a déclaré son bureau à l’époque.

Bibilov a perdu sa candidature à la réélection au début du mois. La Russie a exprimé l’espoir que Gagloev préservera la “continuité” des relations avec Moscou.

Tbilissi a précédemment dénoncé comme “inacceptables” les projets de l’Ossétie du Sud d’organiser un référendum sur l’adhésion à la Russie.

La région d’Ossétie du Sud, qui ne compte que 50 000 habitants, s’est séparée de la Géorgie au début des années 1990 dans une guerre civile sanglante.

En août 2008, les forces russes ont lancé une invasion totale de la Géorgie, qui combattait des milices pro-russes en Ossétie du Sud, après avoir bombardé des villages géorgiens.

Les combats ont pris fin cinq jours plus tard avec un cessez-le-feu négocié par l’Union européenne, mais ont tué plus de 700 personnes et déplacé des dizaines de milliers de Géorgiens de souche.

Au lendemain de la guerre, le Kremlin a reconnu l’indépendance de l’Ossétie du Sud et d’une autre région séparatiste, l’Abkhazie, qui sont depuis restées sous le contrôle militaire de la Russie.

Le conflit a marqué le point culminant des tensions avec le Kremlin au sujet de la tentative résolument pro-occidentale de Tbilissi d’adhérer à l’Union européenne et à l’OTAN.

En mars, le procureur de la Cour pénale internationale de La Haye, Karim Khan, a demandé des mandats d’arrêt contre trois responsables actuels et anciens d’Ossétie du Sud en lien avec des crimes de guerre commis contre des Géorgiens de souche.

Les crimes allégués comprenaient des actes de torture, des traitements inhumains, des détentions illégales, des atteintes à la dignité de la personne, des prises d’otages et des transferts illégaux de personnes.

L’année dernière, la Cour européenne des droits de l’homme a jugé que la Russie était responsable des violations des droits de l’homme au lendemain de la guerre.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/31/georgias-south-ossetia-cancels-referendum-on-joining-russia

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire