L’OTAN déclare la Chine comme un défi pour la sécurité pour la première fois | Politique Nouvelles

0
93

L’OTAN a pour la première fois inscrit la Chine parmi ses priorités stratégiques, affirmant que les ambitions de Pékin et ses “politiques coercitives” défient “les intérêts, la sécurité et les valeurs” du bloc occidental.

Le nouveau plan directeur de l’alliance, ou concept stratégique (PDF), qui définit ses priorités pour la prochaine décennie, a été approuvé lors d’un sommet des dirigeants en Espagne mercredi.

Le document adressait son langage le plus dur à la Russie, qu’il décrivait comme “la menace la plus importante et la plus directe” pour la paix et la sécurité de l’alliance, mais a déclaré que les ambitions militaires de Pékin, sa rhétorique conflictuelle envers Taïwan et ses liens de plus en plus étroits avec Moscou posaient “des défis systémiques”. ”.

“La Chine renforce considérablement ses forces militaires, y compris des armes nucléaires, intimide ses voisins, menace Taïwan… surveille et contrôle ses propres citoyens grâce à une technologie de pointe, et répand des mensonges et de la désinformation russes”, a déclaré aux journalistes le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

“La Chine n’est pas notre adversaire”, a-t-il ajouté, “mais nous devons être lucides sur les sérieux défis qu’elle représente”.

En réponse, la Chine a déclaré jeudi qu’elle s’opposait “fermement” au document de l’OTAN.

Le soi-disant nouveau document de concept stratégique de l’OTAN ne tient pas compte des faits, confond noir et blanc… [and] sali la politique étrangère de la Chine », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian.

Le tournant officiel de l’OTAN met la plus grande alliance militaire du monde, basée sur les forces armées américaines, en garde contre la Chine, qui possède la deuxième économie mondiale et une armée en croissance rapide, tant en nombre qu’en technologie de pointe.

« Une des choses qui [China’s] ce que nous faisons, c’est chercher à saper l’ordre international fondé sur des règles auquel nous adhérons, auquel nous croyons et que nous avons contribué à construire », a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken. “Et si la Chine la conteste d’une manière ou d’une autre, nous y résisterons.”

Les dirigeants occidentaux craignent que l’agression de la Russie en Ukraine, que la Chine n’a pas encore condamnée, n’encourage Pékin à s’affirmer davantage à l’égard de Taïwan. La Chine considère Taïwan comme une partie de son territoire sans droit à une reconnaissance indépendante en tant qu’État ou représentation sur la scène mondiale.

S’exprimant lors d’un événement à Madrid qui ne faisait pas partie du sommet de l’OTAN, la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss a déclaré qu’à moins que la Chine ne soit contrôlée “il y a un risque réel qu’ils tirent la mauvaise idée qui se traduit par une erreur de calcul catastrophique telle que l’invasion de Taïwan”. faisant référence à l’île autonome que la Chine revendique comme une province.

Marcin Jerzewski, chef du bureau taïwanais du Centre des valeurs européennes pour la politique de sécurité, a déclaré à Al Jazeera que les membres de l’OTAN pourraient également être préoccupés par la coopération militaire sino-russe sur la côte pacifique russe souvent oubliée.

Avant la guerre en Ukraine, Poutine a commencé à poursuivre son propre «pivot vers l’est» en accélérant le développement économique et sa présence militaire sur la côte du Pacifique.

“Il s’agit d’une étape importante pour l’OTAN et d’une certaine manière un signe que l’OTAN s’éveille à une nouvelle réalité géopolitique, qui est largement définie par la confluence croissante des intérêts stratégiques russes et chinois”, a déclaré Jerzewski. “La Russie a été considérée principalement comme une source de menaces sur le théâtre européen, mais ce point de vue ignore la présence physique de la Russie sur les rives du Pacifique.”

Soulignant la nouvelle concentration de l’OTAN sur la Chine, le rassemblement des dirigeants mondiaux à Madrid, à la fois à l’intérieur du sommet du bloc et en marge, comprenait de nombreux pays asiatiques.

C’était la première fois que les dirigeants du Japon, de la Corée du Sud, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande étaient invités à un sommet de l’OTAN. Ils ont participé à une session de l’OTAN sur les nouveaux défis mondiaux après avoir tenu une réunion parallèle en dehors du sommet.

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, s’exprimant lors de la réunion, a déclaré que la Chine était devenue “plus affirmée et plus disposée à défier les règles et normes internationales”.

Ardern, dont le gouvernement a récemment durci le ton à la fois sur la sécurité et sur la présence croissante de Pékin dans le Pacifique Sud, en partie en raison de la signature d’un pacte de sécurité entre la Chine et les Îles Salomon, a déclaré que la résilience de la région indo-pacifique doit être renforcée. à travers les relations et l’architecture économique plutôt que la militarisation.

“Nous devons rester fermes sur l’ordre fondé sur des règles, appeler à un engagement diplomatique et dénoncer les violations des droits de l’homme à tout moment quand et où nous les voyons”, a-t-elle déclaré.

Plus tôt mercredi, Zhao, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, avait accusé l’OTAN de maintenir une “mentalité de guerre froide”.

L’alliance devrait abandonner son “jeu à somme nulle et la pratique consistant à se créer des ennemis, et ne pas essayer de gâcher l’Asie et le monde entier après avoir perturbé l’Europe”, a-t-il déclaré.

Zhao a également critiqué les sanctions imposées contre la Russie par les membres de l’OTAN au cours de la guerre en Ukraine, affirmant que “les faits ont prouvé que les sanctions ne sont pas un moyen de sortir des conflits, et la poursuite de la livraison d’armes n’aidera pas à réaliser la paix”.

La Chine continue d’affirmer qu’elle est neutre dans la guerre contre l’Ukraine et a accusé l’OTAN et les États-Unis d’avoir poussé la Russie à une action militaire.

Quelques semaines avant l’invasion russe de février, le président chinois Xi Jinping a accueilli son homologue russe, Vladimir Poutine, pour un sommet au cours duquel ils ont promis un partenariat qui n’avait « aucune limite ».

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/30/nato-names-china-a-strategic-priority-for-the-first-time

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire