Loukachenko tend-il un nouveau piège à l’Europe ?

0
32

On imagine à peine la misère des réfugiés à la frontière entre la Pologne, la Lituanie et la Biélorussie. Des milliers de personnes d’Irak, de Syrie et d’Afghanistan, dont beaucoup de Kurdes et de Yézidis, campent dans les bois par des températures glaciales avec peu de fournitures et aucun soin médical. Et ils n’ont tous qu’un seul objectif : ils veulent entrer dans l’UE, la plupart d’entre eux voulant atteindre l’Allemagne.

Ils ont tous été attirés par le dictateur de Biélorussie, Alexandre Loukachenko. La compagnie aérienne nationale biélorusse Belavia, ainsi que Turkish Airlines, auraient affrété des vols et emmené les gens dans la capitale biélorusse Minsk. De là, ils ont été emmenés en bus jusqu’à la frontière avec la Pologne et la Lituanie. Quelques centaines ont réussi à franchir la frontière verte dans un premier temps, puis vers l’Allemagne.

L’armée polonaise a ensuite construit un cordon serré le long de la frontière longue de 400 km avec des barbelés et des soldats. Les migrants ont ensuite été refoulés avec des canons à eau, des gaz lacrymogènes et des matraques. Bien qu’ils ne possédaient pas le droit légal d’entrer dans la zone Schengen, les migrants ont ensuite attaqué les gardes-frontières polonais avec des pierres et tout ce qu’ils pouvaient utiliser.

Les autorités polonaises n’autorisent pas les journalistes à atteindre la frontière et ont bouclé une bande de trois kilomètres de large comme zone interdite. Cela a rendu les rapports directs de la frontière rares. Un correspondant de la Suisse Le nouveau Zurich Times, Ivo Mijnssen, se trouvait dans la zone de la zone frontalière et a rapporté : « La misère est indescriptible. J’étais dans les forêts avec une délégation de médecins. Nous avons trouvé une femme avec 5 enfants qui avait une température corporelle de seulement 25 degrés et l’avons emmenée à l’hôpital. Elle pourrait être sauvée pour le moment.

Les véhicules militaires polonais ramènent généralement ces migrants à la frontière avec la Biélorussie peu après le traitement initial. Les demandes d’asile ne sont pas acceptées.

Le dictateur biélorusse utilise délibérément des migrants pour faire chanter l’UE

Les actions de Loukachenko font partie de sa réaction aux sanctions imposées par l’UE après l’élection présidentielle truquée de l’année dernière. Celles-ci ont été à nouveau resserrées après le détournement d’un avion de passagers parrainé par l’État au printemps dernier. Loukachenko a ordonné à l’armée de l’air biélorusse d’intercepter et de forcer un vol Ryanair reliant Athènes à Vilnius à atterrir afin d’arrêter un membre de l’opposition qui se trouvait à bord du vol.

Loukachenko a fait monter les enchères dans sa guerre en cours avec l’Occident en essayant de forcer des milliers de migrants illégaux à franchir les frontières de la Pologne et de l’UE. De plus, il a délibérément choisi le moment, car l’Allemagne n’a pas encore formé de nouveau gouvernement après les élections fédérales d’octobre.

Malheureusement, l’UE a également agi de manière plutôt ignorante et non coordonnée, et ce depuis le début de la crise. Le gouvernement polonais de droite est lui-même en conflit avec Bruxelles au sujet de l’ingérence politique dans le système judiciaire polonais. Juste avant le déclenchement de la crise des migrants, la plus haute juridiction de l’UE a imposé une amende quotidienne d’un million d’euros à Varsovie pour tenter de persuader les Polonais d’abolir sa nouvelle chambre disciplinaire.

Le gouvernement polonais a refusé de laisser les fonctionnaires de l’agence de protection des frontières de l’UE Frontex – basée à Varsovie – à la frontière et a rejeté les offres d’aide d’autres pays.

Selon le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, l’Allemagne, en particulier, devrait avoir un intérêt particulier à protéger les frontières extérieures de l’UE. Morawiecki a exigé que le nouveau gouvernement allemand arrête immédiatement le gazoduc Nord Stream 2 de la mer Baltique dans le cadre d’une réponse à la guerre hybride menée contre l’Europe.

« Nous défendons la frontière de l’UE ici en Pologne. Et quand nous parlons de la situation dans son ensemble : travaillons ensemble pour la paix et ne donnons pas d’argent supplémentaire à Vladimir Poutine par le biais de paiements énergétiques afin qu’il puisse continuer à s’armer.

L’UE était réticente à imposer de nouvelles sanctions plus sévères à la Biélorussie. Des rapports ont indiqué que les nouveaux embargos auraient inclus la coupure du pays des paiements internationaux. Loukachenko a, pour sa part, menacé de couper un gazoduc traversant son pays, ce qui limiterait l’approvisionnement en gaz russe vers l’Europe.

Cette fois, cependant, le patron de Loukachenko au Kremlin, Vladimir Poutine, n’était pas d’accord.

La chancelière allemande sortante Angela Merkel s’est entretenue à deux reprises au téléphone avec Loukachenko cette semaine. Selon les informations de Minsk, un accord a été négocié : l’UE accueillerait 2 000 réfugiés, et Loukachenko rapatrierait le reste, environ 5 000 personnes, au Moyen-Orient. Un premier avion a en effet emporté 400 migrants le 18 novembre, tous ayant accepté d’être renvoyés en Irak.

Ta Commission européenne a jusqu’à présent strictement rejeté les négociations avec Minsk. En attendant, Loukachenko semble tenter de désamorcer la situation : apparemment, il craint que plusieurs milliers de migrants ne restent définitivement en Biélorussie. Il peut également craindre que le contrôle de la situation à la frontière avec la Pologne et la Lituanie ne lui échappe. Ou, dans le pire des cas, il voudra peut-être tendre un nouveau piège à l’UE.

L’UE devrait maintenant entamer rapidement des pourparlers avec les mécènes de Loukachenko au Kremlin. Poutine doit craindre que le conflit ne retarde l’achèvement et la mise en service de le nouveau gazoduc Nord Stream 2 à travers la mer Baltique vers l’Allemagne.

Loukachenko, lui-même, semble maintenant réellement intéressé par la e-escalade. Près de la frontière avec la Pologne, un ancien entrepôt a été aménagé pour accueillir les migrants, qui ne sont désormais plus autorisés à s’approcher de la bande frontalière. Loukachenko craint peut-être désormais de perdre le contrôle du conflit frontalier qu’il a artificiellement provoqué et que les migrants puissent rester longtemps en Biélorussie.

Le fait que Poutine ait appelé Loukachenko à engager un dialogue avec les membres de l’opposition en Biélorussie est un bon signe. L’opposition biélorusse, qui doit se réunir pour une conférence à Vienne le 22 novembre, n’a rien contre la participation d’un représentant de la Russie et faisant office de médiateur. Cependant, comme condition préalable, les prisonniers politiques devraient être libérés et les actes de violence arrêtés, selon un porte-parole du chef de l’opposition, Svetlana Tikhanovskaya. Loukachenko, cependant, n’acceptera cela que si davantage de pressions sont exercées par le Kremlin.

Certes, Moscou a jusqu’ici tout fait pour affaiblir et diviser l’UE. La visite malheureuse du chef des Affaires étrangères Europe, Josep Borrell, en mars, a marqué un point bas dans les relations entre Moscou et Bruxelles. Lors de cette réunion, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a complètement embarrassé Borrell. Malgré cela, un dialogue entre l’UE et la Russie doit être relancé. C’est le seul moyen d’empêcher de nouvelles provocations de Loukachenko et donc d’autres souffrances humaines encore plus grandes. À cette fin, même une véritable guerre ne peut plus être exclue.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici