L’Ouzbékistan réélit le président Mirziyoyev pour un second mandat

0
57

L’Ouzbékistan a organisé des élections présidentielles le 24 octobre, dans une atmosphère apaisée et sécurisée, le président sortant Shavkat Mirziyoyev occupant haut la main la première place avec 80,1 % des voix enregistrées. La deuxième place est revenue à Maqsuda Vorisova du Parti démocratique des peuples d’Ouzbékistan avec 6,6 % des voix, ce qui montre clairement que le peuple ouzbek a soutenu massivement le président Mirziyoyev pour un deuxième mandat, bien qu’avec une marge légèrement inférieure aux 90 % qu’il avait recueillis en aux élections de 2016, alors qu’il était déjà président par intérim du pays. La participation a été élevée, à environ 80,8 %.

Conditions particulières entourant cette élection

Il s’agissait de la sixième élection présidentielle de l’Ouzbékistan depuis l’indépendance en 1991, mais seulement la deuxième à laquelle l’ancien homme fort Islam Karimov, décédé en 2016, n’a pas participé.

Le parti de Mirziyoyev, le Parti libéral-démocrate d’Ouzbékistan (UzLiDeP), s’est concentré sur ces éléments clés dans sa plate-forme : anti-communisme, anti-laïcité, libéralisme économique, laïcité et nationalisme civique.

La constitution actuelle prévoit une limite de deux mandats (5 ans) pour le président, et les personnalités de l’opposition et les observateurs étrangers ont attiré l’attention sur cette exigence, craignant le potentiel de modifications à la Poutine de cette limite de mandat, sans avoir aucune indication que c’est même à l’étude.

Aucun des responsables avec qui New Europe s’est entretenu en Ouzbékistan n’a noté que les restrictions/conditions de Covid-19 avaient eu un impact sur cette élection.

Perspectives supplémentaires d’observateurs, de consultants

La nouvelle Europe s’est entretenue avec un certain nombre de membres de la mission d’observation de l’OSCE-BIDDH le jour du scrutin et après, qui ont tous noté que leurs observations avaient déjà été prises en compte dans les rapports et conclusions publiés par l’équipe d’observation. Quelques points de procédure clés étaient (1) l’inquiétude concernant la vitesse du dépouillement des voix, que beaucoup considéraient comme trop rapide, et également (2) la posture plutôt timide des observateurs des partis lors de ces dépouillements, qui semblaient tous accepter les chiffres sans aucun doute. Ces observateurs eux-mêmes n’ont rencontré aucune difficulté de la part des autorités locales lorsqu’ils ont demandé des recoupements. De nombreux observateurs étaient d’accord avec l’observation de la Nouvelle Europe selon laquelle la publicité des campagnes politiques et les documents imprimés étaient beaucoup moins visibles qu’on ne l’aurait imaginé.

Le rapport de l’OSCE-ODHIR résume la situation en une phrase. “Alors que plusieurs candidats ont contesté l’élection, il n’y a eu aucun engagement significatif entre eux ou avec les électeurs, et les candidats se sont abstenus de contester ou de critiquer le titulaire.”

Les consultants étrangers travaillant en Ouzbékistan avaient généralement une perspective à long terme plus positive lorsqu’ils s’adressaient à la Nouvelle Europe. Des inquiétudes ont été exprimées concernant les restrictions et les difficultés rencontrées par certaines personnes pour s’inscrire comme candidats plus tôt cette année, mais d’autres conseillers ont considéré que cela était relativement courant pour les pays de la région effectuant une transition démocratique contrôlée et ont mis en garde contre s’attendre à trop de progrès sur tous les fronts trop rapidement. .

Le point de vue partagé était que la prochaine élection présidentielle, prévue dans 5 ans, sera le véritable test des progrès démocratiques de l’Ouzbékistan, et de nombreux interlocuteurs ont exprimé l’optimisme que les citoyens auront un vrai choix à ce moment-là bien que les mécanismes électoraux et le parti politique les structures auront besoin de plus de temps pour atteindre les normes occidentales.

Sur le terrain à Samarcande

La Nouvelle Europe était dans la région de Samarkand le jour du scrutin et s’est rendue dans un bureau de vote de l’Université de Samarkand. Il n’y avait aucune restriction sur les personnes avec qui les observateurs et les journalistes étrangers pouvaient parler, sauf à proximité des isoloirs individuels, qui étaient derrière des écrans de protection partiels mais pas entièrement couverts pour assurer une intimité totale. Le vote s’est déroulé dans le calme et les gens semblaient de bonne humeur. Les files d’attente aux bureaux d’enregistrement étaient courtes.

Lors d’une discussion avec le président de la circonscription électorale de Samarkand (#7), Farmon Toshev, sur les élections en cours, Toshev s’est concentré sur les récentes réformes visant à améliorer l’exactitude et la transparence du processus électoral. Il a expliqué que le changement de date des élections, de décembre 2020 à octobre 2021, a permis à beaucoup plus de citoyens de participer en raison du temps plus chaud à cette période de l’année. Toshev a déclaré à New Europe que les conseils étrangers étaient également pris en compte dans la dernière législation de réforme. « Dans cette législation, nous avons accordé beaucoup d’attention aux conseils des consultants internationaux ainsi qu’aux besoins de notre peuple.

Toshev a souligné un certain nombre d’autres réformes clés. Premièrement, il a noté « Nous avons consolidé les commissions électorales régionales ». Il a également expliqué que “la liste électorale a été publiée par voie électronique”, ce qui, selon lui, permettrait aux électeurs hors du district de voter partout où ils étaient physiquement présents à travers le pays le jour du scrutin. Il a ajouté qu’un autre changement important dans ce cycle était “Tous les membres de la commission électorale sont payés, pour la première fois”. Enfin, il a expliqué que « les observateurs peuvent surveiller le dépouillement », ce qui a finalement permis aux groupes étrangers de tirer des conclusions intéressantes sur les problèmes du processus électoral.

Réactions étrangères comme prévu

Des messages de félicitations ont été envoyés au président Mirziyoyev pour sa réélection en provenance de Russie, de Biélorussie et du Kazakhstan quelques heures avant l’annonce des résultats officiels. Après l’annonce officielle des résultats le 25 octobre, des appels téléphoniques de félicitations du russe Vladimir Poutine, du turc Recep Tayyip Erdogan, du kazakh Kassym-Jomart Tokayev et du kirghiz Sadyr Japarov ont tous été reçus. Comme on pouvait s’y attendre, les messages continueront d’affluer, mais l’Indien Narendra Modi a été parmi les premiers de la région à gérer le processus de félicitations par Twitter.

Le département d’État américain a publié une brève déclaration le 25 octobre :

« Les États-Unis soutiennent le peuple d’Ouzbékistan dans l’exercice de son droit de vote aux élections présidentielles du 24 octobre. Nous partageons l’observation de la mission d’observation de l’OSCE-BIDDH selon laquelle le vote a été pacifique et caractérisé par une forte participation électorale, mais partageons les préoccupations de la mission de l’OSCE. que les élections se sont déroulées dans un environnement politique trop restrictif et que d’importantes garanties électorales n’ont pas été respectées.

Les États-Unis se félicitent de l’amélioration de la coopération du gouvernement d’Ouzbékistan avec la mission d’observation de l’OSCE-BIDDH et appellent le gouvernement à mettre en œuvre toutes les recommandations de l’OSCE relatives aux élections et à la promotion des droits civils et politiques. Nous nous engageons à poursuivre notre engagement avec le gouvernement d’Ouzbékistan sur ces questions et sur de nombreuses autres questions d’importance bilatérale et régionale.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici