L’UE est-elle prête à protéger ses chaînes d’approvisionnement alimentaire ?

0
60

Le commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton a fait une tournée du Japon et de la Corée du Sud la semaine dernière, dans le but de conclure des partenariats pour le développement d’une industrie européenne des micropuces et des semi-conducteurs. Les visites s’inscrivent dans le sillage de la annonce de l’European Chips Act le mois dernier, alors que le bloc tente de se sevrer de la dépendance vis-à-vis des produits chinois pour son infrastructure critique. La décision de Breton est attendue depuis longtemps, étant donné que l’UE a négligé la sécurité de sa chaîne d’approvisionnement pendant des années. Basé sur 2019 Les figures, l’UE était « stratégiquement dépendante de la Chine pour 659 des plus de 5 600 catégories de produits définies par la base de données Comtrade des Nations Unies », allant d’articles aussi banals que les téléphones portables aux produits de haute technologie.

Les goulots d’étranglement mondiaux actuels et les pénuries d’approvisionnement pour une multitude de produits à la suite des blocages de Covid-19 montrent à quel point les effets d’entraînement des perturbations en Chine peuvent être durables – et montrent comment cette dépendance excessive à l’égard de Pékin pourrait être également exploité par le gouvernement chinois à des fins politiques. La tournée de magasinage de Breton pour une alliance de semi-conducteurs témoigne de la prise de conscience croissante à Bruxelles de cette vulnérabilité et elle est à saluer. Dans le même temps, cependant, Bruxelles ferait bien de regarder au-delà de la question de sa dépendance excessive aux secteurs techniques pour adopter une approche plus holistique qui garde également un œil sur une question que les décideurs européens considèrent comme obsolète : la sécurité alimentaire.

Le maïs – un microcosme de l’empiètement chinois

Un regard sur les politiques de l’UE en matière de sécurité alimentaire donne à réfléchir : la sécurité alimentaire est traitée comme une question de qualité de la nourriture, conçu pour garantir que les aliments consommés dans l’UE peuvent être consommés sans danger. Ce qui n’est pas abordé, c’est la tâche beaucoup plus fondamentale d’assurer la disponibilité des cultures vivrières et fourragères nécessaires à l’agriculture et à l’élevage. Cela a été illustré par un 2020 déclaration du commissaire à l’environnement Virginijus Sinkevicius, que « la sécurité alimentaire n’est plus une préoccupation majeure pour l’Union européenne ».

Avec une telle myopie politique, il n’est pas surprenant que Bruxelles oublie régulièrement le fait que l’UE est très vulnérable à l’incursion chinoise dans son approvisionnement principal de certaines cultures, à travers sa monopolisation du maïs ukrainien. Les exportations vers la Chine ont explosé ces dernières années et, parallèlement à l’accaparement potentiel de terres dans le soi-disant «grenier à blé» européen, menacent de provoquer une crise alimentaire dans l’UE provoquée par la perte de l’une de ses principales sources de récoltes.

La mainmise chinoise sur le maïs ukrainien est un exemple frappant de la façon dont l’Europe laisse l’un de ses plus gros producteurs de céréales de base lui échapper. Au cours des neuf dernières années, les exportations de maïs ukrainien vers la Chine ont augmenté de façon exponentielle : de la premier envoi en 2012, les volumes d’échanges ont fortement augmenté pour faire du pays d’Europe de l’Est le plus grand fournisseur de Pékin d’ici 2015, quand 90% de ses importations provenaient de Kiev. Les raisons de ce changement de circonstances sont doubles. D’une part, la guerre commerciale sino-américaine a vu les États-Unis tomber drastiquement en tant que fournisseur de la République populaire de Chine. En 2011/12, il représentait près de 100 % des importations chinoises de maïs, mais ce chiffre était tombé à seulement 10 % en 2017/18.

Pendant ce temps, une remise de 10 % des rendements chinois a précipité un déficit domestique important. Même si 10 % ne semble pas énorme, la Chine est le deuxième producteur mondial de maïs (derrière les États-Unis), ce qui signifie qu’elle doit maintenant combler un déficit de 30 millions de tonnes métriques (MMT). Pour le contexte, il n’a pas importé plus de 7 MMT par an au cours des trois dernières décennies. Pour résoudre le problème, elle importe actuellement tellement de maïs que ses ports ne peut pas gérer l’afflux de pétroliers, qui dans certains cas sont obligés d’attendre des semaines avant d’accoster.

La surabondance de la Chine est la pénurie de l’Europe

L’assaut général de la Chine contre le maïs ukrainien se fait aux dépens de l’UE – et il est de loin antérieur à la guerre commerciale avec l’Amérique. Dès 2013, il y avait rapports qu’une entreprise ukrainienne avait accepté de louer 5 % de la masse continentale du pays (ou 9 % de ses terres arables) à une entreprise chinoise afin de l’exploiter jusqu’à 30 ans. Dans le cadre de l’accord, la Chine enverrait des semences, des machines, une usine d’engrais et une usine de protection des cultures en Ukraine pour aider à la culture des cultures, puis rachèterait les rendements produits grâce à l’accord.

Bien qu’il soit à noter que la société ukrainienne refusé les rapports à l’époque, la forte reprise des volumes d’échanges agricoles entre les deux pays dans l’intervalle ne peut être ignorée. De plus, l’UE a beaucoup plus strict directives et réglementations en place concernant l’utilisation de cultures génétiquement modifiées (GM) que l’Ukraine, ce qui signifie qu’un seul événement végétal GM (MON810) est autorisé à être utilisé dans le bloc – et même cela est interdit dans de nombreux États membres. Cependant, les exigences en matière d’agriculture écologiquement durable ou d’importations agricoles devant subir un resserrement dans un avenir proche, l’attractivité du marché européen pour les exportations ukrainiennes va encore diminuer.

Crise alimentaire à l’horizon ?

Tout cela s’ajoute à une tempête potentiellement parfaite pour l’approvisionnement alimentaire de l’UE pour ses 447 millions d’habitants. Il est indéniable que la nouvelle loi européenne sur les puces et les tentatives de formation de partenariats mondiaux sont un pas dans la bonne direction pour renforcer son accès aux semi-conducteurs, et le fait qu’environ 20 % des 750 milliards d’euros de récupération de Covid-19 du bloc fonds est détourné vers des projets numériques est également positif.

Cependant, les Bruxellois doivent veiller à ne pas quitter les yeux de l’agriculture tout en poursuivant d’autres voies de recherche, de développement et de capacité de fabrication. Les tentatives pour éviter une crise de l’approvisionnement en semi-conducteurs sont certainement judicieuses, mais elles ne devraient pas se faire au prix de provoquer une situation similaire en ce qui concerne l’approvisionnement alimentaire de l’UE. En tant que tel, le bloc doit rester conscient des intérêts chinois faisant des incursions le long de sa périphérie, ainsi que rester conscient de l’importance de l’Ukraine pour le bien-être général de l’Europe.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici