L’UE et le hijab

0
43

Compte tenu de ma critique acharnée, sauvage, répétitive et – si je puis dire – éminemment juste de l’Union européenne, je pourrais facilement pardonner à mes lecteurs d’être sceptiques lorsque je prétends être europhile. Cela a certainement été le cas avec divers amis, connaissances et collègues. L’idée que moi – quelqu’un qui soit aussi fier que possible d’être de l’histoire de la Grande-Bretagne sans être indécent – puisse nourrir un tel amour pour le continent pourrait être un peu difficile à croire.

C’est pourtant tout à fait vrai.

Je ne fais tout simplement pas la grave erreur de confondre l’Europe avec l’Union européenne. Après tout, ce n’est pas l’UE qui a fait de l’Europe le plus grand continent de la planète. Les histoires, les cultures et les philosophies de notre pays dépassent de loin celles de n’importe où ailleurs et ont collectivement donné naissance aux meilleures sociétés du monde aujourd’hui.

J’espère donc que vous me permettrez d’expliquer pourquoi j’ai une terreur mortelle pour ce cher vieil endroit.

Je commencerai par une image posée sur mon bureau. Il montre une femme souriante d’origine africaine aux côtés des légendes « La beauté est dans la diversité comme la liberté est dans un hijab » et « À quel point serait-ce ennuyeux si tout le monde se ressemble ? Célébrez la diversité – respectez le hijab’. En bas se trouvent quatre logos pour l’Union européenne, le Conseil européen, quelque chose qui s’appelle « Nous pouvons pour le discours des droits de l’homme », et un autre qui est un simple cœur dans lequel « No Hate » est écrit.

Il y a assez de choses à déballer ici.

« La beauté est dans la diversité » – eh bien, pas d’arguments ici. Mais ‘la liberté dans un hijab’ est un peu plus difficile à avaler. Je ne vois pas combien il y a de liberté dans un vêtement que les femmes sont souvent obligées de porter (j’ai dit souvent, ne pas toujours, avant de taper une dénonciation tonitruante), par la pression sociale en Occident de leurs familles et communautés et par la loi dans certains pays dont la loi est tirée du Coran.

D’ailleurs, j’ai entendu les arguments de la gauche et des apologistes à ce sujet. Ils vont généralement dans le sens de « Le hijab donne du pouvoir aux femmes ». On n’a jamais expliqué de manière adéquate comment il s’autonomise. En effet, cet argument semble être si existentiellement redondant que nous sommes passés de « Le hijab donne du pouvoir » à « la liberté est dans un hijab ». Mais je suppose que c’est le monde dans lequel nous vivons maintenant – nous avons depuis longtemps traversé le miroir. Les femmes trans sont désormais considérées comme de « vraies femmes », et la liberté est dans le couvre-chef obligatoire.

Bienvenue au XXIe siècle Le monde occidental.

Je conteste également la strophe suivante. « Ce serait ennuyeux si tout le monde se ressemblait ? ». Eh bien, incroyablement. Mais je ne vois pas que le moyen d’empêcher tout le monde de se ressembler soit de les faire porter tous le même type de foulard. Affaire classée? Apparemment non : « Célébrez la diversité – respectez le hijab ». Pensez-vous également que la partie non-dite de cette déclaration est « ou autre » ?

Il n’y a rien d’étonnant à ce que les logos de l’UE et du Conseil européen soient là-dessus, car tous deux ont fait tout leur possible pour convaincre les Européens que l’islam est, en fait, parfaitement bien, et peut-être même meilleur que tout ce que le continent a vu auparavant. Ce qui est un peu déroutant, cependant, ce sont les deux autres étiquettes : « Nous pouvons pour le discours des droits de l’homme » (à laquelle je m’oppose uniquement en termes grammaticaux) et « Pas de haine ».

J’ai remarqué – et je soupçonne que vous avez aussi – une tendance dans toute critique de tout ce qui a trait aux minorités étant qualifiées de « haine ». C’est la solution miracle du débat public, un KO instantané contre il n’y a pas de défense. Votre argument est déclaré nul et non avenu car il provient d’un lieu de préjudice allégué.

Bien sûr, ceux qui portent une accusation de ce genre sont probablement conscients (bien que je ne serais pas prêt à parier là-dessus) qu’en qualifiant la critique de l’islam de “haine”, ils n’ont alors pas à répondre à des questions sur les droits des musulmans et de la communauté LGBT dans le monde musulman. La capacité orwellienne de la gauche européenne à avoir des idées contradictoires sur le soutien à l’immigration de masse en provenance des pays islamiques, tout en défendant les droits des LGBT et les causes féministes est tout simplement stupéfiante. Pourtant, la colère est le port d’escale habituel pour le fanatique qui n’ose pas examiner leurs propres croyances.

La « haine » est également utilisée contre ceux qui ont soutenu les mouvements politiques « d’extrême droite » à travers le continent. C’est là que nous commençons à nager dans des eaux troubles.

Une femme musulmane marche dans les rues de Paris. La population musulmane de France a augmenté rapidement au cours des deux dernières décennies, atteignant environ 3,35 millions de personnes, soit environ 5 % de la population totale.

Le fait que les factions d’extrême droite se multiplient en Europe n’est pas dû au fait que les Italiens, les Allemands et les Français ont soudainement pensé qu’Hitler et Mussolini étaient, en fait, de joyeux bons gars qui avaient le bon type de notions pour le monde. Bien sûr, il y aura inévitablement quelques vrais néo-nazis, mais ils se cachent dans l’ombre politique et sociale depuis la Seconde Guerre mondiale et n’ont jusqu’à présent jamais eu d’impact politique substantiel.

La montée de ces groupes n’est donc pas due au fait que les véritables vils de l’extrême droite ont soudainement pu convertir des masses de la population à leur cause. Ce qui pousse les gens à l’extrême politique est le même que ce qui a poussé les gens au parti nazi d’origine – le désespoir.

Si vous êtes un Européen qui a vu, en l’espace de moins de 20 ans, une augmentation du nombre d’une population distincte dans votre pays – au sein de laquelle une minorité a commis des attentats terroristes au nom de leur religion commune – cela ne veut pas dire respecter votre langue, votre culture, votre histoire, vos normes sociales, votre sens de la justice constitutionnelle et de la primauté du droit, ainsi que vos traditions ; eh bien, vous allez être quelque peu sceptique quant à « l’inclusivité pacifique » de l’Islam.

Ajoutez à cela les affaires d’agressions sexuelles très médiatisées contre des femmes allemandes et suédoises par des migrants, et le fait que les autorités européennes ne se contentent pas de dire que tout va parfaitement bien, mais que vous devez – doit – respecter l’Islam et tous ses aspects qui l’accompagnent, alors où allez-vous ?

Vous pouvez également noter que l’image contient l’expression « pour le discours des droits de l’homme ». Mis à part mes problèmes grammaticaux avec cela, je pense qu’il est de la plus haute importance de souligner que « discours sur les droits de l’homme » n’est pas la même chose que « liberté d’expression ».

Ceci, j’en suis sûr, est tout à fait délibéré. Votre liberté d’expression, si critique de l’Islam, est maintenant un discours de haine. Le « discours des droits de l’homme » – il me semble en tout cas – est ce que la gauche politique et ses alliés islamistes approuvent. Votre avis n’a pas d’importance.

Je ne veux pas voir l’Europe sombrer dans une nouvelle vague de fascisme. Mais cela ne sera arrêté que par l’honnêteté, la fin de l’hypocrisie européenne et quelques conversations franches sur ce qui est – et ce qui n’est pas – compatible avec nos traditions profondément enracinées de démocratie occidentale libérale.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici