L’Ukraine offre l’opportunité de tester les perspectives stratégiques de la Chine

0
105

Les décisions prises par Washington et Pékin dans les mois à venir pourraient avoir une influence démesurée sur la trajectoire des relations américano-chinoises, et même sur le système international, pour les décennies à venir. Au fond, la question à laquelle sont confrontés les deux pays est de savoir si la relation américano-chinoise reste capable de se limiter à une intense concurrence motivée par les intérêts. Plus la Chine s’accroche à la Russie à la suite de la barbarie du président russe Vladimir Poutine en Ukraine, plus les appels se renforceront aux États-Unis et ailleurs pour traiter la Chine et la Russie comme des ennemis interchangeables déterminés à imposer leur vision violente du monde.

Pour certains, le résultat de cette question est déjà perdu. Dans cette optique, le président Xi Jinping a fait le choix de la Chine lorsqu’il a publié conjointement un communiqué pour réorganiser l’ordre international avec Poutine le 4 février à Pékin au début des Jeux olympiques. Les deux dirigeants ont déclaré que les relations sino-russes ne connaissaient “pas de frontières”. De nombreux analystes américains supposent que Poutine a utilisé la réunion pour obtenir le soutien de Xi pour ses projets en Ukraine. La Chine doit donc être considérée comme ayant du sang sur les mains pour avoir permis aux efforts de Poutine de modifier l’ordre international à partir du canon d’une arme à feu. La Chine et la Russie doivent être traitées comme des ennemis communs dans une lutte idéologique entre la démocratie et l’autoritarisme.

Il y a une cohérence dans cette ligne de pensée et Pékin pourrait valider une telle analyse par ses propres actions et choix au fil du temps. Il serait cependant prématuré de se rabattre automatiquement sur une telle conclusion. Accepter aveuglément l’impuissance des États-Unis ou de ses partenaires à influencer la façon dont la Chine identifie et poursuit ses intérêts représenterait un manque d’imagination et un abandon de la diplomatie. Une politique réussie implique d’ouvrir autant de voies que possible pour résoudre les problèmes, plutôt que de les fermer de manière préventive.

Le temps de la diplomatie

En réponse aux événements qui se déroulent, des appels ont été lancés dans les cercles politiques de Washington pour souligner la proximité du partenariat sino-russe afin de faire payer à Pékin le prix de sa réputation pour son soutien à Moscou. C’est l’équivalent diplomatique d’un signe de main devant un accident de train imminent.

Cette approche repose sur deux hypothèses discutables. La première est que la Chine pourrait avoir honte de se séparer de la Russie. Si la honte était un facteur déterminant dans le calcul stratégique de Pékin, la Chine serait sensible aux critiques concernant ses violations flagrantes des droits de l’homme au Xinjiang et ajusterait ses actions dans la mer de Chine méridionale pour se conformer au droit international. Dans les deux cas, Xi a doublé. La deuxième hypothèse est que rien ne peut être fait pour modifier la pensée de Pékin sur la Russie et l’objectif devrait donc être de faire payer à la Chine un prix de réputation aussi élevé que possible.

Plutôt que de succomber à un tel fatalisme, le moment est venu pour les diplomates américains les plus compétents de tester si l’approche de Pékin envers la Russie est définitivement gravée dans le marbre. C’est le moment de déterminer si Pékin pense que ses intérêts seraient avancés en poussant le monde dans des blocs rivaux, où la Chine s’aligne sur la Russie tandis que les États-Unis approfondissent leurs partenariats avec le reste du monde développé. Il est maintenant temps d’explorer avec leurs homologues chinois s’ils voient leur capacité à réaliser leurs ambitions renforcée par une rivalité antagoniste et idéologiquement alimentée avec les États-Unis, et si ce n’est pas le cas, si d’autres voies sont imaginables qui offriraient à la Chine de plus grandes opportunités pour poursuivre son développement national. buts. C’est le moment de faire pression sur les dirigeants chinois pour qu’ils précisent s’ils ont pris une décision permanente et inaltérable de s’aligner sur la Russie en opposition à l’Occident.

De telles discussions feraient mieux d’être explorées calmement et sans passion. Les responsables chinois n’offriront aucune satisfaction aux diplomates américains ou d’autres pays en disant que le président Xi a commis une erreur en signant une déclaration conjointe avec le président Poutine le 4 février et que la Chine prendra des mesures correctives pour se racheter. Pékin n’annoncera aucune scission avec Moscou. Ils ne critiqueront pas publiquement l’invasion russe et ne feront pas de Poutine le seul auteur de la tragédie qui se déroule en Ukraine. Les médias officiels chinois continueront probablement à produire du vitriol anti-américain et anti-occidental.

Un objectif d’entraîner les Chinois dans une discussion sur leur future orientation stratégique serait de pousser Pékin à prendre des mesures concrètes pour établir une lumière du jour entre l’agression de la Russie et les intérêts de la Chine. Pékin doit faire face à la réalité qu’ils font face à une fenêtre qui se rétrécit pour démontrer que la Chine continue d’être guidée par ses propres intérêts et ne se considère pas comme le mandataire de Moscou en toutes circonstances.

L’alignement de la Chine sur la Russie sera testé à plusieurs reprises dans les semaines à venir. Il y aura un examen minutieux de la position de la Chine sur une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies condamnant la Russie qui sera adoptée à une écrasante majorité, de la question de savoir si la Chine protège la Russie des futures enquêtes de l’ONU sur les atrocités en Ukraine, de la question de savoir si la Chine reconnaît les républiques séparatistes en Ukraine, de la position de Pékin sur la reconnaissance d’un régime fantoche que Poutine semble vouloir implanter à Kiev, et sur la question de savoir si la Chine comble et atténue l’impact des sanctions mondiales sur la Russie. Il y aura un examen pour savoir si la Chine fait des efforts significatifs pour promouvoir l’escalade vers l’escalade en Ukraine également.

Le hic, c’est que la Chine pourrait être réticente à parvenir seule à des décisions indépendantes sur ces questions, compte tenu de la récence de l’étreinte de Poutine par Xi à Pékin. C’est là qu’il pourrait y avoir un rôle pour une diplomatie subtile et discrète.

Le directeur de la Central Intelligence Agency, Bill Burns, serait un candidat idéal pour diriger de tels efforts pour les États-Unis. Compte tenu à la fois de sa connaissance approfondie de la Russie et de la haute estime dans laquelle il est tenu à Pékin, ses opinions seraient prises au sérieux par les interlocuteurs chinois. Le sénateur du Delaware Chris Coons pourrait également jouer un rôle unique en sondant la pensée stratégique de la Chine, compte tenu de sa relation étroite avec le président Joe Biden et de son expertise en politique étrangère. Le sénateur Coons pourrait éventuellement attirer le président du Congrès national du peuple, Li Zhanshu, pour lui servir d’homologue législatif. Li fait partie d’une petite poignée de personnes en Chine qui sont authentiquement proches de Xi Jinping. Li connaît également les relations sino-russes, compte tenu de son expérience antérieure en tant qu’envoyé spécial de Xi à Moscou. Le directeur de la planification politique du département d’État, Salman Ahmed, et le secrétaire d’État adjoint aux affaires de l’Asie de l’Est et du Pacifique, Dan Kritenbrink, pourraient également tester la pensée chinoise sans attirer l’attention des médias. L’ambassadeur entrant des États-Unis en Chine, Nick Burns, contribuerait également de manière significative à de tels efforts. Une fois les discussions mûries, il serait également important que le président Biden s’entretienne directement avec Xi pour prendre sa mesure de l’orientation future de la Chine.

Compte tenu des tensions accrues entre les États-Unis et la Chine, Washington serait également avisé de faire appel à d’autres parties pour sonder les dirigeants chinois sur leur réflexion stratégique. D’autres acteurs influents tels que l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et Singapour partagent tous un objectif général similaire de vouloir que la Chine limite son soutien à la Russie. Ils préféreraient tous ne pas voir se former des blocs idéologiques hostiles avec la Chine et la Russie d’un côté et une grande partie du reste du monde développé de l’autre.

Un moment fluide et une mince chance de progrès

De tels efforts pour stimuler la réflexion de Pékin sur les conséquences à long terme de ses décisions en ce moment pourraient s’avérer vains. Pékin pourrait décider qu’il est dressé contre un Occident hostile qui est déterminé à bloquer l’ascension de la Chine et que son seul recours est de rester au coude à coude avec Moscou, quelles que soient les conséquences. Si j’étais un parieur, je classerais cela comme le scénario le plus probable.

Dans le même temps, la Chine et la Russie n’ont pas des intérêts parfaitement alignés. La Chine a beaucoup plus à perdre et à risquer que la Russie. Poutine est essentiellement un incendiaire du système international présidant un pays en déclin terminal. Xi se considère comme un rénovateur du système international pour le rendre plus adapté à la vision et aux valeurs de la Chine. La Chine se considère comme un pays en plein essor. Les intérêts de Pékin sont mal servis lorsque les États-Unis et l’Union européenne considèrent la Chine et la Russie comme des ennemis interchangeables. La Chine reste dépendante du monde développé pour l’accès aux intrants nécessaires à son avancement technologique. La Chine risque également le retour des États-Unis sur le soutien de Pékin à l’invasion russe de l’Ukraine, se traduisant par un soutien plus visible et stratégiquement significatif à Taïwan.

Les relations américano-chinoises sont maintenant à un point crucial. Il peut y avoir une opportunité passagère alors que les répercussions de la mésaventure de la Russie en Ukraine sont digérées à Pékin pour tester si la politique étrangère de la Chine est capable de se réorienter. Une fois ce moment de fluidité mondiale passé, la position de Pékin sur les relations avec la Russie se durcira.

Pour Pékin, se réorienter progressivement depuis la Russie ne signifie pas nécessairement se rapprocher des États-Unis ou de l’Occident. Cela signifierait simplement que Pékin continue d’être guidé par ses propres calculs de ses intérêts, plutôt que par un engagement enraciné avec Moscou de bouleverser le monde par la force brute. Tout progrès dans ce sens ne donnerait lieu à aucune cérémonie de signature ou à aucune déclaration digne d’un gros titre en provenance de Pékin. Cela n’apaiserait pas les profondes inquiétudes des États-Unis concernant la conduite de la Chine sur son territoire et son affirmation à l’étranger. Même ainsi, dans le monde de la diplomatie, les actions de Pékin pour s’éloigner progressivement de Moscou seraient considérées comme des progrès.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire